Artaud Passion

Artaud Passion
  • Studio Hébertot
  • 78bis, boulevard des Batignolles
  • 75017 Paris
  • Rome (l.2)
Itinéraire
Billets de 20,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

En mai 1946, après neuf années d’internement, Antonin Artaud revient à Paris.

Le poète retrouve ses amis et en particulier le galeriste Pierre Loeb qui prépare une exposition de ses dessins.

Une relation chargée d’ambiguïté naît de la rencontre d’Artaud et de Florence, fille de Pierre Loeb, alors âgée de seize ans. Cette pièce est née de la rencontre cette fois de Patrice Trigano avec Florence Loeb.

Du témoignage recueilli auprès d’elle, il aura réussi pour notre bonheur à faire œuvre. 

Note rapide
7/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
6 janv. 2018
7/10
12 0
« Artaud Passion », le titre décrit bien l’homme qui a souffert dans son corps et son âme.

1946, la rencontre entre Artaud dessinateur et le père galeriste de Florence Loeb, 16 ans, sera marquante pour la jeune fille. Amour ? amitié ? on ne sait trop mais surtout une profonde admiration de part et d’autre. Florence a été subjugué par la beauté du poète en voyant le « Napoléon » d’Abel Gance. Artaud est un artiste génial, mais profondément meurtri. Il mourra seul chez lui en 1948.

Artaud et son théâtre de la cruauté, sa vision dure et sans concession du théâtre est telle qu’il a fini par se brouiller avec les surréalistes.

Un côté mystique, une rage d’exister, un langage cru, une conception de l’univers théâtral opposé à celle de Jouvet par exemple. Barrault a beaucoup appris avec Artaud, les mouvements théâtraux qui ont suivi ont été influencés par lui, tel le Living Theatre. Ses souffrances physiques et psychologiques étaient malheureusement, soignées par les méthodes de l’époque, les électrochocs.

La mise en scène d’Agnès Bourgeois, qui tient le rôle de Florence, est fidèle à l’esprit d’Artaud, quelques scènes auraient pu être moins répétitives, comme celle des électrochocs.

Jean-Luc Debattice est un sidérant Artaud, rage, humiliation, humour parfois. Agnès Bourgeois est étonnante, elle sait jouer de son corporel, de sa voix.

La pièce et la mise en scène sont intéressantes, le sujet ardu mais ne manque pas d’intérêt.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor