Critiques pour l'événement La Chute
9 mai 2019
6,5/10
4 0
Spectacle où j'ai eu du mal à me concentrer tout du long : cette pièce ne me semble pas accessible à tout le monde compte tenu des sujets qui y sont évoqués (liberté, justice, existence...)

En revanche, la prestation d'I. Morane est remarquable.

J'ai lu que précédemment le spectacle était joué avec l'accompagnement d'une contrebasse.
Ce n'est plus le cas et je le regrette car effectivement, cela devait donner un certain pendant à l'acteur.

Les sujets tels que la liberté, la justice ne sont pas accessibles à tout le monde ?

1
Jeudi 9 mai 2019
13 sept. 2017
6/10
8 0
Globalement, j'ai trouvé que ce n'est pas une pièce très accessible.

Rien que la résumer n'est pas gagné. A mes yeux, celui qui en parle le mieux cette pièce c'est Raphael ENTHOVEN : "C'est l'histoire d'un homme qui, sans avoir fait le moindre mal, découvre soudain qu'il est un salaud". Un homme, à qui tout réussi, qui assiste impuissant à la chute d'une femme (un suicide) dans la Seine. Il ne l'aide pas. Toute sa vie ensuite, l'homme se sent coupable. Il devient juge-pénitent : il se rend coupable du vol d'un tableau pour purger sa culpabilité initiale lors de la chute de la jeune femme.

Les sujets abordés sont très philo : la liberté, la culpabilité, la justice, la conscience. Ils font réfléchir. On n'en sort pas très léger.

Bref, il me manquait surement des éléments pour comprendre la réflexion de Camus. Je pense être passée à coté. Un passage cependant qui a résonné en moi : lorsque le narrateur parle de l'immortalité des soirées arrosées, des soirées de jouissance et de plaisir, et que le lendemain seulement, en se réveillant avec un mauvais gout dans la bouche, il prend conscience de "l'amertume de la condition humaine".

En ne comprenant pas tout le texte, je suis un peu passée à côté des émotions. J'ai quand même pu profiter de la performance de Ivan Morane, seul sur scène, qui tient son public pendant près d'1.30. Si j'ai décroché à quelques moments, l'ambiance de la petite salle du Paradis au Lucernaire sous les toits, avec un décor obscur de brume, et une vraie proximité avec le comédien, est très agréable.

Bonne route !
2 nov. 2014
7/10
115 0
Très bonne performance du comédien qui tient son texte, pas facile, jusqu'au bout car avec Camus il faut s'accrocher.

La présence de la jeune femme à la contrebasse adoucit la noirceur de ce texte.