Don Karlos

Don Karlos
  • Théâtre de la Commune
  • 2, rue Edouard Poisson
  • 93300 Aubervilliers
Itinéraire
Billets de 11,00 à 40,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Est-ce qu’on peut être sûr que, quand on agit pour le Bien, on le réalise ?

Comment faire pour qu’une vérité s’actualise dans un monde où règne le soupçon ?

Don Karlos, c’est un monument du théâtre allemand, que la compagnie Epik Hotel réveille et remet en fougue. C’est un thriller aux accents shakespeariens, écrit par l’immense Schiller, qui touche à bout portant à notre actualité. La pièce, qui a servi de livret à l’opéra de Verdi, se présente sous la forme d’un triangle amoureux : Don Karlos, fils du roi Philippe II d’Espagne, souffre de la perte de sa fiancée Elisabeth, depuis que son père l’a choisie pour reine. Mais très vite, la trame se double d’un affrontement entre la raison d’État et l’Idée politique d’une humanité libérée.

Pendant que Domingo et le comte d’Alba, deux carriéristes - l’un religieux, l’autre militaire - cherchent à s’emparer du pouvoir ; le marquis de Posa, ami fidèle de Don Karlos, tente, au prix de quelques manipulations, d’empêcher que le peuple qui se soulève dans les Flandres ne soit réprimé. Conspiration, égoïsme, chantage : dans la cour d’Espagne sous le joug de l’Inquisition, tout travaille contre le philosophe ami du prince. Sauf, peut-être, l’amour, et le rêve divin qui préfigurent les évènements de 1789.   

 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
20 déc. 2017
9/10
2 0
Don karlos de Frédéric Schiller mise en scène de Catherine Umbdenstock

Sous l’inquisition le roi d’Espagne autoritaire et totalitariste éloigne son fils Don Karlos du trône. Lui trouvant des idées politiques trop libérales.
De plus il épouse la princesse Élisabeth de Valois amoureuse et fiancé à Don Karlos.
Où va donc nous mener ce conflit idéologique et générationnel.
Dans une ambiance de doute, de suspicion, de conspiration et de malentendus. Nous allons vivre des intrigues politiques et amoureuses parfois cocasses parfois cruelles.
On est captivité par le devenir de Don karlos ainsi que de son fidèle ami d’enfance ; le marquis de Posa qui refuse la guerre et proclame indulgence. « Jusqu’au peut-on aller pour défendre ses idées »

La mise en scène est inventive et surprenante.
Certains rôles masculins sont tenus par des comédiennes.
Chloé Catrin nous séduit en interprétant Le marquis de Posa représenté par une jeune femme d’aujourd’hui déterminée et audacieuse.

Nathalie Bourg nous conquit en jeune femme conformiste et despotique incarnant Domingo, le prêtre.
Tous les comédiens sont talentueux. Christophe Brault Philippe II, Roi d’Espagne, Clément Clavel Duc d’Alba, chef des armées, Charlotte Krenz Princesse d’Eboli, Claire Rappin Elisabeth de Valois, Reine d’Espagne, Lucas Partensky Don Karlos, prince héritier, Adrien Serre le Page et le Grand Inquisiteur.
Les costumes contemporains des premiers actes puis le final en costumes d’époque nous questionnent sur la récidive de l’histoire.
Les décors sont épurés et élégants. De grands panneaux en plastique limitent la scène et l’on peut voir des ombres se profiler.
C’est très aérien cela adoucie la cruauté de l’inquisition.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor