Critiques pour l'événement France Fantôme
4 févr. 2018
8,5/10
28
Bienvenue dans cette non-critique sponsorisée par Recall Them Corp. ! (avec un petit quelque chose de Philip K. Dick, dit celui qui a connu cet auteur via les films de Ridley Scott et Paul Verhoeven avec un soupçon de Robocop par le même Verhoeven pour les fausses pubs au milieu de la pièce) N’oubliez surtout pas de décharger vos mémoires avant et après avoir lu cette chronique, surtout si vous la trouvez médiocre.

Il fallait oser s’attaquer à un genre peu exploité dans le théâtre français (genre qui commence aussi à revenir, et de belle façon, dans le paysage audiovisuel français grâce à Arte et aux séries Trepalium et surtout Transferts qui a des traits de ressemblance avec France-Fantôme dans son argument principal : le transfert d’une personne d’un corps à un autre, possible ici avant la mort) et Tiphaine Raffier, déjà vue en tant que comédienne chez Julien Gosselin (et j’arrêterai là le jeu des références, même si on peut s’amuser à chercher les points communs assumés entre eux deux), relève haut la main le pari.

C’est bien connu, les oeuvres de science fiction en disent beaucoup sur nos sociétés et France-Fantôme ne déroge pas à la règle. Celle-ci nous prévient même des dérives (idéologiques, religieuses par exemple), qui nous pendent au nez, à coup de sentences déclamées ou écrites en grand sur un écran géant qui peuvent paraître un peu grossières et/ou donneuses de leçons. Mais là sera le seul bémol car Tiphaine Raffier nous présente un spectacle qui ne lasse pas malgré sa durée (2h35 sans entracte), nous immerge dans ce futur lointain (XXVe siècle) mais étonnamment ressemblant à notre présent grâce à un remarque travail musical/vidéographique (je ne sais pas si ce mot existe) /scénographique notamment et aussi surtout grâce à des acteurs et des musiciens hors pair.

La France a un incroyable talent : Tiphaine Raffier. (le pire, c’est que je ne regarde même pas cette émission… pardon pour cette ultime référence indigne)