Al Atlal

Al Atlal
  • Théâtre 71 Malakoff
  • 71, passage du Théatre
  • 92240 Malakoff
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Elle n’est ni chanteuse ni comédienne : Norah Krief est bien plus que cela. Elle a incarné de tout son être les mots de Marivaux, Tchekhov, Beaumarchais, Molière...

Et puis elle a chanté, de son entêtante voix de tête de fausse fille frêle, une inoubliable traversée éperdue de l’amour avec les Sonnets de Shakespeare, s’est glissée dans le combat et l’audace de Louise Labé avec le désir affranchi d’une femme d’aujourd’hui.

Débordante de vérité, avec ce parlé-chanté qui lui va si bien, elle nous entraîne cette fois-ci dans l’intime et dans “l’Astre d’Orient” de la plus grande chanteuse du monde arabe, Oum Kalsoum.

Cette icône populaire, encore aujourd’hui, quarante-deux ans après sa mort, fait écho à la douce nostalgie d’un pays perdu, à la fierté d’être Arabe et aux souvenirs longtemps réprimés de la gamine Krief.

On ne peut nier éternellement ses origines et c’est de la plus belle façon que Norah Krief, réconciliée avec ses vieux démons, rend hommage à sa mère, à tous les déracinés et leurs descendants. Dans une scénographie évocatrice et suggestive, trois musiciens dont le fidèle Frédéric Fresson l’accompagnent dans un imaginaire lointain et imagé, avec la douceur nécessaire à ce voyage intérieur.

Note rapide
6/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
28 janv. 2019
6/10
2 0
Dans son chanté parlé, elle évoque ses souvenirs, ceux qu’on lui a raconté et ceux qu’elle a vécu. La difficulté de se sentir un quand la culture qui nous entoure se fait multiple. Une chevauché émotionnelle dans la construction face à la migration, magnifiquement accompagné par les trois musiciens qui partagent un moment de leur histoire. Trois hommes de trois générations différentes qui s’ouvrent au public sur leur chemin jusqu’à la scène. Un moment très beau d’autant plus que les musiciens jouent magnifiquement bien. Surtout cet instant où les deux ouds jouaient ensemble avec un accompagnement électronique, j’avais l’impression de voyager dans un ailleurs mystérieux.

Sur Al Atlal (les ruines) s’est construite une nouvelle histoire portée par une artiste pleine de vie. Avec les musiciens, ils insufflent un vent de nostalgie et de force avec lequel on ressort bouleversé et heureux à la fois.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor