Comment j'ai dressé un escargot sur tes seins

Comment j'ai dressé un escargot sur tes seins
  • Théâtre Le Bout
  • 6, rue Frochot
  • 75009 Paris
  • Pigalle (l.2, l.12)
Itinéraire
Billets à 11,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

« Tendresse contre folie, poésie contre un monde de brutes… Voilà le pari de ce texte qui a trouvé la complicité du poète-comédien Salvatore Caltabiano et du metteur en tendresse Serge Barbuscia ». 

Et si on parlait tendresse ? Dans ce monde qui sombre de plus en plus dans la violence, dans ce monde qui tourne de plus en plus vite sans savoir où se trouve l’horizon rédempteur, la tendresse est presque une forme de résistance culturelle.

La tendresse et son corollaire, la poésie, sont des comètes qui reviennent pour nous parler de quelque chose d’essentiel, quelque chose que l’homme ne doit pas extirper de son être…

Note rapide
7/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
33%
2 critiques
Note de 8 à 10
67%
Toutes les critiques
1 juin 2019
8,5/10
3 0
"Comment j'ai dressé un escargot sur tes seins" de Matéi Visniec au théâtre Le Bout dans une mise en scène de Rémi Cotta est une opération à cœur ouvert d'un amour surréaliste.

Tel un aventurier Miguel-Ange Sarmiento apparaît sur scène à la conquête de son amour.
Dans un texte emprunt de drôlerie, de douceur, à la limite du burlesque, l'auteur nous guide dans son imaginaire ; un imaginaire qui nous donne le sourire tout au long du récit.

Un cœur qui au premier abord pourrait être un organe singulier devient un être à part entière.
Il se pose sur la table et exprime sa passion pour l'être aimé. Il sort de son confort pour se mettre à nu et séduire sa belle.

Matéi Visniec, contemporain, auteur prolifique né en Roumanie, bravant les interdits sous l'oppression de Ceausescu sort des sentiers battus et dans un récit surréaliste, onirique, combat ce réalisme d'un autre temps, aujourd'hui d'un autre siècle, pour devenir persona non grata dans son propre pays.

Sa plume inventive glisse sur le papier et son encre libère des mots d'amour dans une pure poésie par moments érotique. Avec gourmandise nous dégustons chaque syllabe de cette fable.
Dans un imaginaire qui n'a pas de barrières, l'auteur nous transporte sur le dos de cet escargot qui escalade tous les obstacles pour arriver à ses fins.

Miguel-Ange Sarmiento dans un talent indéniable avec le soleil dans sa voix et ses yeux conte dans une bienveillance son immense amour ; charmeur dans l'âme, il réussit le tour de force de dominer notre attention sans jamais la lâcher.

Cet aventurier au grand cœur dompte cet impétueux escargot nommé Basile, parti par monts et par vaux à la recherche de la pointe des seins de son amour.
Depuis sa tente dressée sur le sol, il poursuit son voyage ; à la lueur de sa lampe, il explore l'intimité de cette femme qui lui donne du fil à retordre, jouant au chat et à la souris.

Rémi Cotta a construit comme une partition musicale sa mise en scène donnant la part belle au fantastique, à la poésie des situations (la fin vous réserve une belle surprise).
Sa complicité dans le travail avec Miguel-Ange Sarmiento ne fait aucun doute, elle se poursuivra avec ce spectacle dans d'autres langues : l'italien, l'espagnol et l'anglais.

Par petites touches, avec conviction et délicatesse Miguel-Ange Sarmiento "est" cet homme éperdument amoureux qui voit son amour l'envahir pour mieux le posséder, l'étouffer, jusqu'au rejet.

Un spectacle dont on sort avec le sourire aux lèvres, reposé d'une heure d'émotion, laissant de côté tous les tracas de la vie quotidienne.
Une réconfortante vue de la vie amoureuse !
26 janv. 2019
7/10
4 0
Quand la folie du monde rencontre la folie d'un auteur cela ne peut donner naissance qu'à un spectacle singulier.

Savaltore Caltabiano avec son air innocent nous embarque dans un univers étonnant. Il a une présence sur scène incroyable ce qui lui permet de nous raconter ce qu'il veut, on l'écoutera. La mise en scène de Serge Barbuscia surprend au premier abord. Sur scène, on ne trouve qu'une caisse imposante en bois et rien d'autre. Le plus important se situe là et nulle part ailleurs. Le talentueux comédien en sort pour par la suite s'approprier l'objet cocon, maison en s'enfermant à l'intérieur ou en s'asseyant dedans face au public. Un objet qui se manipule qui permet alors de se donner différentes perspectives face à ces blessures émotionnelles. En liaison des moments de silence, un accompagnement musical harmonieux se fait entendre d'Eric Craviatto et la voix chaleureuse de Dorothée Leveau pour accompagner ce voyage.

En parallèle, il faut souligner le très jolie travail de lumière de Sébastien Lebert qui met en valeur les moments importants avec délicatesse.
9,5/10
4 0
... Un spectacle qui illumine l’univers poétique et rugueux de Visniec. Une mise en scène rieuse et éclatante. Un comédien formidable. Vous ai-je dit que j’adore Vișniec et qu’ici il est merveilleusement servi ?
Courez-y !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor