Croquefer

Croquefer
  • Théâtre Déjazet
  • 41, boulevard du Temple
  • 75003 Paris
  • République (l.3, l.5, l.8, l.9, l.11)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Il était une fois Croquefer ou Le dernier des paladins

Dans un monde médiéval, Croquefer a enlevé Fleur-de-Souffre, la fille de son ennemi juré, le chevalier « incomplet » prénommé Mousse-à-Mort. Las et ruiné de leur guerre de 23 ans, le dernier des paladins veut se servir de sa captive pour y mettre fin. Mais cela est sans compter sur son fidèle et ambitieux écuyer Boutefeu ainsi que son neveu Ramasse-ta-Tête qui n'est autre que l'amant de la princesse captive... Affaire à suivre !

Quand la technologie s'invite dans l'opéra En tapant le mot « paladin » dans un moteur de recherche, des milliers de références nous renvoient à l'univers de l'heroic fantasy, particulièrement familier pour les habitués de jeux vidéo. L'univers des œuvres d'Offenbach se révèle très propice à l'utilisation d'effets spéciaux !

Loin de dévoyer l'opéra, le virtuel permet de le réinventer et de lui apporter une dimension résolument « XXIe siècle ». La production de Croquefer par Opéracting est ainsi une nouvelle porte ouverte sur la façon de jouer l'opéra et sur l'intégration des nouvelles technologies de l'image au théâtre, une spécialité que développe l'association depuis sa création.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
6 nov. 2017
8,5/10
42 0
Ce fut une soirée à vous donner une sacrée pêche, comme seules les pêches peuvent être sacrées, lorsqu'elles ont vraiment décidé d'être sacrées !

Cette soirée-là constituait l'ouverture de la saison de l'association « Opéracting ».
Cette association s'est donné le noble (et nécessaire) but de démocratiser l'opéra, gangrené (je cite les mots d'ouverture d'Alexandre Carmelo, le metteur-en-scène) par le prix des billets et l'entre-soi culturel.
Pas mieux !

C'est Jacques Offenbach qui était à l'honneur avec son opéra-bouffe « Croquefer ou le dernier paladin ».
Opéra-bouffe ? Une pochade, oui, un divertissement complètement déjanté, une farce maîtrisée de bout en bout !

Croquefer, un souverain médiéval (d'opérette, finalement...) est en lutte contre Mousse-à-Mort.
Il a capturé Fleur-de-Soufre, la fille de son ennemi, dont va s'amouracher Ramasse-ta-Tête, son neveu.
J'ai oublié de vous dire qu'en entrant sur scène, ce dernier paladin-là avale son sabre, ce qui le gêne énormément par la suite pour s'asseoir. (Je voudrais vous y voir, vous !..)
Vous suivez ? Peu importe !

Offenbach et ses librettistes Adolphe Jaime et Etienne Tréfeu ont concocté en 1857 une œuvre totalement surréaliste avant l'heure, et complètement burlesque.
Extrait du livret : « Je n'ai pas connu mon père, il est mort trois ans trop tard... »

Trois ténors sont sur scène.
Quatre en fait, car Mousse-à-Mort est un rôle... muet.
Il s'agissait pour Offenbach de faire un pied de nez aux conventions de l'époque, qui n'admettaient pas plus de quatre chanteurs lyriques sur la scène d'un opéra-bouffe.

Ce rôle était dévolu hier au parrain de l'association pour cette saison, à savoir Bruno Putzulu, en armure plus ou moins rouillée, avec des panneaux explicatifs en lettres gothiques à la main.

L'ancien de la Comédie Française, bien que muet, est irrésistible d'humour en chevalier revenant de Palestine. Il est d'un drôle !

Fleur-de-Soufre, la princesse qui deviendra assassin est incarnée par Claire-Elie Tenet.
Sa voix et son jeu scénique m'ont enthousiasmé !
Elle aussi est très drôle, elle est parfaitement crédible, et surtout, elle chante formidablement.
Elle monte haut, elle monte juste.
C'est un régal pour les yeux et les oreilles !

Xavier Mauconduit lui donne la réplique de la meilleure des façons.
Leurs duos sont très cohérents, on sent une vraie pâte sonore. Une vraie réussite. !

Les chanteurs étaient mis en scène par Alexandre Carmelo. Tout est enlevé, très vif !
Ca pulse, ça bouge, ça vibre !

Savitri de Rochefort dirigeait l'ensemble Zoroastre composé de neuf musiciens (violon, alto, violoncelle, contrebasse, percussions, clarinette, flûte/piccolo, cor d'harmonie et piano).
Là aussi, une grande cohérence.
Les musiciens s'amusent, leur cheffe sourit aux facéties qui se déroulent sur le plateau.

Au final, régnaient sur le Déjazet hier une réelle fraîcheur, une totale légèreté, une joie palpable.
Bien entendu, que de travail pour arriver à donner au public ces sentiments-là...

Vive l'opéra démocratisé !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor