Critiques pour l'événement L'étrange affaire émilie artois
13 sept. 2019
6,5/10
4
Lucas Andrieu, passionné de cinéma et de films psychologiques décide de se lancer dans une aventure incroyable. Ecrire une histoire comme sur le grand-écran mais pour le théâtre.

Aidé d'Emma Baudoux, ils conçoivent un récit reprenant les codes des films policiers où petit à petit le fil mystérieux s'épaissit pour mieux captiver le spectateur et le dérouter à la fin. D'ailleurs, la mise en scène et la création musicale de Damien Dufour joue avec cela. Déjà, avec le générique projeté, presque inexistant dans le 6ème art, le jeu de séduction avec la caméra ou le travail de lumière surtout lors la scène lorsqu'on passe de l'autre côté du miroir avec une danse diabolique. Rien n'ai laissé au hasard, pas même la musique qui accompagne délicatement les moments forts, fragiles et sensibles. On se laisse porter petit à petit surtout grâce à la présence et au talent d'Elena El Ghaoui. Son jeu assez riche nous emmène au coeur du doute, de la perversion et de l'aliénation. Une couleur différente de chemisier et une coiffure plus classique, une nouvelle personnalité s'affiche. Laquelle est vraie? Qu'importe.

Pas d'inquiétude, les auteurs n'ont pas oublié de mettre une petit dose d'humour, même s'il est noir. La couleur est bien de circonstance quand on parle de meurtres volontaires ou d'idées obscures. Il restera à vous d'y voir peut-être une lueur d'espoir. Au pire, vous assisterez à un jeu perfide où la morale ne peut gagner.
4 sept. 2019
8/10
4
On se croirait en Avignon, en plein festival. La place voisine résonne de musique.

Les terrasses sont bondées et le Théâtre de la Contrescarpe enchaine les spectacles ... et les comédiens aussi. Lucas Andrieu nous recommande sa reprise de Hypo au Théâtre du Marais. La très touchante histoire vraie d'un autiste faisant le bilan de sa vie.

Et surtout c'est un vif plaisir de voir deux excellentes représentations qui auraient toute leur place en Provence ... et qui s'y propulseront sans doute. Disons alors que j'ai pris de l'avance sur le festival 2020.

Vous devriez sans attendre aller voir L'étrange affaire Emilie Artois, coécrit par Lucas Andrieu et Emma Baudoux, mis en scène et en musique par Damien Dufour, tous les samedis et dimanche à 19 h au Théâtre de la Contrescarpe. Ce thriller psychologique offre une fin ouverte sur laquelle je parie que vous allez débattre ...

Une chose est sûre : Lucas Andrieu et Elena El Ghaoui sont excellents, lui en jeune flic stressé, pressé de boucler une affaire a priori banale de vol de carte bancaire, elle en fine psychologue et toute en séduction, à moins que ce ne soit pas du tout cela ... car il est tout de même étonnant que l'interrogatoire soit filmé et enregistré. Certes l'opération est obligatoire depuis le 1er juin 2008 (Loi n° 2007-291 du 5 mars 2007), mais uniquement pour les gardes à vue et interrogatoires de mise en examen en matière criminelle, ce qui n'est pas -a priori- l'hypothèse dans laquelle on se situe.

Il est donc probable que nous ayons été totalement manipulés, mais par lequel des deux ?

L'interprétation est ultra nuancée. La jeune femme accepterait de passer aux aveux si le lieutenant lui posait les bonnes questions, c'est en tout cas ce qu'elle prétend. Le spectateur ne sait pas quel parti prendre. Elle pratique trop bien l'humour noir pour qu'on soit de son coté. Il ne contrôle pas suffisamment son exaspération pour qu'on le juge professionnel aguerri. Le scénario est digne d'un polar qui aurait été mis entre les mains d'Humphrey Bogart et de Lauren Bacall. Et la projection d'un générique se justifie tout à fait.

Une chorégraphie sous des lumières de feu d'artifices achève de troubler (positivement) le public.

Je n'ai qu'un bémol sur la musique pendant le temps d'installation du public. Etait-ce bien nécessaire d'entendre des notes discordantes ? Par contre on apprécie d'écouter la Lettre à Elise à la fin.

Cette découverte me donne un avant-goût de ce que pourrait (déjà) être un succès du festival d'Avignon 2020.
7,5/10
2
... Un polar bien écrit. Une mise en scène adroite et soignée. Une excellente « Émilie Artois ».
31 juil. 2019
10/10
2
Belle découverte lundi...
Je n'avais jamais vu un thriller au théâtre. J'ai adoré. Jusqu'au bout, nous sommes tenus en haleine. La fin est extra ! Félicitations aux deux comédiens et bravo pour la mise en scène. Je recommande.
21 juil. 2019
1/10
8
Désolé pour cette critique mais une pièce sans intérêt que ce soit au niveau des textes, de la mise en scène et du jeu des acteurs. A éviter...

C'est assez dur comme jugement.

0
Lundi 9 septembre 2019
24 juin 2019
8,5/10
6
« L’étrange affaire Emilie Artois » d’Emma Baudoux et Lucas Andrieu dans une mise en scène de Damien Dufour au théâtre de la Contrescarpe est une pièce policière aux multiples rebondissements totalement surprenants.

Ce qui pourrait être une banale conversation dans un commissariat de police par un jeune inspecteur fraîchement sorti de son école, devient au fur et à mesure de la progression de l’interrogatoire une histoire fantastique, comme un certain Pierre Bellemare aurait assurément aimé la conter.

L’inspecteur de police Alexandre Leclerc a convoqué Emilie Artois, une jeune femme bien sous tous rapports, tout du moins ce qu’elle présente, au sujet d’un vol de carte bleue. Vol que son petit ami a notifié à la police en portant plainte : est-elle coupable ou est-elle la victime ? Vient-elle pour soulager sa conscience ?

Toute l’intrigue, dont évidemment je ne peux pas souffler mot au risque que vous demandiez ma tête, repose sur cette interrogation.

Pendant 1h10, nous assistons à une montée en puissance des révélations de part et d’autre ; une tension qui nous tient en haleine jusqu’au dénouement final, qui je dois dire est totalement déroutant, surprenant. A se demander ce qui s’est passé dans la tête des auteurs ?

Les doutes s’installent dans la conversation, on se demande qui manipule qui ? Qui est sincère ? Un requiem au bord de la folie parfaitement orchestré et joué en pleine intensité par les deux comédiens.
Un jeu du chat et de la souris où personne ne sort indemne dans ce huis clos adroitement bien ficelé : un puzzle de 1.000 pièces qui s’assemblent dans une mécanique bien huilée.

Des répliques chocs habilement mises en valeur par la mise en scène de Damien Dufour. Il a conduit un affrontement des deux personnages avec une vision machiavélique de l’histoire. Les regards, les sourires, se multiplient avec l’incorporation de la vidéo pendant l’interrogatoire, complétée par une musique intrigante qu’il a également signée. Un sentiment à la fois de bien être et de mal être, mais on en redemande, on veut savoir jusqu’où ils sont capables d’aller.
Il nous fait aimer ce que nous devrions détester avec l’impudence de nous faire rire.

Elena El Ghaoui joue tout en subtilité cette énigmatique jeune femme venue innocemment répondre à un interrogatoire de police. Une main de fer dans un gant de velours…
Elle m’a fait penser à Stéphane Audran dans les films de Claude Chabrol. On retrouve dans son jeu le calme et l’élégance de l’artiste, elle est fascinante.

Lucas Andrieu, le co-auteur, qui joue le rôle du jeune inspecteur est totalement investi dans sa mission. Complètement dérouté au début de l’audition, il va la mener crescendo, avec l’absorption de nombreux cafés, en bien ou en mal, pour devenir un fin limier de l’interrogatoire. Son jeu à fleur de peau est captivant.

Ces deux talentueux comédiens nous charment, nous effraient, nous indisposent, enfin bref ils nous tiennent par le cou sans lâcher la bride, au risque de nous étouffer… C’est jouissif.
12 juin 2019
8/10
3
L’étrange affaire Émilie Artois, écrite par Emma Baudoux et Lucas Andrieu.

Interprétée par Elena El Ghaoui et Lucas Andrieu, mise en scène et musique de Damien Dufour.

Dans l’ambiance intimiste du joli petit théâtre de la contrescarpe, nous allons être subjugués par cette étrange affaire.

Nous sommes dans un commissariat, Émilie Artois, jeune femme charmante a été convoquée par l’inspecteur Alexandre Leclerc pour un petit vol sans importance qu’elle avoue d’ailleurs avec désinvolture.

Au cours de cet entretien, Émilie trouble et perturbe l’inspecteur en évoquant avec une certaine effronterie des affaires criminelles non élucidées qu’elle semble bien connaitre…

Mais qui est donc cette mystérieuse et insaisissable Émilie Artois ?

Des révélations surgissent, la tension monte, l’inspecteur perd pied…

Nous sommes captivés par cette effroyable histoire, nous allons de surprises en surprises. Surprises qui nous font parfois frémir... Toutefois ce n'est pas dépourvu d'humour, noir certes, mais qui nous amuse.

Lucas Andrieu campe avec adresse ce jeune inspecteur manquant d’expérience, parfois un peu nerveux.

Elena El Ghaoui interprète avec brio et grande justesse cette femme énigmatique, inquiétante, un peu enjôleuse, effrayante et sympathique à la fois.

Tous deux nous entrainent avec fougue dans ce roman noir, un peu Hishcockien.

Agréable moment de théâtre divertissant.