Elle

Elle
De Jean Genet
  • Théâtre de l'Athénée-Louis-Jouvet
  • 7, rue Boudreau
  • 75009 Paris
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Laissée inachevée par Genet, "Elle" est le pape, tout simplement, monté les fesses à l’air sur patins à roulettes et se livrant divinement à un photographe.

Car l’Église, elle aussi, s’y connaît en théâtre…

Familier de l’auteur, interprète de Madame dans Les Bonnes, Alfredo Arias incarne lui-même ce poétique et provocant mélange de chair et d’auréole.

 

Note rapide
6/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
33%
2 critiques
Note de 8 à 10
67%
Toutes les critiques
18 mars 2018
6/10
4 0
En 1955, Jean Genet écrit « Elle ». Toutefois, il laissera le texte inachevé. Il refuse même sa publication avant sa mort. La pièce ne va prendre vie sur la scène d’un théâtre qu’en 1989 avec Maria Casarès. Aujourd’hui, c’est au tour d’Alfredo Arias de présenter autrement cette singulière histoire. Il prend le parti déjà de commencer avec le prologue de Juliette et le Pape du Marquis de Sade et s'achèvera avec l'épilogue À un Pape de Pier Paolo Pasolini en italien. Un choix qui n’est absolument pas neutre pour compléter ce récit.

Le décor assez pauvre permet de valoriser l’impertinence et la provocation des mots. L’expression « L’habit ne fait pas le moine » prend ici tout son sens. Perversion affichée avec un religieux se baladant à moitié nu. Travestissement de l’apparence comme des pensées qui peuvent être à double sens. Homosexualité provocatrice dans les actes et les paroles. Réflexion sur l’importance d’une image et de sa diffusion. Ou faudrait-il qu’il n’y ait pas d’image pour qu’on aime encore plus le pape ? A moins qu’il faille qu’il soit un morceau de sucre et pourrait ainsi couler dans les veines de tous les croyants ? Le metteur en scène joue l’effrontée avec des petits détails comme une pomme rouge, sur le fait que des femmes jouent le rôle d’hommes, une robe incroyable pour le pape avec fesses à l’air…
9/10
6 0
Calé au cordeau, comme d’habitude chez Arias, tout est fait, de la mise en scène aux lumières et aux costumes jusqu’aux jeux des comédiennes et des comédiens pour nous ravir par ce spectacle grandiose et ce texte magnifique. Superbe !
10 mars 2018
9/10
37 0
Non tantum habemus papam, sed etiam pontificem qui quaerit habemus !
Oui, le pape de Genet s'interroge !
Qui est-il donc ?

Cette question apparemment saugrenue va troubler ce photographe qui au petit matin est venu tirer un saint cliché à l'intention de quinze millions de fidèles d'une contrée lointaine.

Le pape, c'est Elle ! Elle est montée d'ailleurs sur des patins à roulettes...
Elle ira même jusqu'à penser qu'Elle pourrait être en fait un morceau de sucre que les fidèles feraient eucharistiquement dissoudre dans leur café. (Ce qui fait dire à Arias dans sa note d'intention qu'à ce compte-là, les diabétiques seraient d'infernaux hérétiques...)

C'est vous dire si Elle s'interroge, ce pape-là !

On comprend très vite que pour Jean Genet, grâce aux ors, au cérémonial, au décorum, la réalité est fabriquée et n'est pas celle que l'on croit !

Ceci ne vous rappelle rien ? BIen sûr que si !
La réalité fabriquée, c'est l'essence même du théâtre, que décrit l'auteur des Bonnes.

Elle, c'est une allégorie du théâtre, de sa tromperie, de sa fausseté qui fonctionne chaque soir, et qui rassemble les fidèles venus communier devant les officiants-célébrants-comédiens.

Genet-Arias. Une histoire commune puisque les deux se sont côtoyés, les deux ayant failli travailler ensemble.
C'est donc en terrain connu que le metteur argentin se retrouve.

La pièce, écrite en 1955 a été représentée pour la première fois de façon posthume à Parme en 1989. C'est d'ailleurs une femme, Maria Casarès, qui jouait le rôle du pape. Plus Elle, ça ferait trop !

El señor Arias va s'en donner à cœur joie.
Coiffé d'une gigantesque tiare immaculée que maintiennent en place ses deux oreilles, vêtu d'une magnifique soutane faite d'un tissu noir et blanc aux motifs batik africains pour le bas et d'une mosette quadrillée façon Arlequin psychédélique, il est vraiment très beau !

C'est une vraie réussite picturale, d'autant que les belles lumières crues du célèbre Jacques Rouveyrollis mettent en valeur ce beau costume.

L'Alfredo va s'en donner à cœur joie.
Le texte de Genet sera encore une fois une magnifique et jouissive source de provocation, d'insolence et de subversion. Comme chacun sait, par exemple, c'est en déféquant que le pape est pénétré de l'inspiration divine. C'est bien connu.

Qu'est-ce que ça fait du bien de voir secouée ainsi la bien-pensance et le politiquement correct !
Quatre spectateurs quitteront d'ailleurs la salle avant la fin du spectacle. Peut-être auraient-ils dû prendre quelques renseignements avant de faire le déplacement...

Nous aurons la chance de voir et d'écouter chanter Alejandra Radano qui interprétera un texte de Pasolini rajouté en guise de post-scriptum. La comédienne incarnera auparavant le photographe en uniforme noir à culotte de cheval. Un uniforme très évocateur.

Adriana Pegueroles sera un huissier très hiératique, en queue-de-pie, chargé d'annoncer les hauts-faits d'Elle.

Quant à Mario Montes, il sera un prélat grand pêcheur devant l'éternel (oui oui, avec un accent circonflexe. Aussi...), avec sous son manteau rouge une ceinture de poissons ballotants comme les bananes de Joséphine Baker, sans oublier porte-jarretelles et bas tout aussi vermillons.
La pourpre cardinalice en prend un sacré coup et c'est tant mieux.

Alfredo Arias nous propose donc un spectacle millésimé grand cru.
La pièce de Genet n'a pas pris une ride.
D'ailleurs, j'ai trouvé une ressemblance physique assez flagrante avec un certain Jorge Mario Bergoglio.
Les origines argentines doivent expliquer ceci...

Arias noster, qui non es in coelis, sanctificetur nomen tuum !
Ita, missa est !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor