Critiques pour l'événement Une Histoire d'amour
24 sept. 2020
6,5/10
2
Une pièce qui déroule, trop rapide pour susciter l'émotion.

En bref, un couple, Katia et Justine cherchent à avoir un enfant. Katia tombe en ceinte, Justine, trop jalouse, la quitte pour un homme. Jeanne nait, élevée par Katia. Le cancer de Katia reprend de plus belle : les deux seuls tuteurs de Jeanne sont Justine (l'ex compagne) ou William, frère de Katia (ex traumatisé). Une nouvelle famille se crée.

Ce que j'ai aimé :
- la créativité dans la mise en scène : la musique, les décors, le karaoké au début, l'écran qui projette des supers images pendant la pièce, les toilettes sur scène etc.
- certaines questions posées sur l'homoxesualité et la parentalité (le droit à l'enfant) :
> lorsque Justine dit à Katia : je t'aimais tellement que je t'ai aimé, alors que j'aimais pas les femmes", c'est toujours la question de savoir : est-ce que tu tombes amoureux d'une personne (H ou F, peu importe), ou d'un genre ?
> lorsque Justine demande après avoir couché pour la 1ère fois avec une fille (Katia) : pourquoi on n'est pas toutes lesbiennes (après avoir couché avec une fille)
> lorsque Katia explique à Justine, au début de leur histoire : "pour toi c'est une expérience (car pour Justine, c'est sa 1ère fois, elle ne sait pas si elle est homosexuelle), pour moi c'est un début d'histoire" (car Katia elle sait qu'elle est homosexuelle et amoureuse de Justine)".

Ce qui m'a carrément gonflé :
- la mort de Katia, après une nuit de jouissance avec son ex Justine est bidon
- le fait que Katia, lesbienne, ait une vie familiale terrible : je trouve que ça ressort limite du cliché, genre t'as perdu ta mère jeune, tu la cherches toute ta vie, tu es lesbienne
- le fait que les scènes aillent trop trop trop vite, que les acteurs surjouent un peu, et que du coup, on n'a pas le temps de ressentir d'émotion.

Bon spectacle, et bravo à Michalik de remplir les salles de théâtre ;)
17 févr. 2020
7,5/10
10
C’était le spectacle attendu de ce début d’année. La salle est comble pour Une histoire d’amour, nouvelle création du prodigieux Michalik. Si le genre est différent de ses précédentes pièces, on y retrouve la touche du metteur en scène.

Un scénario qui s’enchaîne à la vitesse d’un film, des rôles multiples pour chaque comédien, un savoureux mélange de performances scéniques.
7,5/10
13
Alors ?
Ce n'est "que" la 5ème pièce d'Alexis Michalik, et pourtant, même les non-théâtreux sont susceptibles de connaître son nom. Entre Edmond, Le porteur d'Histoire, Le cercle des illusionnistes ou encore Intra Muros, il est difficile d'échapper aux affiches ou au bouche-à-oreille qui recommandent l'un de ces spectacles.

Je les ai tous vus, les ai tous aimés, sauf un : Intra Muros. Dans une interview accordée au magazine Théâtral, le metteur en scène reconnaît qu'Une histoire d'amour "sera un peu dans la même veine qu'Intra Muros, qui joue aussi sur l'émotion". Mais l'idée de voir une pièce linéaire de Michalik qui ne se repose pas sur ses histoires à tiroirs m'a poussée à refouler mes a priori. Mes préjugés ont refait surface lorsqu’à la lecture du programme, je lis une des citations "- s'il est bête ? s'il vote à droite ?

- avec deux mamans ? Il votera pas à droite"

Et pourtant... Et pourtant ! Mes craintes se sont dissipées au cours du spectacle. Une histoire d'amour est avant tout l'histoire d'une vie, remplie de petits bonheurs et - surtout - de grands malheurs. En écrivant ça, il est évident... que c'est une évidence ! Mais Alexis Michalik parvient à montrer sur scène une réalité dans toutes ses fragilités, une vie qui bascule en raison d'un événement (une décision, un accident ou encore une maladie). Certes, les ficelles sont grosses et le triptyque dramatique est là (rupture, deuil, enfance malheureuse) mais chacune des situations a son lot de pouvoir comique et nous pouvons en rire que grâce au jeu impeccable des comédiens. La fluidité de la mise en scène et l'enchaînement - moins rapide mais toujours rythmé - des scènes rappelle qui est le maestro.