Critiques pour l'événement Une vie sur mesure
1 sept. 2018
9/10
162
C'est la vie d'Adrien qui nous est racontée ici, par Adrien lui-même, un adolescent autiste. Le temps d'une représentation, on voit le monde à travers ses yeux : sa passion (et son incroyable talent) pour la batterie, sa famille, ses amis, ses difficultés scolaires. On découvre un jeune homme passionné et intense, mais aussi très observateur, drôle et sensé.

Un très beau seul en scène, à la fois plein de délicatesse et de douceur grâce à la naïveté du personnage principal, mais aussi bien rythmé, dynamique et enthousiaste grâce à la batterie, l'alter ego d'Adrien. Le personnage est attachant, l'histoire est douce-amère, cruelle parfois, drôle souvent, bien menée, et l'équilibre entre texte et musique est parfait.

C'est une pièce que j'ai adorée : l'émotion est palpable pendant toute la représentation, et le spectacle est très vivant. Il me semble, en plus, que c'est un spectacle parfait à voir avec des enfants. À voir si vous en avez l'occasion !
26 août 2018
8/10
152
Une belle performance qui mêle théâtre et musique !

Le comédien nous conte avec énergie sa rencontre avec la batterie et en filigrane la vie d'un garçon issu de milieu modeste où son autisme est source d'isolement.

On ne s'ennuie pas une seconde et la fin tranche avec le ton badin de l'ensemble !
13 août 2018
9,5/10
185
Une très belle découverte !
Un jeu délicat et touchant, une mise en scène étonnante et détonnante.
Foncez !
22 mai 2018
9,5/10
318
Pièce à la fois très drôle et émouvante. Un comédien touchant, des dialogues pleins d'humour et de la musique... Une excellente soirée.
On y est déjà allés 2 fois...
30 avr. 2018
9/10
377
Très beau spectacle, bien rythmé et imaginatif. Axel endosse le rôle d'Adrien avec brio et dynamisme. Et même si la batterie est ici un vrai acteur de la pièce, elle ne lui vole pas le premier rôle.

Le point de vue d'Adrien sur les événements extérieurs est souvent amusant, parfois déroutant. Le mixte de tout ça donne un excellent moment dont la salve d'applaudissement finale est un indicateur fiable de la satisfaction du public...
21 avr. 2018
9/10
358
Une très belle pièce, le personnage est attachant et nous entraine dans son univers jusqu'à son dernier "souffle".
Dès le levé de rideau il nous fait rire, pleurer et même danser, donnant à la pièce une dimension toute particulière.

A voir en famille, avec des amis ou même seul, cela vaut le coup !
2 avr. 2018
10/10
364
Excellent spectacle sur tous les plans... A voir absolument !
30 mars 2018
9/10
379
Un génie.
Boule d'énergie, d'émotions, du talent, de la sincérité.
Il se donne entièrement. Les fils de cette histoire te touchent en profondeur. Combien de petites phrases restent encore dans la tête - elles sont si vraies. Texte dynamique, écho de ton enfance, adolescence. Avec un seul geste l’imagination démarre à 200 km/h. Grand merci Axel pour votre performance incroyable. Ne passez pas à côté de cette pièce si différente et brillante.
11 mars 2018
9/10
300
A la fois virtuose et déroutant de simplicité...
A la fois émouvant et excessivement drôle...
Ce spectacle est à voir absolument !

Dire que le personnage est "porté haut et fort" serait un peu limité.
Axel Auriant est éblouissant et nous convaincrait qu'il s'agit de sa propre histoire tant il vit son personnage.

Durant la soirée se succédaient des sentiments et impressions variées à l'image de la vie...
Le sentiment et la joie d'assister à un cours de musique puis à un concert...
L'impression et l'émotion d'assister à des épreuves mais aussi à des bonheurs de la vie...

Un spectacle d'une très grande sensibilité.
24 févr. 2018
9,5/10
314
J'ai vu la version où Cédric Chapuis assurait le rôle : j'en suis sortie avec une envie irrépressible de me mettre à la batterie!

Le texte est dingue, le rythme est digne d'un vrai batteur et Cédric Chapuis passait d'un personnage à l'autre avec une aisance incroyable : le spectateur n'est jamais perdu tant le ton, la posture, les mimiques sont radicalement différentes d'un personnage à l'autre.

L'humour est toujours présent et rend à merveille la sensibilité de ce garçon pas comme les autres.
20 févr. 2018
10/10
2
Emouvant, rythmé et très bien joué.
15 févr. 2018
8,5/10
275
Un grand moment d'émotion, de sensibilité et ... de virtuosité avec un comédien absolument excellent et malgré un final un peu abrupt.

A voir absolument !
9 févr. 2018
10/10
311
Axel, un jeune acteur qui promet... épatant !
5 janv. 2018
9/10
372
Une pépite qui fait Boum boum dans nos cœurs et dans nos oreilles.

C’est une émouvante, joyeuse et dramatique tranche de vie d’un jeune autiste enfermé dans sa tête qui ne vit que pour sa passion, la batterie. Un surdoué, comme son talentueux interprète le jeune Axel Auriant-Blot. Fantastique et surprenant duo entre un acteur et son instrument. Il court, il court Adrien et nous entraine à un rythme d’enfer dans son univers d’artiste passionné et surdoué allant jusqu’à la folie.
On finit par confondre le comédien musicien et le personnage de cette histoire …
31 déc. 2017
10/10
342
Super spectacle avec une standing ovation méritée pour cet acteur talentueux.

Courez voir Axel Auriant dans ce rôle d’un jeune autiste passionné de batterie. Vive l’Artiste ! ...et merci pour ce moment plein d’émotion !
Nous y reviendrons c’est sûr.
31 déc. 2017
9,5/10
365
Nous y étions hier soir. Cette pièce est une pure merveille d'émotion, de sensibilité, de virtuosité, d'humour.

Une standing ovation pour une performance d'acteur époustouflante.

Il faut absolument y aller !
29 nov. 2017
9,5/10
379
Pendant bien longtemps cette pièce restera l'une de mes préférées, l'une des rares dont on se souvient après en avoir vu beaucoup d'autres … Si vous n'en voyez qu'une, ce doit être celle là !
3 nov. 2017
9,5/10
398
Une magnifique leçon de vie, une ode à la différence, un concentré d'humanité.
Voici ce que nous propose l'auteur Cédric Chapuis, avec cette Vie sur Mesure !

Le noir tombe sur la salle et le plateau du Tristan-Bernard.
Soudain, de la scène, montent des bruits générés par des percussions corporelles.

Nous allons découvrir Adrien, ce jeune homme tout habillé de blanc, passionné par les pulsations et les rythmes .

Il commence à nous raconter sa jeune vie.
Bientôt, nous allons comprendre que ce garçon a un curieux rapport au monde qui l'entoure.

Inadapté à la société dans laquelle il évolue, en décalage avec ce qu'on peut attendre « normalement » d'un petit garçon, il présente de curieux rapports avec sa famille (sa mère, Bernard, son frère Hugo), ses copains et l'école.

Il y a fort à parier que nous sommes en présence de traits autistiques : il porte sur le monde sa logique propre, une vision singulière qui lui appartient.

« La maîtresse s'inquiète de mes notes. C'est pourtant étrange, c'est elle qui me les donne ! », déclare-t'il, de bonne foi !

Adrien ne nourrit qu'une seule et vraie passion.
Nous l'allons découvrir, cette passion, sous la forme d'un deuxième personnage, je veux bien entendu parler de « Tic-et-Tum ».

« Tic-et-Tum » est une magnifique batterie Yamaha rouge, cinq fûts, deux cymbales splash, une ride, une petite crash, une cloche brésilienne, et un jam block rouge, un instrument posé sur un podium mobile.

Nous allons assister à la naissance de cette passion musicale et nous allons participer aux aventures d'un batteur pas comme les autres.

Axel Auriant-Blot sera cet Adrien-là.

Non seulement ce jeune comédien m'a époustouflé à interpréter ce personnage complexe, mais il m'a purement et simplement bluffé en tant que musicien.
Quelle virtuosité, quelle technique, quelle sensibilité, quel métronome, quel feeling rythmique !

Armé de ses baguettes fluo et de sa pédale charleston et de sa double pédale de grosse caisse, il va enchanter le public de ses rythmes propres, ou en accompagnant en play-back Louis Armstrong, Maceo Parker ou encore Métallica. (On notera au passage l'éclectisme musical!)
C'est un pur régal !

Mis en scène par Stéphane Battle, Axel Auriant-Blot interprète de façon on ne peut plus juste ce jeune homme qui a cette vision si décalée du monde.

Son jeu d'acteur m'a fait penser parfois à ce génie qu'est Rowan Atkinson, l'inénarrable Mr Bean Anglais, dans sa capacité à appliquer sa propre logique à tout ce qui l'entoure.

Il y a également du Jerry Lewis dans tout ça, couvant des yeux avec amour et passion son instrument, son deuxième moi.

En parallèle à des numéros plus drôles les uns que les autres, des moments d'intense émotion et de réelle tendresse se dégagent.
Comment ne pas être vraiment ému par la découverte par Adrien de la tendresse, de l'Amour ?
Une séquence de danse est alors bouleversante.

La fin, que je ne révélerai pas, bien entendu, fera intervenir un troisième « personnage ».
L'auteur Cédric Chapuis a eu une idée formidable !
Cette fin fera que la boucle sera bouclée, avec un retour aux percussions corporelles.

C'est donc un spectacle intense, fort, captivant, émouvant, qu'on a du mal à quitter.
Avec la découverte (en tout cas pour moi) d'un comédien vraiment talentueux, avec plus d'une corde à son arc.
Avec Axel Auriant-Blot, la batterie n'est pas en danger !
25 oct. 2017
8/10
329
Certains pourraient être frisquets à ce dire que c’est un spectacle autour d’un instrument de musique et que c’est un seul en scène. Oui, il faut sortir du cliché du gars/nana tout seul qui raconte sa vie. Il existe autre chose et heureusement.

Qui a dit que la créativité était interdite au théâtre ? Personne, bien entendu. Alors Cédric Chapuis a inventé l’histoire d’un adolescent, un peu asocial qui ne vit et respire que pour la batterie. Il est un peu différent mais extraordinairement surdoué en musique. Toutefois ses parents n’apprécient pas sa passion. Son père trouve que ce n’est pas sérieux et que cela ne fait pas vrai mec, un dur, un fort, un qui cogne les femmes. Toutefois, il ne vit que pour les notes, les rythmes. Alors quand il voit sa batterie détruite, c'est son coeur qui se déchire. Une histoire magnifiquement écrite qui saura aussi bien vous toucher et vous bouleverser. Certains ont même laissé une petite larme couler. 

Le tout servi par un talentueux comédien et musicien. C’est Axel Auriant-Blot, du haut de ces 19 ans qui joue ce gamin attachant avec un brio incroyable. D’ailleurs, la question se posait, est-ce lui le petit garçon de l’histoire? Il incarnait ce petit Adrien tellement bien que des interrogations sont venus en chuchotements pendant le spectacle. Les 1h30 de spectacle passent à une vitesse folle et je serais bien restée dans la salle. Je voulais encore écouter de la musique et en savoir plus sur cet enfant. Et non, il fallait partir. Tu as pris une claque théâtrale, merci de rentrer chez toi. En plus, la mise en scène sobre mais ô combien ingénieuse se complète bien au texte et à l’artiste en salle. Rien n'est laissé au hasard avec un beau travail de lumière. 

Bref un spectacle complet, qui sait parler de la différence avec ingéniosité et talent. Ne passez pas à côté de cette pépite.
16 oct. 2017
10/10
349
Que d'émotions !!

Seul sur scène, le talentueux Axel Auriant-Blot nous raconte l'histoire de ce jeune homme différent des autres, qui a une passion dévorante pour la batterie. Passion qui le transporte et nous transporte également tout au long de la pièce.
Très belle mise en scène.
Et la fin m'a coupé le souffle.

A aller voir sans hésiter !
Succès du Off sur plusieurs années UNE VIE SUR MESURE reprend au Tristan Bernard avec un jeune prodige de 19 ans dans le rôle créé par Cédric Chapuis. Ça balance du lourd et c'est à ne pas manquer.

UN REGARD PUR

Adrien Lepage est un gamin pas comme les autres. On pourrait le croire autiste, ou attardé, ou tout simplement idiot. Personne ne semble le comprendre. Il irrite ses parents (surtout son père), sème l'incompréhension chez ses compagnons de classe, plonge ses professeurs désabusés dans la perplexité. Et puis un jour arrive Cécile, la première à entrer dans son monde, à l'écouter, à être la spectatrice de sa passion, la première à construire un pont entre ces deux mondes : celui d'Adrien et celui des autres.

Petit à petit Adrien nous déroule son histoire, des premiers sons qui le fascinent à sa passion fusionnelle avec sa batterie, sa "Tikétoum". Une histoire contée avec beaucoup d'humour et souvent émouvante. Car depuis l'enfance Adrien à une passion chevillée au corps : les sons, le rythme. Tout est bon pour les reproduire, à commencer par des barils de lessive. Un héritage lui fait découvrir la musique. Sa vie prend tout son sens le jour ou une batterie, une vraie, prend place dans sa chambre. Tout dans sa vie tourne autour de cet instrument qui lui offre une multiplicité de possibilité de s'exprimer, de la tendresse à la colère, de la joie à la tristesse, de l'envie à la frustration. Tout ce qu'il ne peut exprimer avec des mots c'est la batterie qui le sort de ses entrailles.

UN DUO EXCEPTIONNEL

Seul en scène Axel Auriant-Blot (vu notamment dans Fais pas ci - Fais pas ça) se glisse avec brio dans la peau d'Adrien. Il est un gamin d'une extraordinaire candeur. Enfermé dans son univers de sons il jette sur le monde un regard d'une extrême naïveté et emprunt d'une honnêteté et d'une sincérité si rare qu'elles déconcertent . Virtuose de la batterie le jeune comédien se double d'un formidable jeu d'acteur pour livrer une double performance qui scotche le public. On vibre avec lui, entraîné dans les rythmes variés qu'il maîtrise avec brio, chaviré par les émotions traversées par son personnage, jusqu'au final explosif.

En bref : un duo gagnant. Une bouffée de fraîcheur insufflée par un jeune et talentueux comédien doublé d'un excellent musicien. Une écriture drôle, sensible, subtile pour une ode à la différence. Un très beau moment de théâtre à ne pas manquer
13 septembre, 21h, Paris

Adrien n’est pas un garçon « comme les autres » . Il n’est pris au sérieux par personne, ses professeurs, ses parents, ses camarades de classes le trouvent « attardé »…

Une seule personne saura de quoi est capable Adrien, il s’agit de Cécile qui deviendra sa petite amie. Alors que son frère est premier de sa classe lui est bien souvent dernier dans toutes les matières. Mais il s’épanouit le soir en rentrant chez lui en jouant de la batterie ! Adrien est en fait autiste, musicien surdoué, il joue de la batterie.

Le jeune homme est bien souvent exclu, rejeté à cause de ses différences. Son père, Bernard, lui fait remarquer un jour qu’il n’est pas « comme les autres ». Adrien se demande alors si c’est grave et si les autres ne sont pas comme lui. Son père lui répond que c’est un peu embêtant qu'il soit différent de ses camarades... Adrien s'exclame « Oh les pauvres » !!

C’est un spectacle sur les différences. Un spectacle qui souligne que malgré nos différences on doit pouvoir s’épanouir et avoir la possibilité de faire ce que l’on aime.

Un spectacle plein de (bonnes) surprises qui montre jusqu’où peut conduire le sentiment d’exclusion.
Le comédien fait exister tous les personnages du spectacle ! Chapeau bas l’Artiste.
10 sept. 2017
9,5/10
324
Magnifique. Une pépite...
Une pure merveille d'émotion, de poésie, de jeu...

Il manque juste quelques minutes de batterie après la standing ovation !
9 sept. 2017
10/10
333
Une énergie incroyable, un acteur complètement fou, une interprétation superbe, j'ai adoré, j'ai pleuré de rire et pleuré tout court !! Bravo.
7 sept. 2017
10/10
307
Pièce P R O D I G I E U S E à l'affiche en ce moment !

En bref : un garçon autiste raconte son histoire personnelle, complètement dépendante de son amour pour la batterie.

Le comédien transmet à la perfection le décalage qui existe entre le garçon, très isolé des autres garçons de son âge et de toute interaction sociale à cause de son handicap, et en même temps un génie incompris. Les dialogues sont fins, on comprend très bien les différences. Cette pièce traite délicatement du handicap et de l'acceptation.

La pièce traite enfin et surtout d'un prodige de batterie, qui nous transmet une émotion incroyable à chaque fois qu'il joue. Dès le début de la pièce, le garçon nous explique que la batterie c'est un coeur qui bat, et que toute la vie est rythmée par les battements : quand on marche, quand on parle, quand on joue. La batterie donne le tempo de la vie. La pièce retrace la découverte par le garçon de cet instrument majestueux, puis l'apprentissage et enfin le kiffe de jouer et de partager.

La batterie est l'instrument sous le feu des projecteurs. C'est très rare d'ailleurs d'assister à un solo de batterie sur du long terme ! C'est exceptionnel, quel rythme !

Bon vent !

PS : pour tout ceux qui, comme moi, ont vibré sur le slow de METALLICA, il s'agit de la chanson "Nothing Else Matters".
4 sept. 2017
10/10
348
Voici une pièce de théâtre qu'il faut venir découvrir avec un empressement sans retenu.
Vue aussi il y a quelques années au festival d'Avignon, c'est un petit bijou d'originalité et de talent.
L'art du théâtre, de la musique, (la batterie est l'essentiel d'un décor naturel et juste) et "de la différence" sont des subtiles mélanges de vie qui se fondent parfaitement, même pour le plus réticents de ceux qui n'aimeraient pas le théâtre...
Une façon de le découvrir différemment et de l'aimer... le théâtre.. les grands comme les petits.
Cette pièce vous emporte dans un univers incroyable, rare, symbolique et très très émouvant.
Touché par la grâce de comprendre et d'accepter l'autisme de ce jeune garçon, personne ne ressort indemne de ce spectacle... ou du moins en ressort avec un peu plus de bienveillance qu'on ne l'aurait imaginé.
L'enfant, l'autisme, la batterie, l'amour, les parents perdus mais aimants, la passion, la découverte de la vie... De l'action, on ne s'ennuie pas une seconde.

Tout est réuni dans ce spectacle pour passer un très bon moment : passionnant, et envoûtant !
3 sept. 2017
9/10
317
Une pièce tout à fait étonnante et inhabituelle servie par un acteur qui a plusieurs facettes à son grand talent.

Nous (et la salle qui a longuement applaudi) sommes ressortis enthousiasmés.
1 sept. 2017
9/10
319
Première pièce de cette rentrée théâtrale et quelle belle entrée en matière !

Sur vos conseils, je suis allée voir ce petit bijou. Une énergie débordante du jeune comédien qui nous raconte l'histoire de ce petit garçon autiste mais passionné par la musique et plus particulièrement pour la batterie.
Des rires, de l'émotion, une fin surprenante et une standing ovation avec une salle debout pour applaudir ce jeune homme visiblement bien ému.

À voir pour l'originalité, les moments musicaux et ce jeune comédien prometteur.
J'espère que ce n'est que le début d'une belle saison théâtrale.
25 août 2017
9/10
331
Incroyable !

C'est un spectacle à voir absolument, c'est émouvant, touchant, drôle. Le jeune comédien Axel Auriant-Blot est saisissant dans ce personnage d'Adrien.
Comédien à suivre !!!
25 août 2017
9,5/10
345
Un moment de bonheur.

Jeune acteur touchant dans ce rôle presque taillé sur mesure et quel talent à la batterie.

Bravo !
26 mars 2016
10/10
445
Une claque de talents, d'émotions, de vibrations... Je découvre cette pièce et son géniallisme auteur et acteur.

Voilà longtemps que je n'avais pas autant été transportée!
Bravo l'Artiste !
28 févr. 2016
8,5/10
420
Très bonne soirée.

Je crois que c'est la première fois que je passe réellement du rire aux (presque) larmes au théâtre et c'est une expérience très plaisante !

Seule la conclusion, abrupte, m'a laissée dubitative et me retient de mettre un 10/10 à ce spectacle, autrement impeccable (interprétation, mise en scène, rythme, texte...).
28 févr. 2016
8,5/10
416
Batteur moi même, je suis heureux de cet angle théâtral pour regarder ce magnifique instrument en pleine lumière. Regarder une batterie dans les fûts est une expérience d'enfance.

L'auteur acteur est lui aussi très brillant sous cette lumière, il parle en rythme mais tout en douceur, déroule son monde sous la peau des toms, parfois ça snare sur le fil, ça kicke au cul du monde et finalement c'est une histoire de langage mélodique. Découverte assurée et plaisir certain.
20 févr. 2016
9,5/10
435
Un très grand moment de théâtre.

Ce seul en scène vous fait rire, vous plonge dans l'émotion et la tristesse, c'est un spectacle virtuose avec un acteur musicien extraordinaire. Une histoire que l'on n'oublie pas, qui reste avec vous.

J'ai adoré cette pièce. Et le grand silence qui précède un tonnerre d'applaudissements à la fin.
17 févr. 2016
9/10
389
Adrien Lepage est ce que l’on appelle un mauvais élève doublé d’enfant différent. Flirtant avec les frontières de l’autisme, il nous narre son histoire depuis sa découverte de la batterie qui possède une fabuleuse et fascinante particularité : « on n’a pas besoin de l’instrument pour en jouer ».

Tout objet peut devenir une caisse de résonnance, comme ces barils de lessive qu’il amasse, et dix doigts suffisent pour remplacer des baguettes et mener une vie palpitante au son d’un rythme précis et personnel. Très vite, la musique se mue en lien social pour l’enfant qui grandit dans sa bulle afin de se protéger du monde qui l’entoure et qu’il ne comprend pas. Alors la passion dévorante et absolue va occuper chaque seconde de son temps et Adrien ne va vivre que pour la batterie, où chaque pulsation jouée sur son instrument sera un battement de son cœur. Car de l’émotion, le spectacle n’en manque pas.

Cédric Chapuis est le véritable prolongement de son instrument. Il fait corps avec lui et tous deux nous offre une très belle prestation scénique et musicale. Véritable déclaration d’amour à Tikétoum, sa batterie, le personnage l’élargit à toute passion dévorante, que ce soit la musique, le théâtre ou l’art en général. Il n’en fallait pas plus pour nous toucher avec enthousiasme, dynamisme et sincérité. C’est dans un décor très sobre que l’acteur-musicien évolue, avec une scénographie qui met parfaitement en valeur l’instrument sous une lumière discrète mais travaillée, avec des jeux de variations plutôt ingénieux. Beaucoup de poésie passe par les mots et les notes et Adrien exprime une multitude de sentiments à travers la batterie : joie, colère, hésitations, incompréhensions... tout y passe avec légèreté. Nous nous laissons embarquer avec plaisir dans cette touchante histoire où l’obsession du rythme et du tempo, du temps comme du contretemps, s’exprime jusque dans les claques reçues par Adrien. Inutile de préciser que la musique occupe une part non négligeable du spectacle, donnant à entendre une vaste partition, allant de Louis Armstrong et son inoubliable Wonderful world à Metallica en passant par la samba, le boogie, le trash metal ou la bossa nova.

Tout un univers se déroule sous nos yeux et dans nos oreilles, nous faisant voyager du Bronx au carnaval de Rio, du petit garçon solitaire à la violence paternelle. Car Cédric Chapuis ne se contente pas de jouer de la batterie en alternance avec le rôle d’Adrien : il fait exister sa mère, son père Bernard, son petit frère surdoué, ses professeurs, le principal, les copains du groupe, les voisins, les gendarmes et aussi Cécile, la fille qui saura voir tout son potentiel.
Tout s’enchaîne très bien avec le rythme précis et régulier d’un métronome jusqu’au final, sensible, le ramenant da capo à une situation semblable à celle du début. Aucun temps mort dans ce seul-en-scène harmonieux qui oscille entre théâtre et musique, mots et notes, rire et tendresse mais aussi humour et émotions. Nous déambulons dans l’univers captivant d’Adrien qui nous livre son récit tambour battant jusqu’à jouer avec nous la mélodie du bonheur et nous faire ressortir du théâtre avec une furieuse envie de battre la mesure d’une vie de passions. Et comme on ne dit pas « autiste mais artiste », il nous reste à dire « chapeau bas » l’artiste pour cette époustouflante prestation où les « silences sont aussi importants que les sons ».
11 févr. 2016
9/10
400
Une pièce toute en rythme.

Cédric Chapuis livre une impressionnante performance scénique et musicale.
2 févr. 2016
9/10
450
Une Vie sur Mesure, c’est 1h30 pendant laquelle Cédric Chapuis nous partage la vision du monde d’Adrien, un adolescent un peu différent.

Le texte sonne tout à fait juste et fait la force du spectacle. Ce jeune homme, seul sur scène, se livre sans contrainte, sans se juger, sans même réfléchir à ce qu’il dit. Il suit le fil de sa pensée, sans ordre particulier, mais sans jamais nous perdre. Le public, en effet, est accroché aux lèvres de l’acteur. La fraicheur et la pureté du texte surprennent, font parfois rire avec bienveillance, mais surtout, passionnent.

Adrien a des difficultés à comprendre le second degré, il a des relations conflictuelles avec ses parents, n’aime pas l’école… Mais découvre très tôt sa passion pour le rythme, la musique et la batterie. Lorsqu’il parle de son amour pour cet instrument, on comprend qu’il ne peut pas vivre sans. On partage son enthousiasme et on se surprend à entendre des sons que l’on n’avait jamais remarqués auparavant. En effet, la musique fait partie intégrante de cette pièce. La batterie, deuxième actrice du spectacle, est toujours sur scène, prête à réagir. Lorsqu’Adrien souhaite nous faire partager ce qu’il ressent, c’est grâce à la batterie qu’il s’exprime.

Colère, incompréhension, joie… Son instrument semble être la passerelle entre le cœur du personnage et le monde qui l’entoure. Ceux qui ont pu voir le très bon film Whiplash de Damien Chazelles en retrouveront avec plaisir l’atmosphère.

En plus d’être un batteur très doué, Cédric Chapuis nous livre un jeu tout en finesse sur la scène du théâtre Tristan Bernard. L’homme d’une quarantaine d’années disparait dès les premières minutes pour laisser place à un adolescent peu à l’aise avec son corps, distrait. Sans jamais tomber dans le ridicule, l’acteur réussit à générer très rapidement un attachement à son personnage. On rit avec lui, on le comprend, justement parce qu’il parait sincère, réel. Avec une gestuelle très esthétique, le comédien appuie les questionnements d’Adrien. Ses hésitations ou son enthousiasme s’expriment directement dans sa façon de se tenir et de bouger. Enfin, son amour pour la batterie se lit dans chaque intonation, chaque regard.

La pureté de ce texte et du jeu sont merveilleusement accompagnés par la mise en scène de Stéphane Battle. Les passages à la batterie choisis semblent tout droit sortis de l’esprit d’Antoine. Les jeux de lumière mettent constamment en avant l’instrument, véritable héros de la vie de l’adolescent. La sobriété du décor, pour finir, met l’accent sur la simplicité de l’histoire. Après tout, qu’y a-t-il de compliqué dans cette déclaration d’amour d’un jeune homme à la musique ?

Amateurs de musique ou non, impossible de ne pas être séduit par Adrien et par son quotidien.
A découvrir au plus vite !
8 janv. 2016
10/10
441
Une pièce intelligente, émouvante, drôle, parfaitement interprétée et très rythmée !

Un véritable coup de coeur !
7 janv. 2016
8/10
388
C'est vivant, gai, intelligent et très bien interprété.

SUPER !
3 janv. 2016
9/10
418
L'histoire d'Adrien, enfant différent un peu attardé mais qui a une passion : la batterie.
Un seul en scène original porté par un acteur exceptionnel.

Spectacle poétique, drôle et rythmé par le talent de batteur de Cédric Chapuis.
27 déc. 2015
10/10
387
S'il est difficile de qualifier ce spectacle hors normes, il est bien plus facile de trouver des adjectifs en pagaille à lancer, comme ça, facilement, en l'air et avec la plus grande sincérité : formidable, excellent, drôle voire drôlissime, bourré de tendresse et souvent émouvant. Je pourrais dire aussi que, juste avant le lever de rideau, quelques ados derrière et à coté de moi, commentaient à l'avance et sans complexe : « c'est quoi le spectacle, maman ? » « Sûr que ça va être nul » « Ouais, t'as lu que c'est bien dans Télérama et tu nous y emmènes, donc c'est nul » (véridique). Je pourrais aussi dire que 3 mamies étaient là et attendaient impatiemment 1) que les ados se taisent 2) que les lumières s'éteignent enfin.

Je pourrais vous dire ça oui. Mais je vous dirai surtout que Cédric Chapuis est un magicien. Un magicien qui réussit à vous embarquer dans l'histoire d'Adrien, un jeune autiste, et de sa passion pour la musique et notamment la batterie. Avec un texte qui est à lui tout seul un bijou d'écriture, les images se forment au fil du récit et l'on se prend d'amour pour cet enfant différent et terriblement touchant (« J'ai accompagné les plus grands musiciens avec des barils de lessive »). L'humour est à la fois omniprésent et subtil, jamais lourd ; il sert de contrepoint à la réalité qu'il décrit (« D'année en année, les élèves de ma classe rajeunissaient ») : on rit, on s'émeut, on frémit, pour ce récit d'une passion dévorante et cette histoire hors normes d'un enfant hors normes.

Cédric Chapuis est un magicien, donc, et son interprétation brillante. Tour à tour émouvant, touchant, nerveux, naïf, étonnant, le comédien-musicien se donne à fond (il termine d'ailleurs en nage), enchaîne texte et morceaux de batterie endiablés sans arrêt. La mise en scène de Stéphane Battle est précise, nette, et permet, avec seulement deux ensembles de batterie qui seront dévoilés l'un après l'autre, un tabouret et des baguettes, de raconter avec une formidable fluidité les détails de cet itinéraire hors du commun. L'itinéraire d'un enfant surdoué, doté par la nature d'un don incroyable et d'une innocence qui le protégera de la cruauté humaine.

Voilà ce que je vous dirai donc. Ah si. Je vous dirai aussi que, à la fin voire tout du long, les ados à coté et derrière ont éclaté de rire à plusieurs reprises. Et je vous dirai aussi que les mamies ont tellement battu la mesure avec gaîté que j'ai cru qu'elles allaient se lever et danser. Que moi qui ne me lève quasiment jamais aux saluts, j'ai fini debout, comme beaucoup d'entre nous (avec les ados) (et les mamies).

Voilà. La batterie, « C'est bien plus qu' un instrument de musique, c'est un coeur qui bat ». Tout comme le spectacle de Cédric Chapuis. Un coeur qui bat et nous transporte.
27 déc. 2015
8/10
409
Superbe pièce !
Allez y avec des gens qui aiment la musique et le monde imaginaire car Adrien est bien dans son monde...
Malgré un début un tout petit peu lent, la pièce est rythmée, on ne s'ennuie pas car Cédric Chapuis est excellent !

Merci Aubalcon, c'est grâce à vous que j'ai couru au Théâtre Tristan Bernard !
18 déc. 2015
10/10
402
Adrien est particulier, il ne comprend pas les adultes.
Il vit dans son propre monde. Il s'est créé une bulle qui tourne autour de la batterie, passion qu'il a découverte, très jeune et qui lui permet de s'évader d'un père violent, d'une mère et d'un frère peu affectueux qui lui sont étrangers.
Sa vie est une histoire de rythme souvent saccadé.

Très belle pièce sur la différence, poétique, tendre, musicale, où l'on ressent toutes les émotions, on passe du rire à la profondeur. Cédric Chapuis y excelle, il fait corps avec sa batterie et il joue divinement bien.
C'est sublime, courez-y !
14 déc. 2015
8,5/10
399
Dans ce « seul en scène » on explore la relation d’un être humain -un peu perturbé- à la musique. Le rythme est rendu au début par des clappements de pieds et claquements de doigts puis par une batterie. L’enfant devient adulte et se construit par les vibrations qu’il fabrique.

Après un début de pièce un peu lent, on est dans le tempo et il n’y a plus de fausses notes.
13 déc. 2015
10/10
399
Alertée par les très bonnes critiques déposées sur Au Balcon, j'ai choisi de me rendre à l'une des représentations de ce spectacle.

Sans cela, j'aurais certainement raté l'un des plus intéressants spectacles auxquels j'ai pu assister depuis le début de l'année. Bien qu'il n'y ait qu'un seul acteur en scène, la pièce comporte, selon moi, deux personnages. La batterie est le second personnage de cette pièce, en particulier lorsqu'elle se fait entendre. C'est l'alter ego d'Adrien.

Le texte m'a beaucoup plus car il parle d'exclusion aussi bien chez soi quand les parents ne nous comprennent pas mais aussi à l'extérieur lorsque l'on est confronté à ses camarades de classe et que notre différence engendre un rejet. Le fait qu'Adrien détourne cette violence en la traitant sous forme humoristique est l'un des points forts de la pièce. Que dire de ce tempo qui l'obsède et qu'il transpose même lorsqu'il reçoit une claque. C'est du domaine de l'absurde mais c'est tellement fort.

On ne peut qu'être touché par cette distance et cette naïveté. Beaucoup de fraîcheur dans cette pièce donc que je retournerai volontiers voir tant elle m'a touché. Et puis, quel plaisir de retrouver des morceaux comme Highway to Hell d'AC DC, de Metallica ( Nothing else matters ). Tous les types de musique sont abordée. Adrien est un petit prodige de la batterie et cela pour le plus grand plaisir de la salle. C'est aussi, lorsqu'il joue, que le personnage d'Adrien est enfin reconnu pour ce qu'il est. Un batteur d'exception. La séance d'entrainement d'aérien avec son groupe de rock, et qui fait allusion au grand Bob Marley, est d'anthologie. On passe ainsi en revue la vie d'un enfant que beaucoup prenait pour un autiste et qui va arriver à exister via sa passion pour sa batterie et aussi grâce à l'amour d'une personne qui aura su détecter chez lui son potentiel et sa grande pureté. Dommage que cela suscite de la jalousie en particulier chez son père.

La fin surprend mais on reste sur une note positive car quel que soit le lieu, Adrien reste fidèle à lui-même et garde le tempo comme moteur de vie.
5 déc. 2015
8,5/10
357
Le thème du spectacle : l'amour d'un jeune (et du comédien/batteur Cédric Chapuis) pour sa batterie a de quoi surprendre et pourtant c'est un pur moment de théâtre qui régale tout le monde.

Très drôle et tendre à la fois on y voit l'histoire d'Adrien Lepage de la petite enfance à l'adolescence qui explique sa passion incomprise par son entourage pour la batterie, le tout accompagné par quelques morceaux rythmés comme il se doit.
5 déc. 2015
10/10
422
"Maman n'était pas musicienne. Bernard n'était pas musicien. Ils étaient tous les deux...inquiets"

Comédie magnifique !! Texte intelligemment ironique et provoquant des rires sincères !
Jeu de l'acteur excellent.
27 nov. 2015
10/10
427
Vu avec un petit batteur et un grand amateur de hard rock...

Nous avons tous beaucoup ri, nous ne sommes pas ennuyés un seul instant. Chacun a trouvé son bonheur en assistant à cette pièce très riche !!!

UN GROS COUP DE COEUR
10/10
396
Ce très joli spectacle est détonnant, sans compter l’effet Kiss Cool ensuite. On en prend plein le cœur et on sourit de partout.

Le récit d’Adrien Lepage nous dresse un majestueux buffet des heurs et des malheurs de l’Autre différent. Nous n’avons plus qu’à déguster ses épisodes nourris de ses fantasmes dont il se joue et de ses désirs qu’il prend pour la réalité. Jusqu’à vivre son rêve éveillé : jouer de la Batterie ! Entrecoupé de scènes jouées et mimées et de séquences musicales, le mets est délicieux et la digestion jalouse. C’est superbe !

Cédric Chapuis excelle dans ce spectacle dont il est l’auteur aussi. Il y a bien sur la performance musicale du jeu, il est passé par l’école Agostini, ça se voit et ça s’entend ! Mais c’est aussi un très bon comédien et un mime sensible, délicat et très juste.

La mise en scène de Stéphane Batlle combine adroitement la Musique et le Jeu pour mettre en valeur le récit, ce qui permet au spectateur de prendre le temps de savourer l'ensemble, tout en le maintenant en haleine.

Bien vu et bien joué, ce régal est à partager
12 nov. 2015
9/10
371
Quel ovni et quelle réussite !

Excellent moment ! Bravo.
9 nov. 2015
9,5/10
381
Un vrai coup de cœur !

Un seul en scène extraordinaire grâce à l'incroyable performance de Cédric Chapuis. Jouer un autiste surdoué n'est sûrement pas un rôle facile. Et pourtant Cédric Chapuis nous embarque presque immédiatement dans son univers.

Dès les premières minutes, nous sommes suspendus aux lèvres de ce grand comédien, capable de nous raconter sa vie et sa passion pour la batterie, aussi bien avec des mots, qu'avec des notes. Dans cette pièce, le théâtre et la musique s'accordent parfaitement, aucun ne prend le pas sur l'autre.

Entre des moments extrêmement drôles et d'autres étonnamment touchant, on ne voit pas le temps passer. C'est une très belle pièce, à ne surtout pas rater ! Mais attention, on en sort en ayant envie d'apprendre à jouer de la batterie...!
6 nov. 2015
9/10
429
J'ai trouvé cette pièce superbe. J'y allais avec un apriori : celui de voir un spectacle sur l'autisme un peu glauque et qui plus est, un seul en scène.

C'est bien un seul en scène, mais Cédric Chapuis est habité par une multitude de personnages. Il nous transporte dans son univers de garçon pas comme les autres qui a un rêve : celui de jouer de la batterie comme les plus grands. De Metallica à Louis Armstrong, Cédric Chapuis manie les baguettes avec dextérité et nous emmène dans un spectacle hybride de concert et de poésie. J'ai énormément apprécié de réécouter des Louis Armstrong, des Guns n roses et autres vieux vyniles qui trainent dans le coffre de maman et grand-maman.

Le jeu de lumière est absolument exceptionnel et donne à cette pièce un cachet tout particulier. Que dire de plus... C'est beau, c'est agréable, c'est original. What else ?
4 nov. 2015
8,5/10
446
J'y suis allé après avoir vu les critiques sur Au Balcon et je n'ai vraiment pas été déçu.
L'acteur est performant et crédible passant d'un "Forrest Gump" à un batteur talentueux.
Il y a de tout dans cette pièce de l'humour et de l'émotion.

Malgré un décor super simpliste, rideau noir et une énorme batterie ( enfin 2 batteries ), l'acteur nous fait bien voyager dans son univers avec un beau texte.
2 nov. 2015
8/10
419
Une belle création théâtrale et musicale, dans laquelle Cédric Chapuis entraîne les spectateurs, d'abord tout en douceur puis tout en ardeur.

Le récit est intelligemment mêlé à la musique, sans que l'un ne vampirise l'autre, et avec une qualité d'interprétation bluffante pour les deux volets de cette pièce.
Au-delà des séquences musicales impressionnantes et enivrantes, ce sont aussi les astuces de mise en scène de Stéphane Batlle qui concourent à créer cette atmosphère si particulière.

Un léger bémol cependant : le texte aurait pu être plus surprenant et l'intrigue plus percutante, la pièce n'en aurait frappé que plus juste aux oreilles des spectateurs.
1 nov. 2015
9/10
391
Vu au festival d'Avignon en 2012, un spectacle fabuleux dont je me souviens encore avec émotion.

J'ai revu mon fils quand il apprenait la batterie, mais même sans intérêt familial, ce spectacle a plu à tous mes amis autour de moi.

Il a remis ça cette année avec son spectacle au-dessus de la mêlée, là c'est du rugby au lieu de la batterie (et là, pas d'intérêt familial), et l'émotion est toujours autant au rendez-vous.

Pour le coup, j'aimerais bien être le cousin du metteur en scène/acteur même si cela m'interdirait de mettre une critique ici ;-)
21 oct. 2015
9,5/10
407
Très belle pièce sur une thématique qui peut paraître simple : la batterie.

Le jeu d'interprétation du comédien est bluffant et très poétique ...

A voir absolument !
12 oct. 2015
10/10
409
Une excellente pièce !

Drôle et touchante à la fois... À voir absolument !!
12 oct. 2015
9,5/10
394
Une vie sur Mesure a le sens du rythme ! La pièce part tambour battant sur la jeunesse et surtout la genèse de l'amour de la batterie d'Adrien.

La pièce est fluide et l'on s'en prend à battre la mesure du pied, voire à des instants de folie, taper des mains. ;-)

Elle est aussi très touchante avec des moments drôles mais aussi bouleversants. Attention, on ne résiste pas à la larmichette à la fin !
Que d'émotions pour cette pièce, ce merveilleux seul en scène qui nous fait découvrir la batterie, son sens du rythme et de la musique.

La mise en scène est bien trouvée surtout, vu le faible espace accordé. C'est une pièce de 19h donc pas le droit aux décors.

En somme, je fus enchanté par cette superbe pièce. A aller voir d'urgence !
11 oct. 2015
10/10
388
La meilleure pièce que j'ai vu à Avignon cette année.

Cédric Chapuis, seul sur scène avec sa batterie, est impressionnant, et la pièce est très drôle et touchante.
16 sept. 2015
9/10
530
Il y a les spectacles qu'on trouve sympa, les spectacles qu'on aime bien, les spectacles qu'on aime tout court ; et il y a la catégorie supérieure, les spectacles que "tellement qu'on adore on a envie de les revoir encore et encore et on a envie de les partager et on a envie que tout le monde il y va que tout le monde il y court tellement c'est génial".

"Une vie sur mesure" fait partie de cette catégorie-là ! Dans un seul en scène très original, Cédric Chapuis, excellent comédien, campe un personnage extrêmement touchant et extrêmement drôle. Si la batterie n'est pas l'instrument le plus sexy qui soit (dur dur de pécho des nanas sur le pont des arts en tapotant sur sa grosse caisse et ses cymbales la mélodie de 'I'm a creep' de Radiohead), Cédric Chapuis arrive à le rendre captivant.

Il parvient admirablement à nous transmettre sa passion et l'on découvre que la batterie n'est pas qu'un instrument d'accompagnement, il peut se suffire à lui-même, c'est très beau tous ces boum-boum finalement, on en redemande !
En bref, courez-y pour une bonne régalade musicale et théâtrale à la fois !
14 sept. 2015
9,5/10
420
Vue en 2010 au Théâtre de Dix-heures. Je suis ravie que Cédric Chapuis soit de retour à Paris.

Une des pièces les plus fortes qui m'aura marquée cette année-là.

Courez-y !