Critiques pour l'événement Un instant
23 nov. 2018
9/10
2 0
A notre entrée dans la salle, on est immédiatement saisi par la beauté de la scénographie qui s’offre à nous : des chaises par centaines, une chambre suspendue, une échelle, évidemment. Les deux acteurs font leur entrée, noir, ça commence.

Je retrouve alors avec plaisir la voix et le phrasé si particuliers de Camille de Guillonnière, qu’on pourrait écouter des heures durant. On fait la connaissance de la touchante Héléne Patarot, qui évoquera aussi son enfance : « ceci n’est pas une madeleine ». Il est doux de constater la complicité entre les deux acteurs. On prend surtout notre temps. C’est rare, de prendre le temps. Un temps précieux. Un moment délicat.
18 nov. 2018
9/10
3 0
Jean Bellorini imagine la rencontre de Marcel (narrateur de la recherche) et d’une femme exilée, d’origine vietnamienne ayant fui son pays étant enfant.

A travers les extraits magnifiques du chef d’œuvre de Proust et les souvenirs "d'Hélène" Jean Bellorini met en scène l’histoire de la mémoire, des sensations et des émotions qui réapparaissent au cours du chemin de l’existence à l’occasion d’une odeur, d’une saveur, d’une image, d’une musique …
Dans une lumière tamisée, côté jardin, Hélène Patarot, médite assise sur un banc dans un espace immense envahi de chaises (chaises en équilibre, chaises jonchées sur le sol, chaines construisant des cloisons…). Cela nous interpelle.
Côté jardin, on aperçoit Camille de la Guillonniére, derrière la fenêtre d’une petite pièce, suspendue dans l’espace par laquelle on accède au moyen d’une grande échelle. Il semble rêver…
Nos pensées vagabondent, Jean Bellorini et Macha Makeïeff jouent avec notre sensibilité et notre imaginaire à travers cette scanographie.
Dans cette atmosphère magique et mystérieuse, un dialogue va s’instaurer entre Camille et Hélène. Une grande complicité va s’établir entre eux. Les souvenirs d’Hélène resurgiront… Camille incarne Marcel, il nous conte ses souvenirs d’enfance à Combray.
Puis au fil du spectacle, Camille et Hélène s’approprieront tour à tour les mots et les pensées riches et profondes de Proust.
Le guitariste Jérémy Peret, au son de sa guitare, nous accompagne avec douceur dans le monde émouvant de la mémoire.
Doux moment de théâtre, les mots caressent les oreilles et chavirent le cœur.
« Car aux troubles de la mémoire, sont liées les intermittences du cœur » Marcel Proust.