Duel Opus 3

Duel Opus 3
  • Théâtre de la Gaîté-Montparnasse
  • 26, rue de la Gaîté
  • 75014 Paris
  • Edgard Quinet (l.6), Gaité (l.13)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 40,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Après avoir triomphé en France et à travers plus de 39 pays, le duo musical DUEL se féminise pour un troisième Opus.

Nathalie Miravette, pianiste aux doigts de fée rejoint Laurent Cirade (violoncelle).

La féminité brute de l’un rencontre l’espièglerie garçonne de l’autre et la partition devient savoureuse. Lui, le colosse derrière son fragile violoncelle et elle, toute petite derrière son imposant piano à queue, ils se cherchent, ils se provoquent, ils se toisent pour mieux se rencontrer et trouver enfin l’accord.

Note rapide
7/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
23 nov. 2018
7,5/10
1 0
DUEL Opus 3 a connu un grand succès en Avignon mais je n'ai découvert ce duo aussi étonnant que détonant à Paris.

Elle (Nathalie Miravette) arrive en robe longue, et lui (Laurent Cirade) en caleçon. Elle doit le tirer par le col pour qu'il accepte d'être sur scène. Le ton est donné, celui d'une scène de ménage qui finira par virevolter harmonieusement.

Il va grincer, couiner, coincer ... les onomatopées s'enchainent mais jamais, ô grand jamais aucune parole ne sera échangée entre les deux virtuoses. Car il en faut du talent pour oser faire ce qu'ils font.

Il va réparer, poncer, clouter son instrument -un violoncelle- alors qu'elle répète à l'envi La lettre à Elise ... évidemment. Les gags se suivent. Des bruits de bottes les stoppent. Ils vont passer les partitions à la déchiqueteuse et plus tard il répondra en brandissant une tronçonneuse. Mais ne croyez pas que la douceur n'ait pas sa place dans le spectacle.

La lumière devient rouge. Il est toréro et la musique prend un air de tango. Tout à l'heure nous entendrons un Love me tender orgasmique.

La musicienne se saisit du piano ... à bretelles, autrement dit de l'accordéon. C'est fou le nombre de voix aigües différentes qui peuvent exister. Le spectacle est renversant ... allant jusqu'à nous donner un air de Carmen à l'envers.

La voilà qui mute et se fait électro-acoustique en portant une robe piano. Jazz, rock, classique et baroque s'accordent enfin.

Voilà un spectacle qui mérite le qualificatif de réalité augmentée. C'est loufoque mais brillant ! Il faut le voir, et le revoir ... et espérer un Opus 4 parce qu'il ne faudrait pas que que le duo abandonne le ring.
12 nov. 2018
7/10
3 0
Ce musical est moins classique et en décalage avec les autres opus. C’est assez déroutant d’autant que l’entrée en matière est particulièrement surprenante.

La mise en scène inventive de Gill Gaillot est complètement déjantée parfois même excessive. Malgré tout le spectacle est agréable grâce à la virtuosité des deux musiciens. Un duel explosif du pop rock au classique en passant par la techno entre l’humour du grognon Laurent Cirade et la dynamique Nathalie Miravette aux doigts de fée. C’est original et inventif. Ils poussent le paroxysme jusqu'à un délirant concerto orgasmique.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor