A bright room called day

A bright room called day
  • Théâtre du Rond-Point des Champs-Élysées
  • 2bis, Avenue Franklin D. Roosevelt
  • 75008 Paris
  • Franklin D. Roosevelt (l.1, l.9)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

« Avons-nous convoqué le diable ici pour le soustraire au monde extérieur ? »

Berlin, années trente, on boit, on moque Adolf Hitler, despote en puissance qui n’arrivera jamais au pouvoir. Ils sont jeunes. Aucun ne conçoit, dans ce milieu d’intellectuels éclairés, l’avènement du fascisme.

Mais la catastrophe advient, le groupe explose, et la pièce aussi. Les personnages propulsés en 2021 convoquent Trump, Biden et les petits dictateurs européens.

Catherine Marnas observe avec une méchante drôlerie les glissements progressifs des démocraties fragiles vers les systèmes totalitaires. Tony Kushner, prix Pulitzer pour Angels in America, peint l’état du monde dans un cauchemar festif, voyage dans le temps et cabaret des désillusions. Il met en demeure de penser et de réagir face aux lents virements extrémistes.

Note rapide
6,3/10
pour 3 notes et 3 critiques
1 critique
Note de 1 à 3
33%
2 critiques
Note de 4 à 7
67%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
29 nov. 2021
1/10
0
La montée du fascisme vue par une bande de jeunes et riches délurés du Berlin des années 1930, qui sont d'accord pour dire que la guerre, c'est pas joli, entrecoupée par des interventions de l'auteur de 2021 ne servant qu'à critiquer l'ancien président Donald Trump !!!! Seules les musiques m'ont convaincues de ne pas quitter mon siège, à l'instar de beaucoup d'autres spectateurs.
28 nov. 2021
5,5/10
2
Cet homme avait décidément triché sur ses photos. Quelle idée saugrenue.
Si je pouvais tolérer ses tempes clooneysques, cet embonpoint était de trop. 15 bonnes livres d’écart avec les photos tinder. Une bibliothèque dans le buffet. Ce date allait être long. Heureusement, il y avait théâtre.
Je papillonnais donc, imaginant la pièce que nous allions voir et accrochant les conversations voisines.
A ma gauche, deux couples ou quatre amis, je ne sais pas. Comme moi, ils avaient peur. Mais ils se marraient beaucoup plus :
- Tu remarqueras que plus tu es vieux, mieux il faut choisir sa pièce.
Jean, une tête (d’) archi sympa, taclait à la gorge :
- Regarde la vieille qui déambule. Elle ne peut plus quitter une représentation sans faire chier la moitié de la salle !
- Oh, les gens ne le font plus maintenant, rétorque Juliette, sérieuse comme une journaliste-statisticienne.
- Ahah, tu as raison, il faut une sacrée bonne raison pour faire ça.
Angéla, jusque là calme face à son verre de rouge, s ’anime. L’idée lui plaît beaucoup, son visage devient chaud, son œil rieur. Elle trouve ça futile et drôle. Bref, un bon jeu.
- Allez les gars, on fait la liste ! Allez c’est drôle. Je commence : Alerte à la bombe…
Et les voilà qui couchent sur le papier crépon de la table les plus avouables bonnes ou mauvaises raisons de quitter un spectacle en cours.

Il y a les classiques, les plus plausibles aussi, que l’on confesse à l’oreille de son voisin : Ma femme accouche, Je ne peux plus me retenir, Je suis de garde – j’ai une urgence.
Il y a les douteuses. Plus bancales, l’aplomb est primordial, intimant l’ordre de se lever : Ma mère est morte, J’ai oublié d’éteindre le gaz, J’ai piscine, La peinture doit être sèche, On m’attend à la Santé, Mes croque-monsieurs vont bruler, Excusez-moi, je vais chercher des tomates…
Il y a enfin les théâtrales, celles qui imposent une posture véhémente, notoire, de se lever pour informer. Et surtout du jeu ensuite, pour quitter la salle, investi de son nouveau rôle.
Au choix : Ebola revient ! Sarkozy est réélu ! Fabrice Luchini est mort ! Diana est vivante !
Oui, c’est mon père ? le cœur ? oh malheur, qu’est-il arrivé encore, pardonnez-moi, je suis navré… oh mon pauvre père. Lui si fort…
Ah non ! Qui a fait ça ? C’est vous monsieur ? Mais quelle odeur, c’est insupportable ! Que vous ai-je fait pour que vous m’infligiez cela ?

Sinon la pièce ?
J’ai attendu désespérément que quelqu’un oublie que ce n’est pas la saison des tomates.
26 nov. 2021
7/10
2
La mise en scène est originale, le décor m'a plu également.
Cependant, le texte est beaucoup trop long pour maintenir l'attention pendant presque de 2H20.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor