La baleine & Le Camp naturiste, Philippe Caubère

La baleine & Le Camp naturiste, Philippe Caubère
Avec Philippe Caubère
  • Philippe Caubère
  • Théâtre du Rond-Point
  • 2bis, Avenue Franklin D. Roosevelt
  • 75008 Paris
  • Franklin D. Roosevelt (l.1, l.9)
Itinéraire
Billets à 40,00
À l'affiche du :
8 novembre 2019 au 29 décembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 20:30
Achat de Tickets

Quoi ? Ferdinand Faure ? Des adieux ? Pour de vrai ?

"Il fallait bien que ça arrive… écrit Philippe Caubère.  D’aucuns penseront : "Il était temps !" Voire : "C’est un peu tard…" Peu importe : c’est là." Ferdinand Faure tire sa révérence, raccroche les gants, rend son tablier. 

Le spectacle Adieu Ferdinand ! imaginé en trois contes se compose en deux soirées spectacles (première soirée La Baleine & Le Camp naturiste, deuxième soirée Le Casino de Namur).

Note rapide
4,5/10
pour 5 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
80%
1 critique
Note de 8 à 10
20%
Toutes les critiques
2 déc. 2019
4/10
0 0
C'est un sabordage, tellement Philippe Caubère est aux antipodes des qualités habituelles des prestations qu'il nous a très souvent démontrées par le passé ! Déception !! Une qualité des textes trop inégale !?!
11 nov. 2019
5/10
0 0
Voilà ! J’y suis allée... et je me suis ennuyée. C'est d'un long...
Je n'ai pas du tout été réceptive à l'humour de Monsieur Caubère ; dommage !
9 déc. 2017
9,5/10
28 0
Nous voici prévenus !
« Plus jamais – ça je vous le jure – je n'écrirai de spectacle dont mon héros portera ce prénom familier, fatidique et chargé ! », peut-on lire dans le dossier de presse.
Adieu, donc, Ferdinand...

LE Ferdinand de Philippe Caubère, qui va procéder en deux spectacles de trois contes aux adieux théâtraux de son alter ego.
La formidable aventure, ce roman d'un acteur, avait commencé en 1985/86.

C'est donc avec une certaine émotion que les spectateurs attendent le lever du rideau.

Ces deux soirées auront à coup sûr une teinte particulière.

Quel bonheur de retrouver le héros, Clémence, Pascal et de découvrir tous ces nouveaux personnages !

Le spectacle intitulé Clémence (la baleine et le camp naturiste) sera composé de deux parties.

Une nouvelle fois, l'auteur-comédien va nous proposer deux heures trente d'un seul en scène burlesque, délirant, émouvant aussi, mais toujours haut en couleurs.

La première qualité de tout ceci, c'est évidemment l'écriture.
Caubère est avant tout un auteur.

A partir de deux situations que le commun des mortels raconterait en sept mots chacune maximum, lui, en tire une fresque de deux heure et demi : Ferdinand va tromper Clémence, et Clémence fait découvrir à Ferdinand le naturisme.

Et la tornade narrative, le maelström dramaturgique peuvent déferler sur l'Athénée.

Tel un enfant dans une cour de récré jouant à « On dirait qu'on ferait ci, on dirait qu'il arriverait ça... », le comédien dit, raconte, peint, montre, décrit, enjolive, exagère, narre, sublime un quotidien banal.
Oui, il y a encore et toujours de l'enfance dans tout ceci.

Tout a été dit sur ce mélange de Molière, Fellini, Chaplin, mais force est de constater qu'il s'agit bien de cela.

Un Homme, seul devant d'autres, créé un univers burlesque, onirique, hilarant.

Je défie quiconque de ne pas hurler de rire à l'évocation du couscous brûlé et annoncé sur fond d'Oum Kalsoum de Paris à Alger, ou à la description de tous ces naturistes, avec leurs « gardiens-SS », ou bien encore à la difficulté de lire Proust dans la Pléiade sur une plage de l'Atlantique.

Si Caubère est un auteur qui joue à raconter, c'est plus précisément un conteur.
Un ra-conteur qui possède le don d'hypnotiser ses concitoyens par la parole et le geste.
Pas d'accessoires (deux chaises en tout et pour tout), pas de décor, tout ceci serait évidemment superflu.

Des mots, des onomatopées (beaucoup) et une mise en espace du texte : le comédien ne ménage pas sa peine à arpenter le plateau, à se rouler par terre, à user de son corps dans un paroxysme narratif et scénique.
Ici, nous sommes dans la quintessence de l'art du comédien.

Il faut toutefois mentionner les délicates lumières de Claire Charliot, qui contribuent à matérialiser différents espaces.

Bien entendu, hier soir, au sortir de l'Athénée, tout le monde se donnait rendez-vous pour le lendemain.

Pour la toute dernière.

Cric Crac !
3 déc. 2017
5/10
6 0
Sentiment mitigé pour ces deux contes :
L'interprétation de P. Caubère est très bonne, les idées et fils conducteurs intéressants, mais j'ai trouvé la qualité des textes inégale :
- celui de la baleine un peu fourre-tout et moyennement drôle ;
- celui du camp de naturiste déride davantage mais je n'ai pas vraiment accroché là non plus.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor