Critiques pour l'événement La fonction de l'orgasme
14 mai 2019
7/10
3
Un petit bijou de spectacle, une comédienne seule en scène pour une exégèse de l'orgasme, basée sur le livre, écrit en 1927, du psychanalyste Wilhem Reich, élève de Freud et dissident des dogmes du maître. Beaucoup d'humour entre la conférence, le documentaire, la fiction théâtrale et la performance. Il s'agit d'une expérience portant sur l'envie de transmettre une réflexion éminemment positive et humaniste...
8 mai 2019
6,5/10
4
Constance Larrieu décide de se lancer dans un défi de taille : faire découvrir l'homme, son oeuvre et ce que nous savons sur l'orgasme de nos jours.

Les non-spécialistes ne connaissent pas le nom de Wilhelm Reich. Très vite la comédienne nous prévient de son objectif de spectacle : "il faut que cela soit jouissif". L'orgasme c'est l'affaire de tous et de toutes. "On est toutes des bombes. Il faut juste trouver le détonateur". Voilà, elle a mis le public en de bonne condition avec une dose d'humour. "Nous sommes tous ici pour parler de l'orgasme".

Avec sérieux, folie et bonne humeur, elle nous plonge dans une pseudo-conférence avec des références scientifiques et des témoignages, garants de la véracité des dires. Mais cela n'empêche pas de mettre de l'extravagance pour bien illustrer ces propos. Quoi de plus naturel d'être dans une tenue moulante pour parler sur une musique très sensuelle du déroulement d'un acte sexuel ou de montrer une orgie de ballons! Attention, c'est chaud.

Un spectacle en trois parties où se mélangent les projections, les costumes, les quelques accessoires et tout cela sur une peau de bête à poil et un petit support pour s'asseoir. La compagnie Jabberwock qui trouve un équilibre assez juste entre les références à l'oeuvre et notre société actuelle. Le plaisir et l'orgasme est possible à tous. Les freins à ce plaisir sont nombreux et pas insurmontable. Pour cela, il faut que chacun puisse s'épanouir, se sentir bien, lâcher prise et avoir confiance dans l'autre. Un beau message d'espoir que prend à coeur la compagnie.

La fin se termine dans une ambiance enfumée avec Constance Larrieu levant le bras avec un néon de couleur. Elle indique le chemin à suivre avec conviction, force, revendication et jouissance. Sans jamais tomber dans la vulgarité ou le racolage facile.