Critiques pour l'événement Jean-Louis XIV
14 mai 2019
7,5/10
14
Avant il y avait l’Opéra bouffe et l’Opéra comique, Jean-Louis XIV nous fait découvrir avec bonheur la comédie musicale comique !

Une grande bouffée de fraicheur et d’humour pour notre plus grand plaisir. Mais ces bougres ne font pas que nous faire rire à gorge déployée, ils chantent et dansent avec talent. Toute la troupe est excellente, Serge da Silva est royal, Emmanuelle Bougerol est une reine, Constance Carrelet est séduisante, Benjamin Gauthier est délirant dans son genre, Benoit Moret et Nicolas Lumbreras sont des dieux chacun dans leurs rôles. Redécouvrir l’histoire de France comme ça, c’est un plaisir.

Ça nous met du soleil dans nos têtes et de la joie dans nos cœurs.
21 févr. 2019
7/10
9
« Jean-Louis XIV » de et mis en scène par Nicolas Lumbreras au théâtre des Béliers Parisiens est une comédie 100% burlesque qui fait beaucoup rire le public, les saluts en sont le témoin.

Sur fonds historique (que le fond alors…) Nicolas Lumbreras s’en est donné à cœur joie pour présenter toute la puissance de son délire dans cette comédie qui n’a qu’un seul but divertir son public : il s’attaque avec fracas au mythe de ce roi au plus long règne.

Le bon roi Louis XIV, coureur de jupons invétéré, est obligé pour ne pas se faire prendre la main dans le sac par son épouse la reine Marie-Thérèse d’Autriche qui ne supporte plus ses infidélités à Versailles, de donner rendez-vous à sa maîtresse Madame de Montespan (Constance Carrelet) dans une auberge bretonne, où la crêpe se déguste demi-sel…

C’est un enchaînement de gags, de situations complètement loufoques, surréalistes, auxquels nous assistons pendant 1h30.
Les comédiens qui jouent plusieurs rôles à la fois, il faut bien vu la cour du roi, changent de costumes à une vitesse qui ne nous laissent pas le temps de souffler.
A tout moment, nous nous disons, ce n’est pas possible, il ne va pas oser…eh bien si rien ne retient Nicolas Lumbreras pour nous faire rire, même si parfois des gags à répétitions mériteraient d’être resserrés, frisant ainsi avec la lourdeur de certaines situations.

Un roi traditionnellement, on pourrait dire aussi inscrit dans la constitution (nous ne sommes plus à un anachronisme près), se doit d’avoir des maîtresses et de les honorer ; et que fait-il pour se faire pardonner ? Il se confesse, mais comme il est roi, il n’y a pas d’intermédiaire avec Dieu (Nicolas Lumbreras), il lui parle directement. C’est ce que fait notre Louis XIV en lui téléphonant : une scène très drôle qui en dit long sur cette comédie. Toutefois j’émets une réserve sur ce personnage qui par la suite ne m’a pas emporté dans ses délires, ses prières.

Louis XIV (à vous de découvrir pourquoi la pièce s’appelle Jean-Louis XIV) nous embarque dans son carrosse sur les routes pour rejoindre une auberge bretonne où le plus grand délire vous attend ; avec dans sa chambre un cordon qui fait penser à « L’hôtel du libre échange » de Feydeau. Je dois dire que l’aubergiste (Benjamin Gauthier) est à mourir de rire dans ses multiples rôles, ce comédien remporte tous mes suffrages, même si la reine (Emmanuelle Bougerol) et le roi (Serge Da Silva) valent leur pesant d’or. Une reine d’ailleurs qui ne se déplace pas sans son bourreau joué par Benoît Moret.

Une mise en scène de Nicolas Lumbreras dans laquelle il s’est fait plaisir mais obligatoirement précise, rythmée pour que tout ce petit monde puisse donner toute la puissance comique de leurs nombreux rôles avec des scènes, qui s’enchaînent à une vitesse folle, entrecoupées de ballets aux belles chorégraphies de Mélanie Dahan, de chansons accompagnées au piano par Dieu lui-même : il sait tout faire le bougre et les comédiens aussi !
Il faut ajouter un joli travail des décors de Juliette Azzopardi et des costumes de Chloé Boutry complétés par les perruques d’Irina Dyakonova.

Une facette de l’histoire de France méconnue dans un spectacle vous l’aurez compris qu’il ne faut pas prendre au premier degré, mais qui devrait vous faire oublier, le temps d’une soirée, vos tracas en vous faisant beaucoup rire, mais attention toutefois aux oreilles un peu trop chastes…
18 févr. 2019
6,5/10
29
Louis XIV est le Roi soleil d’une France qui aime les galettes bretonnes et où la principale préoccupation du roi est de butiner avec ses favorites mais la Reine Marie-Thérèse ne l’entend pas de cette oreille… Louis XIV promet de ne plus prendre maitresse… Mais voilà, il va y avoir du rififi à la Cour quand Madame de Montespan fait sa première apparition éblouissante et subjugue le roi qui pour mieux cacher sa passion va se faire appeler Jean-Louis dans une auberge bretonne abritant son amour illégitime.

Comédie déjantée mélangeant les genres à la façon du Tour du monde en 80 jours, Nicolas Lumbreras livre aux spectateurs un moment de folie douce. C’est sa troisième pièce et on se souvient de sa précédente pièce fort rigolarde : Cousins comme cochons. Il cumule les rôles : auteurs, metteur en scène et comédien !

Ici donc, nous partons du vrai Louis XIV et son histoire imposante (le plus long règne d’un roi de France) pour arriver à une fantaisie délirante mélangeant les genres avec bonheur : du boulevard, du théâtre musical avec des références à Molière, aux comédies historiques et aux boys bands ! Bien sûr, il y a des moments forts et d’autres moins mais le rythme est assez soutenu grâce à une mise en scène dynamique. Les six comédiens donnent de leur personne et semblent bien s’amuser sur scène.

Certes les oreilles sensibles pourraient ne pas apprécier la grivoiserie de certains propos ou la trivialité de certains passages mais l’ensemble produit l’effet escompté : on sort du théâtre l’esprit vidé de ses problèmes et c’est essentiel en ce moment !