C'est la Vie

C'est la Vie
De Mohamed El Khatib
Mis en scène par Mohamed El Khatib
  • Espace Cardin
  • 1, avenue Gabriel
  • 75008 Paris
Itinéraire
Billets de 10,00 à 26,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Avec bienveillance et humour, deux histoires intimes, un acte de partage, donc un acte de théâtre

« C’est la vie » : curieuse expression, ici reprise en titre du spectacle de Mohamed El Khatib, pour parler avec délicatesse de la mort qui survient. La mort s’inscrit certes dans le cycle de la vie, mais n’y a-t-il pas quelque insupportable injustice lorsque la Faucheuse vient ôter la vie d’un enfant ?

Un tel deuil est, pour l’auteur-metteur en scène, « un territoire abandonné par la langue ». Après finir en beauté, où il évoquait sa propre mère, il réunit deux acteurs, Fanny Catel et Daniel Kenigsberg, qui ont été confrontés au même moment (janvier 2014) à la perte d’un enfant. « Pour moi, confie Mohamed El Khatib, ils n’étaient dès lors plus des acteurs, mais des personnes dotées d’une qualité nouvelle et peu répandue, celles qui savent avec une acuité rare combien il y a un AVANT et un APRÈS. »

Un spectacle qualifié de « performance documentaire » : « le document à partir duquel nous avons créé cet acte de partage, constitue l’essence même de ce qui va fonder la représentation. »    

Note rapide
8/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
19 nov. 2017
8/10
3 0
C’est un « spectacle » qui devance les critiques dès son résumé : « une performance expérience limite qui tient sur le fil de la délicatesse » et va même jusqu’à « fast-checker », dans le livret distribué en début de spectacle, par les comédiens eux-mêmes les mots écrits par Mohamed El Khatib. Car ce dernier a l’habitude de nous laisser nous dépatouiller avec ce qui est vrai et ce qui l’est moins. Tout est écrit, que cela soit… écrit. Il n’est pas évident de critiquer une telle performance tellement elle touche à l’intime et au coeur.

Alors oui, on peut trouver que les moments où les comédiens interagissent sont un brin artificiels, mais pourtant essentiels à faire respirer la parole de l’un et de l’autre autour du drame qu’ils ont chacun vécu. D’ailleurs les écrans vidéos viendront les soutenir et alléger leur peine. L’humour y est également très présent, par le truchement des histoires juives racontées avec appétit par David Kenigsberg.

La jauge des spectateurs est réduite, nous sommes au plus près. Le soir où j’ai assisté à la représentation, celle-ci était traduite en langages des signes, ce qui me fait écrire que cela devrait être toujours le cas, tellement ça apporte de la poésie (même si ce n’est pas le but recherché, de toute évidence). Et comme pour « Finir en beauté », les acteurs ne viendront pas saluer mais seront présents à la sortie. Et comme pour « Finir en beauté », je prononçai du bout des lèvres un timide « merci ». L’émotion est là, car la sincérité de Mohamed El Khatib est toujours présente, même dans ses petits arrangements avec les morts, finalement indispensables.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor