Critiques pour l'événement Le Misanthrope
29 juin 2019
9/10
21 0
L'Atrabilaire amoureux.

Trahison d'amour autant que d'amitié, mal être d'un homme inadapté au monde dans lequel il vit, portrait d'une dépression autant que d'une société ...

Voilà ce que la formidable et innovante version de Clément Hervieu-Léger met en lumière !
Il a ce don rare de nous rendre modernes, proches, et même familiers les personnages qu'il met en scène.

Voici un jeune Alceste fiévreux, qui se consume d'amour et de haine mélangés, de colère et de désespoir.
Le jeu des comédiens, tous formidables de naturel, alterne les à coups furieux et les moments où le temps s'étire, et où parfois le piano remplace les dialogues...

Et notre regard sur ce Misanthrope change ! Des pans entiers de son âme se découvrent.
Magie des grands du théâtre !!!

Un Molière autrement, un Alceste surprenant... à voir absolument.
23 janv. 2019
3/10
2 0
Amoureux de cette pièce, je pensais me régaler. Que Nenni! Les acteurs m'ont beaucoup déçu, les comédiens de La Comédie Française ne sont plus ce qu'ils étaient. Un ennui profond! A éviter.
7/10
75 0
Après une très bonne surprise avec Roméo et Juliette mis en scène par Eric Ruf, je me faisait une joie de retrourner au français, je m'installe dans la salle, le spectacle commence, chuuut, oui chut en effet, si le silence n'est pas complet il est difficile d'entendre les comédiens, ils ne parlent pas fort, alors même si j'ai trouvé certaines émotions très fortes et que j'avais vraiment envie de suivre tout ça, c'était fatiguant de devoir toujours tendre l'oreille, et être concentrée 3h c'est compliqué...

Heureusement l'entracte m'as permis de mieux apprécier la seconde partie, mes oreilles devaient être plus reposées... Autre problème, c'est loooooooooong, et oui trois heures de classique où il faut être concentré c'est très long, mais quand tout le monde se retient de tousser alors de temps en temps on peut voir de beau moments, des moments d'émotions intenses, de vrais constuctions, les corps sont beaux, ce qui rend certaines scènes violentes et très émouvantes (je pense par exemple à la scène final, d'une grande force).

Pour résumer, ce spectacle est à voir si on a une bonne audition et de la patience, avec ces deux atouts il peut vraiment valoir le coup.
11 févr. 2017
6/10
50 0
Le texte n’est pas du tout en accord avec les costumes contemporains.

Il faudrait mettre à jour le texte « Courez vous cacher » deviendrait « casse toi pauvre con »... on parle aussi du « petit coucher », de la Cour..., de carrosse, de rubans vert, enfin bref, après tout le texte est de Molière, alors !

Parti pris aussi de faire jouer Alceste totalement hystérique, on n’a vraiment pas envie d’être ami avec lui, si ce n’est pour le conduire dans une maison de repos.

Célimène, j’ai du mal avec la voix d’Adeline d’Hermy ! mais avec son personnage aussi, ce n’est pas une victime. Manipulatrice, Célimène déguste sa liberté de femme, retrouvée. Elle n’aime qu’elle, sa cousine lui sert de faire-valoir, les petits marquis sont là pour la flatter.

Ne reste que l’excellent Philinte d’Eric Génovèse et le très drôle Oronte de Serge Bagdassarian.
Un spectateur derrière nous, murmurait « oh là ça ne m’étonne pas que ça dure trois heures ! », en effet, il y a des temps interminables entre les scènes, changement de décor, va et vient d’Alceste sur scène. Le rideau est levé, le décor ma foi, est fort beau, un bel intérieur bourgeois, la salle toujours éclairée, je me demandais ce que faisait le type sur scène (je pensais que c’était un technicien) alors que c’était le comédien !
18 janv. 2017
4,5/10
72 0
Tu ne m'aimes pas... et bien, moi non plus.

Difficile de parler d'une pièce qui m'a laissé de marbre les deux fois où je l'ai vu.

Déjà pour la bonne raison que je n'aime pas le sujet qui donne le mauvais rôle à la femme. Alceste n'aime personne, vraiment personne, excepté Célimène. L'élu de son cœur, par contre, aime un peu trop à priori les hommes ! Quand la vérité éclate, Célimène est rejetée de tous, y compris d'Alceste qui demande alors la main de la cousine. Je veux bien que Molière se moque de l'hypocrisie de la cour mais pourquoi abimer ce beau sentiment qu'est l'amour.

Mais la raison qui m'a fait détesté cette pièce est la mise en scène. C'est lent, plat, sans intérêt. Rien d'une comédie , tout d'une tragédie.
31 déc. 2016
7/10
64 0
Très belle mise en scène, très bon jeu de Loic Corbery, j'ai moins aimé le jeu de Georgia Scalliet que je trouvais effacée (je pense qu'Adeline d'Hermy ne fait pas le même effet dans ce rôle !)

J'ai apprécié les costumes et la touche contemporaine qui dépoussièrent l'image du classique en vers que l'on peut avoir d'un classique parfois scolaire.
15 sept. 2016
6/10
59 0
Si ce classique n'a rien perdu de sa superbe, tellement brillant et intemporel, la mise en scène déçoit.

Clément Hervieu-Léger arrive en effet à nous faire trouver le temps long (3h avec des silences, et quelques notes de piano, qui n'en finissent pas), tout en nous fatiguant, demandant à ses acteurs d'en faire des tonnes sur leurs sentiments et leurs déplacements.
22 févr. 2016
7/10
50 1
J'ai eu la chance de voir la pièce trois fois, dont la version avec Eric Ruf en Philinte.

Un moment rare, a posteriori, j'ai hate de le revoir sur scène. Le parti pris de la mise en scène est excellent. Un décor sombre, tendant sur le vert, années 50-60. Loic Corbery est remarquable. Une vision sombre qui me plait beaucoup.

Une très belle version.
10 sept. 2015
3/10
109 0
Quel gâchis.

Une de mes pièces préférées, je me gargarise d'apprécier les classiques, le Tartuffe de la saison était une réussite, je garde un souvenir ému du splendide, de l'inoubliable Misanthrope de Michel Fau au théâtre de l'Oeuvre en 2014, je me réjouissais donc d'avance d'aller voir la mise en scène de la Comédie française et... catastrophe.

Jeu agaçant de Loïc Corbery : ce n'est pas de sa faute, tout le monde n'est pas fait pour incarner Alceste. Il était à sa place en cabotin dans les Estivants, il ferait sûrement un Figaro intéressant mais Alceste n'est pas, par essence, un capricieux qui pleurniche deux heures d'affilée tel qu'on le voit dans ce Misanthrope.

Le piano répétitif. La scène des portraits à table qui sonne si faux. O rage, o désespoir, l'ennui gagne sur un texte pourtant intemporel.
Et en plus la pièce est reprise sur la saison 2015-2016!
Reste Georgia Scalliet en Célimène, lumineuse comme toujours et qui aurait pu être mieux mise en valeur.
9 sept. 2014
5,5/10
149 0
Quelle déception que cette mise en scène du Misanthrope !

Dans une ambiance plus lugubre qu'épurée, on assiste à un ballet incessant et souvent bien brouillon d'acteurs montant et descendant des escaliers, courant d'un bout à l'autre du plateau, jouant des morceaux de piano impromptus, sans parvenir à masquer le faux rythme qui s'installe rapidement.

L'idée de Clément Hervieu-Léger d'épurer le décor et les costumes est gâchée par ce trop plein de déplacements, et le jeu de Loic Corbery, alternant entre des tirades hurlées et des passages bougonnés tous deux peu audibles, achèvent de rendre cette pièce décevante. Une frustration.
24 avr. 2014
6,5/10
219 0
Pour la 4e fois de la saison dans la Salle Richelieu, la mise en scène est signée par un des comédiens de la Maison. Cette fois, c'est Clément Hervieu-Léger qui s'attaque à ce monument de Molière. Consciencieux, il tient à expliquer chaque parole des personnages par un élément, un détail de mise en scène. Résultat : il y a trop d'idée, trop d'ajouts, trop de mouvements sur scène, et on perd l'idée de fond de la pièce.
Dommage, car la vision de la pièce était nouvelle et intéressante.
Pour porter ce spectacle, Clément Hervieu-Léger a fait appel à Loïc Corbery : l'acteur, trop cabotin, campe un Alceste bien peu profond, ses tics de jeu et de diction et son manque évident d'émotion coupant court à tout intérêt du personnage. Le reste de la troupe, en revanche, est brillant.
Décevant.
17 avr. 2014
8/10
165 0
Le texte de Molière garde toute sa puissance et il est remarquablement joué par la troupe de la Comédie Française.
Le jeu peut paraître parfois un peu lent mais il y gagne en finesse.
Georgia Scalliet interprète merveilleusement bien Célimène.
De même que j'ai beaucoup apprécié le jeu de Eric Ruf dans le rôle de Philinte.

Bref c'est une formidable pièce de Molière, interprétée dans un décor moderne par de très bons comédiens.