Critiques pour l'événement Le paradoxe des jumeaux
25 févr. 2019
9,5/10
2 0
Marie Curie n'était pas que cette femme vêtue de noir à l'air austère.
Tout en continuant ses recherches, elle aura su trouver pour un temps l'amour auprès de Paul Langevin, élève de Pierre Curie.
Elisabeth Bouchaud incarne une Marie Curie tout à la fois obstinée dans son travail et émouvante dans l'intimité.
Les dialogues, la mise en scène évoquent toute la tendresse que les auteurs ont pour cette Grande Dame qui a obtenu 2 prix Nobel et qui repose au Panthéon avec son mari Pierre Curie !

Un beau moment de théâtre... A voir !!
9/10
7 0
C’est désormais une habitude au Théâtre La Reine Blanche. Les spectacles étonnent et détonnent par le choix d’une transmission toujours accessible et passionnante offrant un plaisir curieux et savoureux des représentations artistiques qui en sont faites.

LE PARADOXE DES JUMEAUX s’inscrit dans cette démarche avec réussite. Cette pièce de Jean-Louis Bauer et Élisabeth Bouchaud reprend des éléments marquants du parcours hors normes de l’illustre Marie Curie, physicienne aux deux prix Nobel, pour nous présenter la femme, la scientifique et l’amoureuse. Trois facettes d’une femme d’exception, éclatante d’exemplarité qui ne renonça jamais aux combats pour sa reconnaissance sociale et professionnelle tout en préservant une vie affective et romanesque libre et assumée.

Le Paradoxe des Jumeaux est la dénomination d’une des théories de recherche de Paul Langevin. Ce physicien reconnu l’expose à Marie Curie au cours des nombreuses discussions, après la mort de Pierre Curie, qui scellèrent leur aventure éphémère au scandale retentissant à l'époque.

Malgré la sincérité de l’amour de Marie pour Paul, la dénonciation de leur liaison fomentée par l’extrême droite de ce début du 20ème siècle, xénophobe et anti progressiste, est publiée dans tous les journaux et jouera l’effet de couperet.

Sentiment d’abandon mêlé à la soif de vaincre, cible machiste et xénophobe qui ne se soumet pas, Marie Curie, Maria Skłodowska-Curie, n’abandonnera pas. Aidée par sa sœur ainée Bronia, elle restera et sera jusqu’au bout de sa vie la « femme d'orgueil, de passion et de labeur » dont parle Françoise Giroux dans sa biographie de Marie Curie.

La mise en scène de Bernadette Le Saché donne au texte la portée émotionnelle nécessaire pour une théâtralité aboutie, servant la dramaturgie autant que le message.

Élisabeth Bouchaud (majestueuse Marie), Sabine Haudepin (adorable Bronia) et Karim Kadjar (fougueux Langevin) interprètent avec talent et une parfaite complémentarité cette passionnante histoire aux allures de témoignage documenté, nous faisant découvrir autant que rêver cette vie singulière et magistrale, riche de sensations.

Un spectacle au charme de la découverte d’une destinée singulière. Une écriture captivante et une interprétation habitée, un temps de théâtre intelligent et agréable.
29 nov. 2017
9/10
4 0
Enfin une pièce sur Marie Curie !
Une grande chercheuse souvent mise dans l'ombre de son mari. Une très belle pièce a la fois subtile et audacieuse sur la scientifique ET la Femme.