En mode projet, Philippe Fertray

En mode projet, Philippe Fertray
  • Théâtre de la Contrescarpe
  • 5, rue Blainville
  • 75005 Paris
  • Place Monge (l.7)
Itinéraire
Billets de 13,00 à 26,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Quand des stagiaires en reconversion lâchent prise et passent en mode projet, tout peut arriver… et même pire.

Alfred Carmut avait tendance à rêvasser au bureau. Tombé de sa chaise, il s’est réveillé dans une réunion de motivation chez Paul Empoil.

Quand l’animateur a demandé aux cinq stagiaires de passer en mode projet, ils ont lâché prise. Et là, c’est parti en live… ILS CHERCHENT TOUS À S’EN SORTIR. DE QUOI ? ON NE SAIT PAS. COMMENT ? EN OSANT…

Dans ce nouveau seul en scène, Philippe Fertray nous propose de faire connaissance avec les rêves farfelus d’un désemployé de bureau, d’une coiffeuse visagiste avant-gardiste, d’un chanteur apprenti-star internationale, d’un voyagiste du 9-3 et d’un startuper transhumaniste. À travers un portrait drôlement féroce du monde du travail, il réveille nos aspirations, nos rêves et nous donne envie d’oser.

Note rapide
7,3/10
pour 7 notes et 7 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
29%
5 critiques
Note de 8 à 10
71%
Toutes les critiques
6 sept. 2019
7/10
2 0
Le comédien donne vie, fougue et passion à tous ces personnages très caricaturaux.

Normal, car rien de mieux que de pousser les extrêmes pour montrer l’absurdité du monde du travail. La société pousse à l’individualisme, à la solitude alors qu’« il faut pas céder, c’est le moment de s’aider ». Un jeu de mot qui est à l’image de l’artiste qui adore jongler avec aussi bien avec les sons que les sens. Un funambule des langages courant, professionnel, vernaculaire... qu’il maîtrise pour surprendre avec finesse et intelligence. Il n’oublie pas le chant des oiseaux : le geai qui cajole, la caille qui margotte ou l'étourneau qui jase. Un chant à la liberté peut-être. Tout est pensé pour surprendre et inciter à la réflexion.

Il s’était d’ailleurs très bien illustré dans cette exercice dans son précédent spectacle « Pas d’souci ? Halte aux abus textuels ». A nouveau, il montre son aisance sur scène, dans son corps. Il n’hésite pas à prendre la gestuel clichée de ces personnages, à bondir, sauter, courir. L’homme est infatigable surtout qu’il veut faire entendre son cri, son chant d’oiseaux au droit à la différence, à l’espoir et aux rêves.

Pour cela, il est prêt à tout et refuse de renoncer à quoi que ce soit. Son énergie est son bouclé et ses mots sont son épée. Un militant artiviste dans sa splendeur.
4 sept. 2019
9,5/10
2 0
"En mode projet" sera votre prochain tic de langage ... avant de vous retrouver déplumé chez Paul Empoil dont Philippe Fertray maitrise la sémantique mieux que personne.

Son personnage a été un parfait employé, adorant checker la moindre tâche et répondant pas de souci à l'annonce du moindre problème.

Ça, c'était avant que le chômage ne le rattrape. Depuis, il décode les nouveaux comportements, les tics de langage et sculpte la langue de bois en lui donnant une pétillance quasi jouissive après l'avoir passé à la moulinette de la reformulation.

Le decruting et le reseauting n'auront pas plus de secret pour vous que le win-win. Philippe Fertray imagine ce que Bill Gates disait à propos du business. Cela m'a rappelé une des affirmations favorites de ce chef d'entreprise hors normes : Je choisis toujours une personne fainéante pour effectuer un travail difficile. Car je sais qu’elle trouvera un moyen facile de le faire. Cela ouvre des horizons en matière de recherche d'emploi.

Ce comédien inclassable, petit-fils de Raymond Devos et cousin de Jean-Marie Bigard, est un oiseau rare. Le beau merle nous alerte sur la préfiguration d'une société numérique totalitaire dont les spécialistes du bonheur nous feraient presque oublier la prochaine ... déchéance.

Il se laisse distraire par la grive qui babille, le geai qui cajole, la caille qui margotte, l'étourneau qui jase, la fauvette qui zinzinule, ... à ne pas confondre avec le roitelet qui, lui, zinzibule. Il est drôle, ironique mais si juste ! Et quelle émotion quand il descend parmi le public pour faire la manche.

Malgré nos rires, il est évident que nous ne sommes pas indifférents à ce panorama d'une société intransigeante qui laisse tomber de plus en plus de personnes tout en leur donnant des leçons de bonheur et des injonctions de bien-être. Comment tu veux lâcher prise quand c'est pas toi qui tiens !

Ne vous fiez pas à la tristesse de l'affiche (sur laquelle j'aurais bien vu un oiseau posé sur le classeur comme si la tête de l'artiste était un nichoir), Philippe Fertray est une pépite !
20 août 2019
7/10
3 0
Attention spectacle à part dans la programmation parisienne !
A part par le ton employé. A part par la forme utilisée. A part en raison du sujet abordé.

Ici, nous nous situons à mi-chemin entre la pièce de théâtre (car « En mode projet » propose un début, une histoire et une fin) et le one-man-show avec un comédien unique endossant tous les rôles.

Et quel comédien. Philippe Fertray ne se ménage pas sur scène, vivant véritablement son texte. Texte dont il faut souligner la qualité. Les répliques y sont écrites au vitriol. Et s’il s’agit bien d’une comédie, « En mode projet » se situe dans la catégorie « humour trash ». Exit donc la gentille bluette, place à un humour qui provoque la réaction, un humour qui a des choses à dire. Car derrière le texte, le comédien délivre un message. Non, plus qu’un message, une critique de la société (plutôt bien vue d’ailleurs), dépeignant les travers de ce monde du travail vouant un culte au sacrosaint résultat et où « être le meilleur » est un dogme. Il met le doigt sur une déshumanisation constante des Hommes.

Le spectateur pourra être d’accord ou non avec ce qui se dit sur scène, mais il ne restera pas insensible face au texte. Certes, la salle se « contente » d’assister au spectacle, mais nul doute qu’à la sortie, chacun aura quelques questions lui venant en tête. In fine, le but de Philippe Fertray est de faire réfléchir. En cela, le pari est gagné.

Je suis certainement passé à côté de nombreuses choses, mais ce que j’ai pu en attraper m’a fait réagir.

Vous ne craignez pas les spectacles qui donnent des émotions et matière à penser, alors filez au théâtre de la Contrescarpe.
8 août 2019
8/10
4 0
Le spectacle ‘En mode projet’ m’a interpellé car le titre me rappelle mon intitulé de poste et c’est donc le nouveau spectacle de Philippe Fertray qui s’est fait connaitre avec son spectacle précédent : ’Pas d’souci.’

Je n’aime pas vraiment les one man show mais celui-ci a pour thème l’absurdité de notre monde du travail et Pôle Emploi se fait sévèrement étrillé au travers des aventures d’une série de personnages au parcours un peu déjanté mais pas si éloigné de la réalité. Ce spectacle est particulièrement bien écrit, truffés de bons mots (presque trop, j’ai eu la sensation d’en rater quelques-uns ou de sourire à retardement) et de concepts abscons en novlangue. L’humour est grinçant mais jamais gratuit, il y a toujours un sens. Voilà un one man show corrosif totalement sous contrôle !

L’histoire : Alfred, est tombé de sa chaise de bureau pour atterrir chez Pol Empoil assez rudement mais le coach le prend en main et faire participer à un stage où il faut se mettre en mode projet afin de retrouver un emploi.

Le regard de Philippe Fertray se pose avec une acuité mordante sur l’urgence de la situation du monde du travail ! Quand il incarne le coach de Pol Empoil qui baragouine en novlangue, il est fantastique ! La taille de la salle donne l’impression de faire partie du stage de motivation, j’ai bien cru que Philippe Fertray allait nous interpeller pour que nous présentions notre projet.

On retrouve à la mise en scène Marc Pistolesi (c’était lui aussi pour le chouette spectacle ‘Ivo Livi ou le destin d’Yves Montand’).

Je n’ai pas hurlé de rire tout du long du spectacle mais j’ai vraiment apprécié ce texte intelligent et ciselé qui mériterait d’être lu à tête reposée pour profiter de toutes les perles dont il regorge.
Afficher les 2 commentaires
9/10
3 0
... Un spectacle décapant, drôle et intelligent. Sa thématique militante nous invite à la réflexion et ne nous prive surtout pas d’en rire. Très agréable moment à ne pas manquer. À l’affiche tout l’été.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu d'acteur
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor