Cabaret Siméon, l'amour ya qu'ça d'vrai

Cabaret Siméon, l'amour ya qu'ça d'vrai
  • Théâtre Essaïon
  • 6, rue Pierre-au-Lard
  • 75004 Paris
  • Rambuteau (l.11)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 32,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Le moustique pique 
La sangsue suce
Le croco croque
Et le chat chasse
Tout décidément menace...
L’amour, n’y qu’ça d’vrai

Wolfgang Pissors et Isabelle Serrand ont eu envie de créer un spectacle avec un auteur contemporain, profondément ancré dans le monde d’aujourd’hui. Ainsi est né Cabaret Siméon, fruit d’une rencontre entre trois artistes: un auteur, une compositrice et un chanteur.

On y parle de la femme et de l’homme d’aujourd’hui, dans la grande ville : ceux qui vivent dans la rue, ceux qui s’bousculent dans le métro, ceux qui aiment, qu’ils soient vieux, qu’ils soient jeunes... L’amour sous toutes ses formes est le fil conducteur.
On passe sans cesse du dro?le au tragique, du rire à la nostalgie.

Tous les textes sont de Jean-Pierre Siméon, poête, dramaturge et à ses heures, parolier pour ce genre musical qu’il affectionne particulièrement : la chanson, une forme à la fois profonde, simple et directe. 

Les textes ont été mis en musique par Isabelle Serrand pour Wolfgang Pissors.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
9/10
18 0
Un spectacle où la chanson est poésie. Un délicieux récital chanté, accompagné au piano et chaleureusement joué. Nous nous laissons aller douillettement comme dans une soirée entre amis au coin du feu, avec deux artistes venus nous offrir des poèmes mis en musique comme on offre des douceurs.

Ils nous enveloppent de leurs petits contes et fables, faits des turpitudes et des espérances de l’amour. Ils nous réchauffent des tendres et cocasses choses de la vie. Ils nous font sourire des tracas du quotidien en les sublimant peu à peu pour qu’ils redeviennent ce qu’ils devraient toujours rester : des ricochets du hasard, des grains de vent de sable, des portes de l’oubli.

Un mot qui s’envole, une idée qui l’effleure, des images qui s’échappent… Les chansons clament l’amour qui s’attrape, s’attache, s’arrache comme des morceaux de bonheur attendus, voulus ou déçus. De ritournelles en murmures, de chansonnettes en chansons. C’est doux et c’est bon comme une promenade d’amoureux.

Des textes jaillissent une beauté de velours et des éclats de joie.

Les paroles de Jean-Pierre Siméon invitent à la rêverie, au souvenir et au voyage. La musique d’Isabelle Serrand colore et embellit la partition. Elle se révèle particulièrement travaillée, ne se cantonnant pas aux accords traditionnels de la chanson mais apporte des arrangements mélodiques et rythmiques savoureux. De jolis contre-chants se fondent par moments à la voix chaude et charmeuse de Wolfgang Pissors. Du très beau travail.

« …Tout décidément menace, et toi tu m’enlaces, chéri, et toi tu m’embrasses, merci, l’amour n’y a qu’ça d’vrai... » .

Un cabaret inattendu, riche et plaisant, à savourer pour une soirée douce.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor