Critiques pour l'événement La double inconstance
10 mars 2019
7/10
4 0
La joie de découvrir la double inconstance sur scène se disputait au plaisir de revoir Guillaume Sentou sur les planches. Ma joie et mon plaisir ont été comblés ! J’ai passé une belle soirée avec cette manipulation du couple formé par Sylvia et Arlequin. Cet amour pur et simple qu’ils se portent l’un à l’autre est fort. Mais Le Prince et Flaminia ne sont pas des novices en termes de stratagèmes en tout genre pour arriver à leur fin : le Prince est amoureux de Sylvia et la veut sienne à tout prix.

Malgré une mise en scène de Philippe Calvario un peu surprenante : quelques marches de chaque côté de la scène que les comédiens montent et descendent en permanence (ce n’est pas toujours simple pour les comédiennes en robe longue) et des intermèdes un peu désarçonnant avec de la musique qui ne colle pas du tout avec le reste de la pièce ; mais aussi des costumes hors époque pour Sylvia qui a des couches de vêtements non assortis et Arlequin qui ressemble à un poulbot parisien. Malgré tout cela j’ai passé une belle soirée car le texte de Marivaux est particulièrement bien servi par des comédiens qui ont une belle prestance et jouent leur texte avec conviction. On est embarqué dès le début par les manigances de Flaminia et du Prince, on a beau espérer que Sylvia et Arlequin résisteront et seront au-dessus de toutes ces mesquineries, le tour prend forme et la manipulation des âmes est réussie. Il y a bien quelque chose des ‘Liaisons dangereuses’ dans ce Marivaux qui pose des questions sur le désir et la constance amoureuse.

Sophie Tellier est une Flaminia flamboyante, experte en ruses et dissimulations, j’ai adoré son jeu en totale opposition à Maud Forget qui incarne une Sylvia d’une sensibilité à fleur de peau teintée d’un bon sens que les méchants appellent naïveté. Luc-Emmanuel Betton est un Prince tellement convaincu que son amour pour Sylvia doit être réciproque. Guillaume Sentou est l’Arlequin idéal : il virevolte et cabriole sur scène avec ingénuité.

Je me suis laissée emportée par l’histoire et c’est vraiment agréable.