Die Weise von Liebe und Tod des Cornets Christoph Rilke

Die Weise von Liebe und Tod des Cornets Christoph Rilke
De Anne Teresa De Keersmaeker
  • Théâtre de Gennevilliers
  • 41, avenue des Grésillons
  • 92230 Gennevilliers
Itinéraire
Billets de 7,00 à 24,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

À son habitude, la chorégraphe provoque un dialogue entre les structures, qu’elles soient musicales ou chorégraphiques, créant sa propre partition rythmique.

Qu’elle choisisse la musique de Mozart dans Mozart/Concert Aria’s, Joan Baez dans son solo Once ou Steve Reich dans son duo fondateur Fase, Four Mouvements to the Music of Steve Reich, elle compose. Cette fois, elle va à la rencontre du poème en prose Le chant de l’amour et de la mort du cornette Christoph Rilke que Rainer Maria Rilke écrivit à l’âge de 23 ans. Il ne s’agit pas pour elle d’élaborer à partir de Rilke une pantomime actuelle, encore moins d’illustrer le texte ou de le traduire scéniquement mais de trouver des chemins de traverse.

 

Dans cette nouvelle pièce, Anne Teresa De Keersmaeker poursuit un amour de toujours : trouver ce qui trace la relation entre danse et texte, parole et mouvements. « Voilà un moment déjà » écrit-elle « que je m’intéresse aux origines du mouvement. Plus encore que les pas, la respiration est un des motifs du mouvement, les plus élémentaires et essentiels à la vie. Avec l’inspiration naît le bruit, le bruit devient parole et la parole chant. Une voix ne peut mentir : elle dévoile l’intimité d’un individu (…) À ce Cornet de Rilke, je veux donner souffle et voix, en abordant le texte comme une partition. Comment incarner la langue dans une narration ? Que se passe-t-il quand on confronte la logique d’un texte à une logique de mouvement indépendante ? »

Sa danse se glisse dans le corps du texte, dans le sous-texte, elle saisit les nuances, les turbulences et s’aventure dans les zones obscures, dans les interstices dévoilés par le poète.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
6 déc. 2015
8/10
55 0
Un plateau dénudé tout en profondeur, un espace vierge de tout mouvement, de toute présence lorsque Michaël Pomero arrive pour entamer un sublime prologue au spectacle. Dans un solo empreint de fougue et de passion, sans aucun autre accompagnement que le bruit de ses pas, il va peu à peu laisser les traces de ses déplacements sur le sol clair du plateau, légèrement recouvert d’une fine pellicule de poussière qui s’efface au fil de ses passages, comme un vernis s’écaille lorsque le temps fait son œuvre en agissant sur lui.

De courses interrompues en sauts, ronds de jambes et ports de bras majestueux, pas un bruit ne vient troubler sa prestation observée par un public subjugué et toujours dans la lumière de la salle. Puis l’obscurité se fait et en fond de scène, sur grand écran, le titre de l’œuvre apparait, en allemand côté jardin et en français côté cour. Alors, dans un impressionnant silence enveloppant en douceur l’assistance, le texte de Rainer Maria Rilke nous est offert en lecture, dans les deux langues, pour une découverte individuelle, intime de cet écrit, une projection brute dans le noir apaisant d’une œuvre de jeunesse de l’écrivain autrichien. A mi-lecture, une silhouette apparait et souffle maladroitement dans sa flûte traversière avant d’enrichir une évidente mise en tension. Il s’agit de Chryssi Dimitriou, progressivement mise en lumière mais qui restera légèrement en retrait de la suite à venir, à savoir un amour fusionnel exprimé par le couple Anne-Teresa de Keersmaeker et Michaël Pomero dans un duo fabuleux. Les sons, comme des étouffements, suivis d’un souffle saccadé, prennent tout leur sens mais lorsque la musicienne va se mettre sur le côté pour observer les deux danseurs, nous nous laissons emporter par leurs jeux d’ombres.

Leurs corps se prolongent, se complètent, se rejoignent avant de se fondre l’une à l’autre puis, lentement, leurs ombres se démultiplient. C’est d’une beauté renversante jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent net et qu’Anne-Teresa de Keersmaeker ne déclame le texte de Rilke dont la traduction ne s’affichera qu’à mi-parcours. Pour qui ne comprend pas la langue de Goethe, il faudra s’attacher davantage à la musicalité des sonorités qui donne envie de fermer les yeux pour mieux en savourer la douceur qui en résulte.

Si la chorégraphe belge voulait « travailler sur l’incarnation des mots », nous déplorons que la partie danse ne soit pas assez étoffée. Les mouvements posés sur les mots de Rilke ne nous touchent pas toujours, l’ensemble manquant parfois d’émotions.

Cependant, il reste la beauté de la langue, la poésie exprimée et l’évocation fine et sensible du texte. La représentation est éminemment délicate mais de longs passages de récitation restent sans mouvements, ce qui implique chez le spectateur une baisse de l’intensité malgré une mise en tension fulgurante installée durablement entre la musique et la danse. La flûtiste est bien évidemment au cœur de cette musicalité avec les mélodies du compositeur italien Salvatore Sciarrino mais également la langue allemande de Rilke, d’une fluidité notable, sublimée par Anne-Teresa de Keersmaeker elle-même, formidable récitante qui révèle toute la beauté du texte dont elle s’empare avec force et conviction pour une remarquable incarnation bien qu’elle tende à s’en affranchir par la danse. Peu à peu, la fulgurance du texte fait corps avec les mouvements, jusqu’à baigner le plateau et la salle d’une lumière rouge sang au passage le plus fulgurant de la narration. Avant un retour plus calme, avec toujours une récitante expressive, presque sensuelle. Lorsque le texte s’achève, nous sortons de notre torpeur par une lumière blanche, aveuglante, violente, en adéquation avec ce qui vient de se passer. C’est bouleversant.
Malgré quelques petits défauts, la performance nourrissante d’Anne-Teresa de Keersmaeker propose, après Golden Hours (As you like it) inspiré par Shakespeare et présenté en fin de saison dernière au Théâtre de la Ville, un nouveau lien entre littérature et danse ou plutôt entre poésie et mouvements, faisant de ce Chant de l’Amour et de la Mort du cornette Christoph Rilke une œuvre exigeante d’une rare beauté.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor