Critiques pour l'événement Samo, a tribute to Basquiat
12 avr. 2017
7,5/10
4 0
C’est quoi exactement, SAMO ? L’acronyme de the same old shit. Encore et toujours la vieille merde : le cri de révolte dont Jean-Michel Basquiat envahissait les rues de Brooklyn, âgé d’à peine 18 ans.

C’est cette jeunesse rebelle, entre fugues et premiers tags sur les murs de Soho, que la jeune metteuse en scène Laëtitia Guedon a souhaité mettre en lumière. On découvre le futur artiste coincé entre un père violent et une mère folle, l’accident de voiture dans lequel il perd sa rate, les premiers gribouillis, graffitis, les multiples rencontres dans les clubs new-yorkais, sur fond de jazz et de hip-hop.
On assiste à l’éclosion de son art, et l’on comprend à quel point la quête identitaire fut le socle fondateur de son œuvre, et plus largement, de l’émergence du street-art.
Pour incarner les différents visages de Jean-Michel Basquiat, pour célébrer la multidisciplinarité de son art, Laëtita Guedon fait appel à un musicien, un danseur et un « comédien-conteur ». Ajoutez à ce joyeux mélange une touche de vidéo projetant quelques tags de l’artiste et vous obtenez une mosaÏque ultra sensible et métissée qui est tout sauf the same old shit…