Critiques pour l'événement Lorenzaccio
8 oct. 2017
7/10
5 0
Alfred de Musset a pris la plume en 1834 pour écrire une histoire qui fait écho à notre propre désenchantement.

Doit-on encore lutter ? Est-ce que cela à encore un sens ? Lorsqu'un despote ou le politique est sur un trône, ne fera t'il pas tout pour y rester et celui qui lui succédera, ne voudra t'il pas garder les même avantages ?

Ces interrogations font encore sens de nos jours donnant ainsi à Lorenzaccio un côté très contemporain. C'est peut-être pour cela que Catherine Marnas a décidé de faire une mise en scène très actuelle.

Cette pièce est réputée injouable car elle se compose de 80 personnages et 36 décors. Mais ce n'est parce qu'il est annoncé autant de chose que cela doit forcément être réalisé. C'est 8 comédiens talentueux et fougueux qui vont incarner de nombreux personnages. La prise de risque ne va s'arrêter là. L'évocation de débauche, de bacchanales, d'abus sexuels ne sont pas des choses facile à évoquer oralement alors visuellement, c'est encore plus difficile. Un certain public risque d'être choqué. Par chance, personne n'est parti pendant la représentation comme quoi, ils avaient lu présentation de spectacle. Toutefois, cela a fait grincer quelques dents quand même. 

Lorenzo est indigné par la lâcheté de ceux qui protestent, il décide de prendre une décision qui pourrait changer ou non la société. Il va se rapprocher de ce dictateur festif, son cousin, Alexandre de Medecis. C'est en se parant des habits d'un dandy cruel qu'il va devenir une autre personne. Tout cela pour aboutir à un choix d'un acte en connaissance de cause pour prouver qu'il connaît la véritable nature humaine. Est-ce que la mort d'un despote peut ouvrir à la République ? La réponse est sans appel.