Critiques pour l'événement Les chatouilles
21 oct. 2016
7/10
117
Le cri du cygne

Le cygne, c'est Odette, une petite fille, mignonne, trop mignonne, qui croise un jour, hélas, le chemin du monsieur qui aimait les poupées. De ces jeux immondes et vils, Odette en sort meurtri à jamais, physiquement et moralement. Que faire donc face à un homme pernicieux ou une mère égoïste et indifférente ? S’évader, oublier, partir, loin, très loin. Pour se faire, Odette se jette d’abord dans la danse, puis le sexe et l’alcool, et pour finir, sur des rails de coke entre deux aéroports. Ou cela va-t-il mener Odette ? Sur la scène d’un théâtre, oui madame, monsieur, sur la scène, face à des centaines de spectateurs, abasourdis, attristés et émus qu’une petite fille puisse vivre ce cauchemar.

Odette, c’est Andrea Bescond, une jeune femme talentueuse et pleine de vie, qui « crie » sur la scène sa bataille contre la pédophilie, son amour de la vie, malgré une mère "absente", et son amour de la danse, son antidote. Une belle thérapie de groupe.

Personnellement, je n'ai pas pu rire, trop chamboulée par les malheurs d'Odette. Et j'espère que ce cri ne se perdra pas dans la nuit.
25 sept. 2016
7,5/10
106
Pièce très émouvante qui nous propose une valse enivrante des sentiments.

La comédienne arrive à passer d'un rôle à l'autre (notamment la relation mère-fille très poignante) avec une aisance incroyable, à tel point qu'on en oublierait presque qu'elle est seule sur scène.

D'ailleurs sa propre émotion à la fin de la pièce témoigne de la sincérité et de la performance de son jeu.
21 avr. 2016
5/10
134
Pas convaincue par ces Chatouilles au Petit Montparnasse.

Sentiment d'être prise en otage par le sujet, en raison de l'absence de distance du récit par rapport aux faits, horribles dans toutes leurs dimensions. Sauf lorsque Andrea Bescond s'exprime non plus avec ces voix multiples et agaçantes (on dirait une ventriloque) mais avec son corps par des danses superbes et expressives.

Moments trop rares dans un spectacle plombé par sa linéarité.