13 sept. 2019
6,5/10
9 0
Nous n’avons pas été convaincus par cette enquête.
La situation met longtemps à s’installer dans la maison d’hôte Monkswell, qui héberge un meurtrier. Les clients arrivent les uns après les autres, aucun n’inspire vraiment confiance. Qui risque de mourir ? Qui est coupable ?

Quelques passages chantés avec des chorégraphies simples et amusantes apportent de la légèreté. Plusieurs traits d’humour font leur effet. Dommage qu’il y ait tant de lenteurs, tant de moments où l’histoire n’avance pas.

Le décor, les costumes et la mise en scène accentuent malgré eux le côté poussiéreux de la pièce.
14 sept. 2019
8/10
1 0
Fan de Sebastien Castro, j'attendais beaucoup de cette pièce, l'une des premières de cette rentrée théâtrale. Je n'ai pas été déçue !

On retrouve sa "patte" tant dans le personnage de Youssouf, gauche et irrésistible, que dans sa plume, mesurée et moderne, avec un style et un jeu qui ont rendu ce comédien incontournable (Une semaine pas plus, ou encore C'est encore mieux l'après-midi, pour n'en citer que deux).

Le reste de la distribution n'est pas en reste, portant et emportant ce texte de boulevard brossé et actuel, et avec eux le public pour une bonne tranche de rigolade.

Les quiproquos s'enchaînent à un rythme effréné, les situations et les dialogues sont maîtrisés, rappelant un "dîner de cons" à la sauce Tinder.

La mise en scène de José Paul sied à ce tourbillon d'évènements et de personnages, dans un décor très réussi de Jean-Michel Adam.

Une comédie légère et efficace qui ne devrait pas manquer d'être un des succès de la saison.
13 sept. 2019
8/10
1 0
Pour interpréter un tel homme et donner sens à une histoire si intense, il faut un comédien talentueux et investi.

L'extraordinaire Hervé Pierre devient Galilée. Une force de caractère à la voix singulière qui nous prend au coeur. Il fait vibrer l'homme aussi bien dans son enthousiasme vis-à-vis de ces découvertes que ces doutes incessants. Un tel homme n'est pas seul en scène et par chance, le français est un théâtre de troupe. Certaines scènes se font avec une vingtaine de comédiens et aucun n'a de rôle superflu. L'effet de masse ébloui surtout grâce aux sublimes costumes de Christian Lacroix. Ils vont à merveille avec les imposants décors composés de 10 toiles qui font des centaines de mètres carrés. Images de la pieta, d'imposition, de crucifixion prises dans les peintures de Fra Angelica, Caravage, Raphaël... nous plonge dans l'Italie où les religieux contrôlent tout.

Tout nous embarque au plus proche d'une histoire incroyable où la science à tout de même triompher sur le dogme.

Un spectacle enrichissant qui nous incite toujours à douter pour mieux comprendre le monde qui nous entoure.
13 sept. 2019
8,5/10
1 0
Belle surprise de la rentrée (scolaire/théâtrale) : c'est grinçant, parfois acerbe, mais surtout brillant.
Une troublante farce noire, qui interpelle.

L'interprétation magistrale de Philippe Duclos et de Grégoire Œstermann y est pour beaucoup.
13 sept. 2019
8/10
1 0
Milo Rau nous propose un parallèle entre le drame de Mossoul et l'Orestie. Le drame de cette ville avec la tragédie grecque.

Le parallèle est excellent.
Les acteurs sont sur scène et on alterne avec des vidéos tournées à Mossoul avec les mêmes acteurs et des irakiens. On y rencontre un photographe, des musiciens, des acteurs. L'histoire de l'Orestie est contée et on alterne avec des scènes plus de reportage sur la ville, les habitants et le ressenti de tous en découvrant la ville.
Personnellement, j'ai adoré le parallèle entre l'Orestie et Mossoul. J'ai moins aimé certaines vidéos qui font un peu trop reportage à mon idée.

On voit la mort d'Iphigénie. La mort d'Agamemnon est filmée sur scène. Le dîner avant le meurtre est très bien fait. On voit les acteurs dans un restaurant. C'est très actuel. La mort de Clytemnestre est aussi filmée sur scène.
La pièce comporte une violence parfois excessive comme aime le faire Milo Rau.
Mon sentiment est positif mais je regrette certaines vidéos trop journalistiques et une violence qui est exposée. Beaucoup de sujets sont abordés comme l'homosexualité, la liberté, le pardon et l'histoire détaillé de la ville est donnée.

La pièce est à voir pour son originalité et sa bonne idée de montrer les deux.
Belle mise en scène.