Critiques pour l'événement Le Misanthrope, avec Lambert Wilson
5 mars 2019
5/10
4 0
Une mise en scène sans aucune originalité. On se croirait à la Comédie Française dans les années 70.

Les costumes et le décor sont poussiéreux et le parti pris de tout resserrer dans 1/3 du devant de la scène n’aide pas. Il paraît qu’il y avait un jeu de reflet avec les miroirs, mais on était tellement mal placés sur le côté qu’on n’en a rien vu ! L’ouverture finale de la scène est la seule idée de mise en scène et fait encore plus ressortir la platitude du reste.

Certes, Lambert Wilson joue très bien et sert magnifiquement le texte de Molière. Mais il écrase les autres acteurs et particulièrement les marquis qui sont quasiment inaudibles et ridicules plus que drôles.
25 févr. 2019
6,5/10
4 0
C'est sans doute le spectacle que j'attendais le plus de la saison : Le Misanthrope, soit ma pièce préférée de Molière, mis en scène par Peter Stein, soit un metteur en scène qui ne m'avait encore jamais déçue, avec pour incarner Alceste Monsieur Lambert Wilson, soit un acteur qui se fait rare sur les planches qui les irradie à chacun de ses passages. Un trio gagnant, en somme. Perdu au milieu de la programmation de ce théâtre qui semble se chercher encore, succédant à un humoriste, précédant un spectacle de cirque, ce Misanthrope aurait dû étinceler de mille feux. On lui en concèdera la moitié.

Peter Stein m'a habituée à la perfection. Certains qualifieront de classiques des mises en scène toujours respectueuses du texte, s'effaçant presque derrière lui pour en tirer l'essence même, les mêmes lui reprocheront un manque d'audace ou d'idée car il ne s'encombre jamais de vidéo ou de trucs de scénographie suremployés aujourd'hui. Je n'ai jamais approuvé ces dires injustes et trop vite prononcés. Mais aujourd'hui je reconnais que je suis déçue : sa mise en scène du Misanthrope ne retrouve pas l'harmonie parfaite qu'il avait su diffuser dans son Tartuffe.

Les idées sont pourtant bien là, mais disséminées au fil des scènes sans former de réelle unité. Ainsi ces miroirs qui forment l'essentiel du décor et qui tantôt renvoient Alceste à sa solitude face au monde qui le regarde, tantôt lui offrent un échappatoire à ses propres conversations en lui permettant de regarder autre chose que les yeux de son interlocuteur. L'idée était simple mais elle est filée pendant tout le spectacle avec beaucoup de subtilité et permet d'accentuer encore dans l'inconscient du spectateur - ou le conscient, si on est bon observateur ! - le parti pris par Peter Stein pour ce Misanthrope.

Car, encore une fois, on ne peut reprocher à Peter Stein de ne pas donner de véritable contenance au texte qu'il monte. Et sa représentation du Misanthrope est des plus sombres que j'ai vues - pourtant, c'est sans doute la pièce de Molière que j'ai le plus fréquentée au théâtre. Il fait de son Misanthrope un homme profondément et désespérément seul, autour de qui les hommes sont des créatures mi-monstre mi-pantin, tous relevant d'une certaine forme de médiocrité - des marquis abjects à un Philinte incroyablement mou. Ce Misanthrope-là est une tragédie. Peter Stein a pris le parti de ne pas du tout utiliser le potentiel comique du texte, l'étouffant presque par sa vision détestable de l'ensemble du monde, les marquis en tête.

Et, en réalité, si la vision est parfaitement recevable et présente dans le texte, elle est aussi, pour moi, le principal défaut de ce spectacle. Je m'explique : Peter Stein a choisi un comédien plus que marquant pour interpréter son Alceste et, dans le même temps, il a pris le parti de détacher Alceste des autres personnages pour souligner le décalage entre eux, donnant ainsi quasiment raison au misanthrope de déconsidérer pareillement le reste du monde. Seulement voilà : en accentuant cette rupture, il permet à Lambert Wilson de se dissocier de la distribution et le pousse même à défaire tous les liens qui pourraient exister avec ses partenaires. Il l'autorise, en quelque sorte, à jouer seul. Le problème, c'est qu'en cautionnant cela, il omet un petit détail : se retrouvant ainsi hors de la distribution, le voilà maintenant au-dessus, écrasant parfois ses camarades par une présence, un charisme, et une évidence d'incarnation incroyables.

Je me rends bien compte que je critique le jeu parfait d'un comédien. Mais il faut comprendre que cela dessert le spectacle dans son ensemble bien qu'il ravisse mes yeux et mes oreilles la majeure partie du temps. Car du personnage d'Alceste que je vénère, Lambert Wilson a tout, incarnant ce Misanthrope jusqu'au bout des ongles. Il en a d'abord la diction, peut-être un peu vieille France mais cela constitue aussi un point de différenciation d'avec ses partenaires. Il en a assurément la voix, de cette voix profonde et caressante qui résonne admirablement dans cette grande salle dont les murs semblent faits pour réfléchir ses ondes vocales directement vers nos oreilles envoûtées. Il en a le corps, la posture, le port de tête, incroyablement nobles mais aussi témoins permanents de la violence qui l'habite. Il est magnifique, et son Alceste restera comme l'un des plus déchirants qu'il m'ait été donné de voir.

Mais, probablement sans le vouloir, il éclipse parfois ses partenaires, rendant alors le texte moins audible. A commencer par Célimène qui ne trouve pas en Pauline Cheviller la force nécessaire pour affronter Alceste. Si sa gestuelle est toujours impeccable, son texte a du mal à s'imposer à travers des alexandrins trop chantés, et l'on a du mal à comprendre la vision de Stein derrière cette Célimène. Étonnant problèmes de voix et de diction aussi du côté de Paul Minthe qui interprète un petit marquis dont le "je suis jeune" n'est pas très digeste. De manière plus générale, les rares absence d'Alceste sur scène pèsent sur ce spectacle dont on pourrait dire qu'il prend son temps et qui devient alors objectivement lent. Des problèmes de direction d'acteurs étonnant et incompréhensibles chez Peter Stein.

Le reste de la distribution, cependant, trouve plus facilement sa place, donnant lieu à de très belles scènes : ainsi, on se retrouve quasiment en apnée lors de l'échange entre Alceste et Arsinoé, admirable Brigitte Catillon. Manon Combes, qui campait une excellente Dorine dans le Tartuffe de début de saison, endosse ici avec une certaine passivité le rôle d'Eliante dont la partition prend des accents d'indifférence inaccoutumés. Même traitement pour Philinte, qui de la présence toujours rassurante et positive devient un personnage vil et sans teinte. J'imputais cela au jeu d'acteur tout d'abord avant de mieux comprendre l'ensemble créé par Stein qui m'obligeait - et ce fut difficile - à renier aussi Philinte. Il devient ici un homme comme les autres, c'est-à-dire bas et suiveur, et Hervé Briaux me semble d'ailleurs avoir été choisi pour son physique somme toute assez banal, jurant là aussi avec la grandeur émanant de Lambert Wilson.

C'est donc un Misanthrope en quasi demi-teinte que nous offre Peter Stein, dont la vision pâtit d'une distribution déséquilibrée. On a connu le metteur en scène en meilleure forme, et surtout plus sûr de lui : pour la première fois, me voilà critique sur sa manière de conclure la pièce. L'idée, que je ne dévoilerai pas, était belle, même magnifique, mais elle ne m'a pas parue entièrement assumée et présente un petit côté artificiel inhabituel chez Stein. Bref, un spectacle un peu décevant quand on connaît le travail du metteur en scène, mais qui porte en lui d'indéniables qualités, à commencer par un Alceste d'anthologie. Pas si mal, quand même, non ?