Des trains à travers la plaine

Des trains à travers la plaine
De Florian Zeller
Mis en scène par Ladislas Chollat
Avec Thierry Frémont
  • Thierry Frémont
  • Guillaume de Tonquedec
  • Comédie des Champs-Elysées
  • 15, avenue Montaigne
  • 75008 Paris
  • Alma Marceau (l.9)
Itinéraire
Billets de 30,00 à 70,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Le titre mystérieux de cette pièce fait référence à une chanson d’Alain Bashung, et qui commence ainsi : « La nuit, je mens / je prends des trains à travers la plaine ». Cette pièce raconte en effet l’histoire d’un homme qui ment - mais qui nous apparaît tout d’abord comme un homme admirable.

C’est un médecin reconnu que tout le monde célèbre : il reçoit des fleurs des patients qu’il vient d’opérer, il a la légion d’honneur et un Ministre vient même lui confier une mission d’observation des différents laboratoires pharmaceutiques. C’est aussi un père de famille parfait : quand sa fille se sépare de son fiancé, il tente par tous les moyens d’apaiser les choses et de favoriser une réconciliation entre eux. Tout le monde l’admire.

Mais derrière ce visage idéal, qui apparaît de plus en plus comme un masque, se cache un autre être, plus ambivalent, plein de contradictions et de zones d’ombres. Connaissons-nous vraiment les gens qui nous entourent ? Ne portons-nous pas tous en nous un monstre que nous tentons de dissimuler aux autres ?

 

C’est la question que pose cette pièce à suspens, en empruntant le registre du « thriller psychologique ».

Une jeune femme est assassinée. Qui était-elle ?

Qui est celui qui a décidé de la faire disparaître ? Et pourquoi notre homme admirable se retrouve-t-il subitement dans le bureau d’un inconnu qui tente de lui arracher sa version des faits ?

« La vérité finit toujours par apparaître », lui affirme ce dernier, d’un ton menaçant.

En écrivant cette pièce, j’ai voulu faire une variation sur le thème de la culpabilité. Nous sommes tous coupables d’un crime que nous tentons de rendre invisible. Cet homme admirable, ce pourrait être Cahuzac ; ce pourrait être moi ; ce pourrait être vous.

Florian Zeller

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor