Cassavetes

Cassavetes
Avec Florian Choquart
  • Florian Choquart
  • Lucernaire
  • 53, rue Notre-Dame-des-Champs
  • 75006 Paris
  • Notre-Dame-des-Champs (l.12)
Itinéraire
Billets de 13,00 à 39,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Un bureau, un verre de whisky, des feuilles qui jonchent le sol... Un rire résonne, celui de John Cassavetes.

Il nous raconte sa famille, sa première expérience avec la caméra et ses combats contre les grandes sociétés de productions.

Puis la rencontre qui bouleverse sa vie, sa femme et actrice fétiche : Gena Rowlands. À l’aide de projections d’extraits de films, le public est plongé dans l’univers du cinéaste. John les commente, se remémore ses souvenirs de tournage. Florian Choquart - nommé aux Molières 2015 - est à l’image de l’homme qu’était John jusqu’à son dernier souffle : survolté, généreux et passionnant.

Un ciné-théâtre qui retrace la vie du cinéaste John Cassavetes, 30 années d’audace et de passion.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
28 oct. 2018
9/10
2 0
Quel plaisir ce moment passé en compagnie de Cassavetes…
Dans un décor sobre des années 60, un jeune homme est assis à son bureau, il est absorbé devant sa machine à écrire, il tape un texte, il le jette au sol, il recommence...
Un peu plus loin, posés sur une commode, un poste de radio et une bouteille de whisky, l’ambiance est donnée, nous sommes dans le bureau de Cassavetes.
Tout à coup, un rire surgit, le jeune homme se lève.
C’est magique… C’est Cassavetes…

Nous voici parti en voyage pour découvrir ou redécouvrir ce grand homme qui a lutté pour le cinéma libre et indépendant contre l’industrie hollywoodienne. Il nous conte :
*Sa jeunesse, la découverte du cinéma en compagnie de son frère.
*Son expérience théâtrale où il rencontrera la femme de sa vie Gena Rowlands.
*Ses premières expériences au petit écran (Johnny staccato..), puis au cinéma (Rosemary’s baby..)
*Sa première expérience derrière la caméra (Shadows en 1959)
*son cheminement vers un cinéma indépendant.
Nous sommes plongés dans cette vie fourmillante d’idées, de créations, de passions, d’énergie et de persévérances de John Cassavetes.
*Bon ou mauvais, peu importe. Il faut que ce soit possible. JC
Des extraits de quelques-uns de ses films sont projetés sur un écran en fond de scène : Sandows, femmes sous influence, meurtre d’un bookmaker chinois …) Nous avons le grand plaisir de voir Gena Rowlands merveilleuse actrice ainsi que Peter Falk, Ben Gazzara …

Florien Choquart que j’avais beaucoup apprécié dans « La dame de chez Maxime » nous campe avec grand brio cet homme hors du commun qui a hypothéqué sa demeure pour l’amour de son art, de ses idées et de sa passion.
Florian Choquart nous communique avec passion son amour, son admiration et son adhésion pour le cheminement et l’œuvre de John Cassavetes.
Il nous propose de voir ou revoir la filmographie de John Cassavetes qui aura lieu au cinéma du lucernaire en novembre.
Allez-y…. Mais avant tout, rendez visite à Florian Choquart, il vous fera découvrirez ou redécouvrirez avec enthousiasme et talent ce grand cinéaste trop peu vu sur nos écrans.
C’est un grand moment de plaisir et d’émotions.
27 oct. 2018
9/10
39 0
And... Action !

Qui donc a décrété que cinéma et théâtre ne faisaient pas bon ménage ?
Certainement pas Florian Choquart, qui nous propose une bien belle évocation d'une légende, d'un mythe du septième art, John Cassavetes.

Une sacrée gageure !
Comment réussir à raconter, à montrer, à dire les mots du réalisateur de merveilles cinématographiques comme « Gloria », « Meurtre d'un bookmaker chinois » ou encore « Husbands » ?
Le jeune comédien de vingt-huit ans répondra de façon magistrale à cette question-là.

Durant ces soixante-cinq minutes, Florian Choquart va nous faire partager la vision, les parti-pris, les choix artistiques et politiques (au sens noble du terme) de ce cinéaste, comédien, auteur, scénariste et homme de théâtre.

Le spectacle commence par un énorme éclat de rire, un rire clair, franc et massif !
Côté jardin, le jeune homme est derrière une machine à écrire. A cour, une petite étagère, surmontée d'un poste à radio d'époque et d'une bouteille de whisky. Forcément...

Et nous voici plongés dans les méandres de la création. Une création sans compromis.
Nous allons comprendre rapidement la volonté esthétique et peut-être surtout éthique de cet homme sans concessions.

Florian Choquart est John Cassavetes.
Chemise blanche, cravate, costume sombre très années 60.

Il va nous dire les mots du réalisateur extraits des entretiens accordés au magazine Les cahiers du Cinéma.
Choisis par ses soins, ainsi que par ceux des deux co-metteurs en scène Vanessa Lhoste et Alain Choquart. (Oui, c'est une entreprise à la fois artistique et familiale.)

Le jeune homme est passionné par son sujet. C'est évident dès les premières minutes du spectacle.
Il est Cassavetes !

Grâce également à des extraits de films judicieusement choisi eux-aussi qui viennent corroborer les interviews, il nous fait comprendre de façon on ne peut plus limpide les motivations de son « héros ».
Ils nous dit la passion du réel, du vrai, du pur, ainsi que le besoin, la nécessité de faire des films, coûte que coûte. « Bon ou mauvais, peu importe. Il faut que ce soit possible ! », nous assène-t-il.
Sur le plateau, cette passion est tangible.
(Tous les étudiants de la FEMIS devraient se précipiter au Lucernaire...)

Bien entendu, une réflexion sera proposée quant au statut de l'acteur. Pour Cassavetes, il était impératif d'être au plus près des acteurs et de ce qu'ils donnent, de les mettre en valeur.
A cette occasion, Florian Choquart s'emparera d'une petite caméra Arriflex, qu'il portera à l'épaule, afin de recréer les mouvements que le cinéaste à dû réaliser pour filmer ce qui est projeté sur la scène sur un grand écran. On voit bien comment sont mis en valeurs le visage et le corps de Gena Rowlands, Peter Falk ou encore Ben Gazzara.
La scène est très réussie et fonctionne remarquablement bien.

Le comédien insistera également à raison et sans aucun doute à dessein sur les difficultés rencontrées par le cinéaste pour monter ses films, pour trouver les financements tout en restant indépendant.
Le microcosme des producteurs et des distributeurs est évoqué.
Comment ne pas faire un parallèle avec le monde du théâtre !...

On l'aura compris, c'est un spectacle rare.
Il n'est pas courant non seulement de parler cinéma sur un plateau de théâtre, mais d'en parler d'une façon si passionnée et si limpide.
C'est une véritable déclaration d'amour à un cinéaste hors du commun, par un gamin qui n'était pas né en 1989, date du décès de Cassavetes.
Chapeau !

And... Cut !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor