Critiques pour l'événement Suzanne, la vie étrange de Paul Grappe
22 avr. 2018
7/10
7
Une histoire vraie qui s'est déroulée de 1915 à 1928, désertion, travestissement, violences.
Cette histoire douloureuse, est habilement mise en scène, deux personnages nous racontent l’histoire telle qu’elles l’ont vue et vécue, tel un chœur antique, il y a Lucie, la bonne amie journaliste et la concierge Mme Massin. Chacune sa version des faits.

Des chansons de l’époque éclairent les situations, les changements de décors, de scène. Oui Mistinguett chantait « Mon homme » dont les paroles sont très explicites, oui, il y a des femmes qui aimaient et pardonnaient les coups, jusqu’au jour où…

Une drôle d’histoire qui dénonce la violence sous toutes ses formes, violence de la guerre, violence domestique. Les comédiens sont tous très investis et excellents dans leurs personnages.
14 avr. 2018
6/10
8
Mardi, première de la pièce Suzanne dans la salle Paradis du Lucernaire. Toute une promesse….

Paul Grappe, déserteur durant la guerre 14-18, se retrouve à Paris auprès de sa femme Louise. Pour éviter la peine de mort, sentence réservée aux déserteurs, Louise a une idée, celle de travestir Paul. Suzanne devient ainsi l’alter ego féminin de ce dernier.

Pendant dix ans, et aux yeux de tous, Paul Grappe devient Suzanne, féminine, maquillée, tout en talons, adepte de l’alcool… « Elle » profite de cette nouvelle vie. Le bois de Boulogne et la vie nocturne n’ont plus de secrets pour elle.

Pour Louise, le retour de Paul s’avère plus compliquée. Elle est victime de violences, de réprimandes et subit au quotidien le mal être de ce dernier.

Tirée d’une histoire vraie et inspirée de « La garçonne et l’assassin », cette pièce aborde des sujets multiples: celui de la guerre et du devoir patriotique, de la relation et l’égalité homme – femme, du renoncement à son identité et surtout des violences conjugales.
En somme tout un programme…

Mais cela a du mal à prendre…

Le rythme de la pièce est particulièrement lent. Au fur et à mesure, la pièce s’étiole…

J’ai eu du mal à m’attacher aux personnages (Suzanne, Paul et Louise) tant ils manquent de substances… La mise en scène sur ce point est trop rapide, difficile d’appréhender le mal être de Paul, la souffrance de Louise et surtout son désir d’émancipation. Tout cela est pour ma part quelque peu survolé et manque de nuances. On y voit un Paul odieux et une Louise soumise.

En revanche, les personnages de Madame Massin, la concierge et celui de Lucie, amie du couple sont bien mis en valeur. En tant que narratrices de la pièce, elles créent le lien avec le public et amènent une pointe d’humour à ce drame.

Les parties musicales sont bien faites et très agréables.

Dommage, de n’avoir pas été captivée par cette pièce, pourtant présentée par une jeune troupe prometteuse.