Critiques pour l'événement Love me tender
19 sept. 2018
6,5/10
13 0
Je n’ai jamais lu Carver (honte sur moi). À l’annonce du projet, je me rendis même compte que je le confondais avec Chandler, alors même que j’avais vu Short Cuts de Robert Altman, également adapté de nouvelles de Carver. Dans mon souvenir, le film était une réussite.

Pour résumer, Guillaume Vincent adapte 2 nouvelles de Carver simultanément dans la 1e partie de la pièce, puis 4 dans la 2e. Simultanément. J’imagine qu’il n’a pas dû être simple d’en faire le montage, même si passionnant. J’imagine qu’il a dû être ludique de trouver des répliques qui se répondent d’une histoire à l’autre, qui mettent toutes en scène des couples. Mais je trouve que le rythme en pâtit, que les acteurs n’ont pas grand chose à faire quand ce n’est pas leur tour de jouer, mis à part faire durer ces moments de silence, comme un blanc dans la conversation. Et quand le rythme s’accélère, il est ardu de suivre (mais je n’étais pas très bien placé, il faut dire).

La 1e partie de la pièce se veut plus comique que la seconde. On ajoute même des rires enregistrés, comme si on était devant un épisode de « I love Lucy » (une des premières sitcoms américaines avec Lucille Ball), mais c’est fait exprès. On fait rire, mais à l’intérieur on est dans le drame, dans lequel on plongera plus volontiers dans la seconde partie. La couture entre les deux, même si assumée, est un peu grosse.

En revanche, là où je fus pleinement convaincu, c’est par le jeu des comédiens quand ils le sont (en jeu) et je pense évidemment à une de mes comédiennes préférées : Emilie Incerti Formentini, excellente dans tous les registres.

Une soirée légèrement décevante malgré une atmosphère carverienne bien présente (même si je ne sais pas ce que c’est, mais j’ai supposé qu’elle l’était).