Brassens aime le jazz

Brassens aime le jazz
  • Théâtre Trévise
  • 14, rue de Trévise
  • 75009 Paris
  • Grands Boulevards (l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment

Brassens aime le jazz ou comment revisiter un monstre de la chansons française avec un jazz de très grande qualité.

Tout le monde connaît Brassens, tout le monde aime Brassens, son goût de vivre, sa bonhomie, sa poésie tendre et naturelle, son amour du beau langage, son mépris des commérages, son dédain du bourgeois, ses flèches assassines sur les flics… Mais Brassens sait aussi chanter délicatement les amours enfantines, les amités éternelles et les ennemis à qui on veut tordre le cou, les pensées profondes et les badinages légers, les angoisses de mort, la liberté de vivre, mais aussi la liberté musicale car Brassens adorait le Jazz !

En hommage à ce passager de la vie et de l’amitié qu’on aurait tous voulu connaître, Aude Duhamel Quintet vous propose une promenade très jazzy dans l’univers de Brassens, une promenade fidèle à l’artiste, mais aussi indépendante, libre… Vous pourrez y applaudir Aude Duhamel une chanteuse à la voix envoûtante, qui illumine la scène par sa délicate présence et Andrea Campagnolo un guitariste aux doigts d’or qui revisite avec beaucoup de modernisme les mélodies. 

 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
9 nov. 2017
5/10
47 0
Le spectacle commence judicieusement par la diffusion d'une interview radio enregistrée en 1979. Le journaliste Philippe Némo demande à Brassens quelle est sa musique préférée.
Le grand Georges répond sans hésiter : « La musique de jazz ».
L'intervieweur, apparemment interloqué, insiste : « Même le free-jazz ? »
La réponse arrive immédiatement : « Toutes les musiques de jazz ! ».

Le récital peut commencer.
Le choix des morceaux est judicieux, même si le début du show manque un peu de pêche et de feeling.
Peut-être faudrait-il revoir l'ordre de la set-list...

Dans ce spectacle, j'ai apprécié deux bossa-novas.
Aude Duhamel, accompagnée de ses musiciens, chantera « l'Auvergnat » et surtout « La complainte des filles de joie » sur ces arrangements brésiliens.

Elle a aussi interprété une version de « La princesse et les Croque-notes » qui m'a beaucoup fait penser à la meilleure version jazz que je connaisse de cette chanson.
On la doit cette version-là à Mélanie Dahan, accompagnée de pointures du jazz français (et italien...), à savoir Giovanni Mirabassi, Marc-Michel Le Bevillon, Matthieu Chazarenc et l'immense saxophoniste Pierrick Pédron. 

[Mode mytho ON]
Quant à moi, je n'étais pas mécontent hier soir de mon contrechant et de mon contrepoint que j'ai interprétés sur « Les copains d'abord », lorsque Aude a demandé au public de chanter.
La spectatrice devant moi s'est même retournée !
[Mode mytho OFF]

Sinon, il faut absolument que ce spectacle soit beaucoup mieux sonorisé !
Tout ceci sonnait « baloche » du samedi soir. La chanteuse mérite assurément mieux que ça.
S'entendait-elle vraiment dans ses bains de pieds de retour-son ?

Il faut également qu'elle soit beaucoup mieux éclairée.
Qui dit spectacle de jazz, dit lumières tamisées, ambiance club Blue note, Village Vanguard, à Manhattan, avec fumée matérialisant les pinceaux lumineux, sans oublier les contre-jours suggestifs.

Une artiste qu'il faudra revoir dans de bien meilleures conditions.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor