Duras, de tout... de rien... de rien du tout

Duras, de tout... de rien... de rien du tout
De Marguerite Duras
Mis en scène par Claire Deluca, Jean Marie Lehec
Avec Claire Deluca
  • Claire Deluca
  • Jean Marie Lehec
  • Théâtre de la Reine Blanche
  • 2bis, Passage Ruelle
  • 75018 Paris
  • La Chapelle (l.2)
Itinéraire
Billets de 17,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Marguerite Duras disait : "Ce sont des gens qui parlent et que la parole entraine. Qu'est-ce qu'ils ont en commun ? Une certaine folie."

Nous avons voulu faire découvrir des aspects inattendus et méconnus de l'écriture durassienne. 

Notre adaptation est un rapprochement de textes choisis dans Les Eaux et Forêts, le Shaga, La Vie Matérielle, Outside, Le Monde extérieur, Écrire, Les Yeux Verts... 

On y trouve les mêmes thèmes (la solitude, l'amour, le crime, la folie dans son innocence...) traités avec humour, tendresse et drôlerie... même s'il y a derrière cela une fêlure à peine exprimée.
On peut croire qu'il n'y a que deux personnages, un homme et une femme. En réalité, ils sont multiples, l'écriture passant d'un personnage à l'autre, sans altérer la clarté du propos. 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
9,5/10
31 0
Quelle délicieuse découverte que voilà, des textes de Marguerite Duras sautant à pieds joints dans des flaques d’humour ! Éclaboussant partout l’absurde frotté de surréalisme qui s'en échappe, parfois caustique et toujours complice.

Ce rapprochement de textes se révèle un passionnant florilège d'extraits drôles et surprenants. Il nous transporte dans des ambiances construites comme « pour-de-rire » autour d’une conversation entre deux personnages, emplie de naïveté et de poésie. Rien n’est vain car tout fait sens dans nos pensées et dans notre imagination. Étonnante facette de l’écrivaine que nous découvrons-là.

Ce spectacle est signé par Claire Deluca (fine connaisseuse de l’auteure, ayant reçu un prix d’interprétation féminine pour La Musica) et par Jean-Marie Lehec, pour l’adaptation, la mise en scène et l’interprétation. Ils resplendissent tous les deux dans cette mise en vie des textes de Marguerite Duras, qu’ils semblent goûter autant que nous. La finesse de leur interprétation rend délicate et efficace chacune des répliques par ailleurs réjouissantes.

L’écriture du spectacle pousse l'audace jusqu’à jouer avec les mots comme avec des billes, les lancer, les entrechoquer et les laisser glisser sur les pentes cocasses et improbables de leurs sens premiers. La scénographie simplifie adroitement les déplacements pour rester fidèle à cette impression de conversation impromptue mais pas que… d'une sorte de rencontre entre deux personnages qui ne se connaissent pas quoique…

Ces morceaux choisis, ô combien merveilleux, nous invitent à de surprenantes échappées belles vers des idées un peu folles, portées par des textes aux tournures adroites de l’élégance et aux atouts narquois de la dérision. Séquences fleuries mais jamais insipides dans ce jardin inattendu où nous pourrions croiser aussi d’autres illustres auteures et auteurs comme Pierre Étaix et Julie Aminthe, Jacques Tati et Évelyne de la Chenelière ou encore Pierre Notte et Samuel Beckett. Jardin poétique à l’illogisme rieur où sont évoqués des imaginaires pris en flagrant délit de les avoir crus véritables.

Une des très bonnes surprises de la saison. Ce spectacle est une gourmandise irrésistible d’intelligence et de drôlerie. Du bel ouvrage.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor