Musiques et Choeur de l'armée française

Musiques et Choeur de l'armée française
  • Palais des Congrès
  • 2, place de la Porte Maillot
  • 75017 Paris
Itinéraire
Billets de 39,00 à 80,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Il est l'unique choeur d'hommes professionnel en France à représenter notre nation à des manifestations officielles dans le monde.

45 chanteurs repérés dans l'élite des professionnels français font partie de cette formation spéciale de la Garde Républicaine.

A l'instar de l'orchestre de la Garde Républicaine, avec lequel il partage régulièrement les honneurs, le Choeur de l'Armée Française est dirigé par le Capitaine Aurore Tillac, titulaire d'un premier prix mention très bien à l'unanimité du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Un répertoire éclectique, allant des chansons traditionnelles et populaires aux grandes oeuvres classiques lyriques, fait de ce Choeur de l'Armée Française, une exception culturelle française des plus appréciées. Un moment dédié aux mélomanes et aux amateurs de cet art.

 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
29 janv. 2018
8/10
24 0
Chose promise, chose due !
Le 22 novembre dernier, jour de la Sainte-Cécile, j'avais promis à la Lieutenante-Colonelle Aurore Tillac, cheffe du Choeur de l'Armée française, d'assister au concert de lancement de la tournée du spectacle regroupant plusieurs prestigieuses formations de la grande muette.
C'est chose faite.

Sur la scène du Palais des Congrès, vont se succéder quatre formations militaires, donc.
Mais avant tout, ces militaires sont d'immenses musiciens professionnels.
Ce qui m'intéressait avant tout était d'écouter ces talentueux musiciens-là.

C'est la fanfare de cavalerie de la Garde républicaine qui ouvre le show.
Une nouvelle fois, je dois redire mon admiration pour la qualité d'exécution des différentes œuvres jouées.
Quelle précision, quelle mise en place, quel piqué des cuivres !
J'ai adoré une reprise formidable du célébrissime Sex Machine de James Brown.
Oui oui vous avez bien lu !

Le temps pour PPDA qui officie de nous susurrer deux-trois infos, et le bagad de Lann-Bihoué s'installe.

Le noir se fait.

Infra-basses assourdissantes. Bruit de vagues. Puissante voix off qui sort des enceintes.
Les musiciens entrent sur scène. Très impressionnants, ces bombardes, ces bag-pipes, ces percussions ! (Il y a même une batterie complète.)

Je défie quiconque de ne pas avoir envie de se lever du siège et de bouger, danser, en entendant ces mélodies bretonnes. Ca pulse, ça vibre, ça déménage.

A noter que le bagad de Lann-Bihoué possède une étonnante particularité : son chef de musique est démocratiquement élu au sein des musiciens qui le composent.

Après l'entracte, c'est au tour du choeur de l'armé française d'entrer sur le plateau.
Une nouvelle fois, comment ne pas être émerveillé par le puissance, la virtuosité, l'excellence de ces chanteurs professionnels.
Aurore Tillac emmène ses « hommes » dans quatre chansons célébrant Paris (dont une merveilleuse version de « Paris en colère »). J'ai également énormément apprécié un sublime « Temps des cerises » ! Faust et Rigoletto sont également convoqués.

Quelle cohésion musicale, quelle pâte sonore, quelles délicates nuances !
Ces chanteurs sont vraiment remarquables.

Puis, c'est au tour de la Légion étrangère de faire son apparition, avec les fifres et le célèbre chapeau-chinois.
Le lieutenant-Colonel Emile Lardeux, le patron, est un véritable show-man.
Il ravit la salle de ses interventions très drôles (c'est lui, le chef, les cinq barrettes le prouvent ! )
Il a beaucoup de métier, et dirige de main de maître ses troupes, et le public également, que ce soit pour siffler ou applaudir dans la Marche du Colonel Bogey, la célèbre marche du Pont de la rivière Kwai.
Un autre grand moment qui déclenche l'hilarité générale : l'interprétation par le tambour-major du Fernandelissime « Félicie ». C'est un triomphe.
Nous écouterons également une étonnante et très réussie version du « Happy » de Pharell Williams.

Les cent-cinquante musiciens se retrouveront tous pour un final grandiose, avec l'obligée Marseillaise, ainsi notamment qu'une grandiose marche des trompettes d'Aïda.

On l'aura compris, ce fut pour moi qui ne nourrit pas plus que ça une folle passion pour la chose militaire une soirée de bien belles découvertes concernant un monde professionnel et artistique très exigeant, fait de musiciens ô combien talentueux.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor