Critiques pour l'événement Fleur de cactus
24 mai 2019
1,5/10
1
Que c'est mal joué ! Qui est cet İgor qui déclame dans du boulevard, qui regarde le public plutôt que ses partenaires quand il leur parle ?
Fau est paraît il un bon acteur, ça va mieux en le prétendant.
3 juil. 2017
7/10
82
Intéressant, mais on a l'impression de passer à côté de quelque chose.

Une impression de gâché. J'ai été surpris pas un débit assez flasque sans grande consistance, puis l'arrivée des deux ténors, mais toujours des difficulté à faire décoller la pièce. On s'égare dans des longueurs et détours inutiles.

Toutefois ne soyons pas négatifs pour autant, il reste quand même agréable de regarder cette pièce.
17 juin 2017
0,5/10
86
Pitoyable. Triste. Tellement décevant.
Que fait Catherine Frot dans cette béchamel ?!
Nous sommes restés jusqu'à la fin par respect et courtoisie uniquement.
Ça ne décolle pas.
Les acteurs sont mauvais, en font des tonnes, surjouent.
Bref passez votre chemin.
16 juin 2017
3/10
104
Pièce très décevante.

Brièvement, un dentiste épouse sa promise, sauf qu'il lui avait dit qu'il était marié avec 3 enfants pour que sa promise soit moins pressée dans le mariage. Il demande alors à son assistante (Catherine Frot) de jouer le rôle de son ex épouse, afin de ne pas révéler à sa promise son mensonge.

Cette grosse farce est extrêmement décevante : tant dans la qualité du texte ("tocard" 'retourne chez ta mère' et d'autres apostrophes), que dans l'intrigue cousue de fil blanc ou que le jeu des acteurs. Les acteurs récitent leur texte, se renvoient la réplique de manière totalement mécanique et complètement fausse. Je n'ai pas réussi à comprendre par exemple pourquoi le dentiste prenait des grands airs et des intonations chantantes tout au long de la pièce. Mis à part Catherine Frot, dont le ton est quasiment naturel. Une seule scène à mes yeux suscite un peu d’intérêt : celle ou les personnages sont tous en boite, et chacun délire de son coté.

Seul intérêt de la pièce : les décors et la mise en scène. Les décors sont magnifiques, ils changent souvent, belle ambiance des années 60, sur un fond musical sympatrique entre les scènes.

C'est très dommage, car le titre "fleur de cactus" est très poétique je trouve. On comprend d'ailleurs le titre dans la révélation du personnage de Catherine Frot vers la fin de la pièce, vieille femme bourrue qui s'épanouie comme une fleur.
5 juin 2017
7,5/10
119
J'avais lu beaucoup de critiques avant d'avoir vu la pièce et j'ai sûrement été influencée par elles.

Mon idée :
- une bonne pièce bien desservie par de bons acteurs
- des longueurs qui ralentissent le rythme et l'intensité
29 mai 2017
6/10
104
Je profite des Molières pour écrire un petit billet sur cette déception. Je n'ai pas compris comment Michel Fau et Catherine Frot se sont retrouvés dans cette galère.

Dans des décors plus que kitch, les comédiens passent leur temps soit à brailler leur texte (la blonde par exemple) ou à surjouer (la plupart des patients) que les effets comiques en sont effacés. On rit poliment mais rire, ça ne m'est pas arrivé de la soirée.

Heureusement qu'il y a Catherine Frot pour relever le désastre, car Michel Fau est loin de son niveau habituel.
28 mai 2017
3/10
74
Gênant. C’est le premier mot qui me vient en tête.

Gênant de retrouver de si grands comédiens dans un spectacle pareil. Gênant de constater que la salle entière rit devant cette bouse sans la moindre forme d’intérêt. Gênant d’imaginer ce spectacle comme premières partie des Molières, lundi prochain. Gênant de constater que le nivellement par le bas qu’on retrouve dans tant de domaines s’attaque également au théâtre. Après ce premier sentiment, c’est l’indignation qui prend la parole : ma place a coûté 55€, et je ne suis même pas en carré or. Devant les décors – somptueux, il faut bien l’admettre – je n’ose imaginer le coût du spectacle. Et je ne parle pas des têtes d’affiche. Je suis outrée. Je suis dégoûtée. Je suis révoltée.

Du peu que je connaissais de Barillet et Grédy, j’aurais pu prévoir le massacre. Mais j’ai fait confiance. J’ai fait confiance aux critiques dithyrambiques sur le spectacle, j’ai fait confiance aux têtes d’affiche, j’ai fait confiance à un Michel Fau que je suis depuis un bout de temps maintenant. Mais dès le début, l’histoire sent le vieillot : cet homme qui s’est inventé une vie de famille et qui se retrouve à devoir trouver un subterfuge pour présenter sa femme et ses enfants à son amante qu’il souhaite épouser… Avec la plume d’un bon auteur, ça aurait peut-être pu donner quelque chose. Mais ici, c’est ridicule et poussif. Les situations mettent des heures à s’installer, les répliques ne reflètent aucun esprit, les acteurs n’ont rien à jouer. Il manque un ingrédient essentiel au boulevard : un grain de folie. J’ai du mal à concevoir que Barillet et Grédy aient vraiment été en vogue dans les années 50. Et je vous passe les tirades sur la libération de la femme qui s’en va conquérir le monde en conduisant sa deux chevaux.

C’est assez inconcevable, et même très triste, qu’un texte pareil connaisse un tel succès dans un grand théâtre parisien. J’écris ces quelques mots pendant le spectacle tant je m’ennuie, et l’idée qu’il me reste encore près de 2 heures à tenir m’est assez effrayante. A dire vrai, j’ai du mal à imaginer comment les acteurs vont réussir à meubler autour de ce néant pendant encore aussi longtemps. Non seulement la pièce est sans aucun intérêt mais en plus elle est mal écrite et s’étire en longueur : on tient un combo. A côté de Barillet et Gredy, Florian Zeller est le Feydeau du 21e siècle.

Pour une fois, fait étrange, les applaudissements qui ponctuent les entrées et sorties des acteurs ne sont pas ce qui m’irrite le plus. Non, après tout ça fait bien partie de la soirée : vous comprenez, c’est hilarant de voir Catherine Frot répondre au téléphone pour convenir d’un rendez-vous médical. Ceci dit, si personne ne rit à ce moment là, les acteurs risquent de passer un long moment de solitude au regard de la qualité du reste du texte.

Non, ce qui me mine le plus dans cette histoire, c’est l’idée qu’un homme tel que Michel Fau, pour qui j’ai une admiration sans borne, qui m’a fait découvrir André Roussin, et que je suis assez aveuglément, puisse monter un texte pareil. J’ai toujours fait confiance à son intelligence – mieux encore, à son esprit et à son goût, duo rare et appréciable en ces temps d’abrutissement des masses. Mais aujourd’hui je me sens trompée, trahie. La chute est d’autant plus douloureuse que j’avais placé Michel Fau depuis longtemps sur un piédestal. Les questions se bousculent dans mon esprit au fur et à mesure que ce spectacle avance : pourquoi cette pièce ? Par quel étrange hasard a-t-il pu penser qu’elle présentait un quelconque intérêt ? Pourquoi ressortir des placards les écrits de Barillet et Grédy qu’on avait si justement oubliés ? Comment a-t-il convaincu Catherine Frot de se ridiculiser ainsi ? Lui comme elle, qu’on connaît grands acteurs tout en subtilités, sont bien tristes ce soir, sur cette scène. Ce ne sont que de pâles figures d’eux-même, jouant pauvrement tels des pantins sans âme. A leurs côtés, le reste de la distribution est tout aussi caricaturale. Seule Mathilde Bisson tire son épingle du jeu avec une incarnation fine et intelligente. Surprenante et bienvenue, au vu de la tournure que prend cette soirée.

Je regarde avec désespoir la course d’obstacle qu’il me faudrait affronter pour atteindre la sortie. Je suis bloquée, et condamnée à perdre 2h10 de ma vie. J’ai du mal à concevoir l’idée que Laurent Ruquier, pourtant grand amateur de théâtre, ait pu cautionner pareil spectacle à l’affiche de son théâtre, lui qui présente l’année prochaine la reprise d’Art de Yasmina Reza. Un autre monde.
2 mars 2016
7,5/10
262
Une belle machinerie pour les décors, ça bouge comme dans des bulles de BD.

C'est coloré, joliment daté. C'est Pop des beaux quartiers. Du théâtre plaisir à 100%, des fleurs et des cactus comme des immortelles...
21 févr. 2016
6/10
293
J'ai attendu cette pièce pendant de longs mois. Barillet et Gredy !

Pour moi, c'était les grandes heures de "Au théâtre ce soir" qui avaient bercé mon enfance. Le bon théâtre de boulevard avec le goût de la madeleine de Proust ! Et puis Michel Fau et Catherine Frot ! Quel moment en perspective !

Ma déception est à la hauteur de mon attente... C'est long, ça traîne et parfois même on s'y ennuie. Je m'attendais à être enlevée, portée par la pièce, réjouie par le jeu, la mise en scène. Y'a les moyens quand même ! Dans les décors, les costumes, la musique, les changements, c'est pas la petite pièce à deux francs six sous. Et je suis restée bien assise dans mon fauteuil, avec quelques sourires, un ou deux rires.

Alors oui soyons justes, Catherine Frot est superbe ! Il faut y aller pour elle car elle porte littéralement la pièce. Grand talent ! Mon grand sourire, mes applaudissements les plus chaleureux !

Pour le reste, ça reste très honorable, on passe quand même un bon moment. Les 2h30 passent relativement facilement mais pour le prix ! Mazette ! C'est un tantinet surévalué.
15 févr. 2016
7/10
272
C'est bien : oui ! C'est drôle : oui ! C'est absolument original et étonnant : non !

La mise en scène et les décors (et les moyens de cette production) font que tout est nickel, les tableaux s'enchaînent parfaitement sans temps morts, malheureusement c'est à l'intérieur de la pièce qu'il y a des temps morts (mais pas dans les changements). Le début a du mal à démarrer, Catherine Frot est un peu sur la réserve mais petit à petit ça se met en place et la mécanique de cette comique fonctionne parfaitement.

Catherine Frot a l'art d'envoyer ses ruptures sans qu'on les voit venir, elle est très forte, Michel Fau est parfait (même si on a un peu de mal à croire à son côté tombeur de ses dames) et Marie Héléne Lentini est excellente comme d'habitude (quand est ce qu'on va lui confier les rôles de Ladesou ou Lear ?)

Un excellent divertissement et un hommage au côté BD des années 60, donc un très bon moment même si je pensais être plus surprise.
11 févr. 2016
8/10
296
Sans trop d'attente je suis allée voir Fleur de Cactus, et j'en suis ressortie très satisfaite !

C'est une jolie comédie rafraîchie par la mise en scène de Michel Fau...
Les décors sont joliment kitch et donnent le ton de la pièce !

Ce qui en fait surtout un très bon divertissement, c'est la finesse du jeu de Catherine Frot qui est tout à fait attachante et délicieuse dans son rôle de secrétaire médicale sainte-ni-touche !

Il manquerait juste un peu plus d’énergie corporelle en faisant mieux vivre l'espace pour en faire un vrai bon boulevard !
9 févr. 2016
7/10
282
J'avais vu la pièce jouée par Poiret et Desmarets et j'étais très très jeune.

Au départ, la mise en scène de Michel Fau m'a désarçonné, mon vague souvenir m'évoquant plutôt un Feydeau romantique où la désinvolture élégante de Poiret le disputait au charme exquis de Mlle Desmarets.

Petit à petit, je me suis habitué au côté farce, presque grand guignol, qu'a adopté Michel Fau. La pièce n'a donc vraiment commencé pour moi qu'à l'entrée de Catherine Frot, mais honnêtement nous n'y étions allés que pour elle.
Et elle se révèle tout à fait épatante.
8 janv. 2016
8/10
234
Cette pièce promet de faire passer un bon moment. Les comédiens interprètent formidablement bien leurs rôles et la pièce est bien écrite.

Parfois quelques longueurs mais l'on reste sur une bonne impression.
2 janv. 2016
7,5/10
207
Certes datée, cette "comédie de boulevard" est superbement "sentie" et interprêtée par "La Frot" et Michel Fau.

De ce fait, elle dépasse bien des soirées dites comiques sans imagination et qui n'ont aucune chance de durer 20 ou 30 ans.
15 déc. 2015
3/10
232
Très déçu. J'adore Michel Fau. J'adore Catherine Frot. Je me suis ennuyé. Beaucoup.
Je sais bien qu'il semble y avoir une mode Barillet et Grédy, mais je crois qu'on ne doit cette "résurrection" qu'à la pauvreté de la création boulevardière contemporaine.

La pièce est certes honorable, pas vulgaire et sur une jolie idée... Mais enfin... ça ne suffit pas. Quelque soit le talent des uns et des autres, (une petite mention aussi à la très très jolie et formidable Mathilde Bisson Fabre), on a l'impression que tout cela se construit sur du rien... Même le très joli décors du frère de Michel Fau tourne à vide. L'ennui arrive et ne se dissipe pas. Dommage...
11 déc. 2015
7,5/10
256
Une pièce écrite dans les années 60', et mise en scène par Michel Fau avec le souci de parodier le boulevard de ces années "Au théâtre ce soir", jusque dans la présentation finale des décors, costumes, et acteurs.

Dans un décor fort réussi et très coloré, les acteurs se démènent en surjouant toujours (ce qui surprend au début, mais se révèle très drôle une fois que l'on a compris), en particulier Mathilde Bisson et Cyrille Eldin. Quant à Catherine Frot, elle est absolument splendide, bien épaulée par Michel Fau.

En fait, cette pièce d'un intérêt moyen ressort magnifiée par cette mise en scène décalée, et surtout par son interprétation remarquable.
Un fort bon moment de boulevard.
10 déc. 2015
6/10
242
Ah comme je suis déçue ! J'avais tellement envie que ça soit bien, j'avais tellement envie de rire ! Hélas, tout cela est un peu statique, un peu daté, un peu long à démarrer, un peu attendu, un peu surjoué…

Oui, Catherine Frot est formidable dans un rôle qu'on croirait écrit pour elle. Mais la mise en scène, qui laisse souvent les comédiens debout, figés et bras ballants n'est pas follement inventive - les décors et leur apparition/disparition sont très réussis.

On rit, oui, mais pas à gorge déployée : il manque pour cela un petit quelque chose, un grain de folie peut-être ?

Une grosse tomate pour le Théâtre Antoine qui se permet, succès et têtes d'affiche aidants, de survendre de très mauvaises places : à 41 € la place en catégorie 2, nous avions un fauteuil raide et un strap' bien pire, en 3e rang de corbeille de côté, et ne pouvions voir que la moitié de la scène… Ce qui a sans aucun doute contribué à nous gâcher la fête.
21 nov. 2015
9/10
219
Catherine Frot exceptionnelle.

Très bonne synergie dans le casting, texte excellent, un grain de folie, plein d'énergie... un très très bon moment.

À voir et revoir avec plaisir !
12 nov. 2015
4,5/10
260
Il y a de ces artistes que l'on se plaît à suivre d'un spectacle à l'autre. En cela, le casting de "Fleur de Cactus" avec Catherine Frot et Michel Fau a de quoi mettre l'eau à la bouche !

Éblouissants dans le film "Marguerite", comédie tragique sortie au grand écran à la rentrée, ce beau duo d'acteurs ne parvient malheureusement pas à recréer l'étincelle sur les planches du théâtre Antoine. Mais peut-être n'est-ce lié qu'à la pièce...

Fleur de Cactus est une pièce de boulevard dynamique et pleine de quiproquos aussi alléchants que tarabiscotés. Mais cela ne vaut certes pas la plume d'un Labiche ! Pour qu'un vaudeville prenne, il faut que derrière se cache un message, une vérité qui vaille le coup d'être dite derrière la dérision. Or "Fleur de Cactus n'apporte rien, ne "dis" rien.

Avec son air de potiche et sa voix de bourgeoise, Catherine Frot était l'actrice parfaite pour cette pièce,... à priori. Mais c'est au contraire les rôles qui ne la cantonne pas au physique de l'emploi qui lui permettent de se démarquer et font sa grandeur. Dans Marguerite, la figure angélique et le sempiternel air héberlué de l'actrice donnait l'épaisseur tragique nécessaire au personnage de la baronne pour traduire toute la détresse d'une femme en manque d'amour. Catherine Frot excelle dans les rôles qui lui permettent de montrer l'étendue de son talent et en se contentant de camper dans le rôle de la secrétaire amoureuse de son dentiste, Catherine ne fait pas honneur à son talent.

Pour une fois, mieux vaut aller au cinéma !
11 nov. 2015
8/10
240
Pièce de boulevard qui nous offre une formidable régression en âge (pour ceux qui ont connu "Au théâtre ce soir", bien sûr !) et nous démontre (s'il le fallait) que Catherine Frot est une comédienne formidable. C'est elle qui tient la pièce d'un bout à l'autre. Michel Fau, tant par son jeu que par sa mise en scène ne démérite pas. Le reste de la troupe, de mon point de vue, surjoue, et c'est bien dommage.

Attention ! Comme dans les pièces de ce genre, les premiers instants sont un peu laborieux, le temps pour les auteurs d'installer les personnages.

Allez-y pour Catherine Frot !
3 nov. 2015
7,5/10
295
Ne boudez pas votre plaisir et allez voir cette pièce vintage endiablée.
J'ai cru que Jacqueline Maillan était de retour !

Merci à Michel Fau de nous proposer à chaque fois des pièces très différentes.
Le théâtre c'est ça : la curiosité.
1 nov. 2015
6,5/10
224
Un bon moment en perspective même si je n'ai pas eu l'occasion de rire vraiment franchement... Un poil déçu de ce côté-là mais il faut reconnaitre que les acteurs sont au top (bon, Cyrille Eldin... je suis un peu mitigé... on dirait le même que celui des interviews politiques, un peu décalé, un peu lourd à force de ne voir que lui). Mais Catherine Frot et Michel Fau sont géniaux.

Une mise en scène très très bonne et des décors très sympas.
29 oct. 2015
8/10
262
Cette pièce a été une très bonne surprise pour moi qui ne suis pas fan de théâtre de Boulevard.

Les acteurs interprètent leur personnage avec une certaine distance et un second degré qui les rend très particulier. Les émotions sont en retenue et il n'y a pas de cris ( appréciable quand on est dans les premiers rangs ! ).

Décors magnifiques !!
25 oct. 2015
6/10
242
Sur le papier, cette pièce avait tout pour plaire : Michel Fau et Catherine Frot, que je venais tout juste de quitter après les avoir vus dans le film Marguerite où leur binôme fonctionne très bien, montrent ici aussi tout leur talent.

Catherine Frot, dans un rôle de collaboratrice effacée mais dévouée, amenée à évoluer dès lors qu'elle est sollicitée pour un rôle à contre emploi, est prodigieuse. En particulier, lorsque son personnage est amené à s'affirmer de plus en plus. On quitte peu à peu la femme "coincée" et en retrait pour découvrir une personnalité forte, au propos plus assuré et plus direct, qui va compliquer la vie de son employeur.

C'est le traditionnel "tel est pris qui croyait prendre" dont finalement, on ne se lasse pas, à condition qu'il soit intelligemment renouvelé. Michel Fau dans le rôle de l'éternel célibataire, fier de sa liberté qu'il risque de perdre par un concours de circonstance, tient bien les promesses de son personnage lui aussi.

Reste que l'histoire elle-même est assez plate. Certes, les répliques sont souvent excellentes, drôles, et bien à propos. Mais, l'ensemble ne suffit pas à nous combler. Bref, on sort un peu frustré et on n'en retient pas grand chose.
21 oct. 2015
9/10
269
C'est effectivement La Comédie de la rentrée théâtrale, distrayante et drôle.
Les décors sont astucieux, les costumes très 60's et la mise en scène est parfaite.

Catherine Frot et Michel Fau sont excellents et merci pour la présentation de la troupe à la fin de la pièce.
19 oct. 2015
7/10
247
Une pièce qu'on peut qualifier de remède à la morosité.

Il y a un gros plus dans cette pièce : son actrice principale Catherine FROT. Elle prend toute la place et on sent bien qu'elle maîtrise son sujet bien mieux que ses acolytes qui ont donné plutôt l'air de balancer leur texte et d'être à l'usine. Le texte est sympa et on rit beaucoup même si le début est un peu poussif.

Je recommande la pièce à ceux qui aiment les comédies de boulevard et qui ne cherchent pas à trop réfléchir. Une mention spéciale aux décors style sixties très réussis et à l'ambiance. Les textes aussi sont surprenants avec un côté désuet et décalé qui nous ramène dans les années 60.

Que dire de plus sinon qu'on passe un bon moment en compagnie de l'une de nos plus grandes actrices qui joue parfaitement en passe du rôle de la secrétaire coincée dévouée (et amoureuse, chut !) à la plus parfaite femme fatale dévergondée et sensuelle. Un must du théâtre sans nulle exagération même si un peu plus de conviction dans les seconds rôles permettrait de parfaire un tableau déjà très séduisant.
18 oct. 2015
7/10
245
Fleur de Cactus est une pièce distrayante...

L'histoire est drôle mais pourrait être banale au théâtre. Elle sort du lot car la distribution est de qualité !

Michel Fau est parfait en dentiste, on peut vraiment dire qu'il a la gueule de l'emploi ! Catherine Frot arrive très bien à faire la secrétaire coincée et touchante à la fois.
Seul petit point négatif, une réserve concernant Cyrille Eldin qui incarne un peu TROP le dandy con sur les bords.

La mise en scène est bien pensée pour mettre en valeur les petits quiproquos et blagues propres aux comédies. Et mention spéciale pour les costumes années 70 qui sont vraiment top !

Une comédie bien sympa à aller voir !
Une nouvelle fois, Michel Fau et son équipe nous offrent du théâtre de plaisir.

Les décors sont astucieux et ambitieux, ni trop ni pas assez. La mise en scène étonnante et rigolote comme la direction d’acteurs au cordeau nous offrent ici un savoureux boulevard. Sans oublier le clin d’œil à l’émission télé « au théâtre ce soir » en guise de référence.

Périlleux défi que de monter un Barillet et Gredy en 2015. Le risque n’est pas loin de tomber dans le « ringard » façon kitch ou au contraire le « mauvais contemporain » façon chasse aux effets. Là, rien de tout ça, c’est propre, c’est amusant et surtout, tout est au service du texte.

Cela nous donne un spectacle intelligemment distrayant, servi en plus par une admirable distribution, avec une Catherine Frot qui nous montre une nouvelle facette de son talent.

Catherine Frot, quelle grande comédienne que cette dame : Passer de « Oh les Beaux Jours » à « Marguerite » (et j’en passe bien sûr) pour jouer aujourd’hui « Fleur de Cactus », chapeau bas Madame !
15 oct. 2015
8,5/10
281
L’ovni Michel Fau étend sa nébuleuse d’étoiles inoubliables en poursuivant sa relecture des classiques du boulevard. Après Un amour qui ne finit pas d’André Roussin, le tout jeune quinqua hyperactif s’attaque à un plus gros morceau avec Fleur de cactus. Pièce culte du répertoire, l’ouvrage de Barillet et Grédy n’a pas pris une ride en cinquante ans et Fau le remet au goût du jour avec une passion vintage avouée. Partageant la vedette avec la délicieuse Catherine Frot, idéale en potiche dévouée qui se rebelle, le tourbillon baroque nous propulse dans les stratosphères de l’absurde. Succès d’ores et déjà assuré au Théâtre Antoine !

Depuis quelques années, Michel Fau déclare régulièrement sa flamme au genre souvent si décrié du boulevard. Biberonné au Théâtre ce soir et acteur fétiche d’Olivier Py, il dépoussière des pièces jetées aux oubliettes avec un dynamisme et une folie imparables. Dans le décor rétro et acidulé de son frère Bernard Fau, le fantasque metteur en scène orchestre cette cascade mensongère avec un incessant abattage.

Se distribuant dans le rôle peu gratifiant du veule dentiste, Michel Fau régale en faux mari misogyne, jaloux et mielleux. À ses côtés, Catherine Frot campe une secrétaire en pleine révolution intérieure : de petite souris soumise, elle se métamorphose en cougar resplendissante dans son fourreau lamé d’or et son vison. Elle s’affirme avec une touchante détermination tout en laissant transparaître la tendresse et la bienveillance qu’on lui connaît. Les deux font la paire ! Le tandem fonctionnait déjà à ravir sur grand écran dans Marguerite : leur complicité éclate encore davantage sur les planches.

La jeune pousse Mathilde Bisson s’avère décidément prometteuse : avec ses allures de vamp à la BB et son look France Gall très 60’s, elle s’envole dans le rôle de l’enquiquineuse de première. Boudeuse et fraîche, elle charme sans souci. Le séduisant Wallerand Denormandie tombe souvent le haut (pour notre plus grand bonheur) et joue le voisin-confident avec un détachement de play-boy savoureux. Cyrille Eldin est parfait en ami beauf tandis que Marie-Hélène Lentini campe une cliente bourgeoise à mourir de rire. Décidément, la machine à rire de Michel Fau est en branle et ne semble pas près de s’arrêter.
9 oct. 2015
5/10
381
J'ai trouvé la pièce très lente à démarrer, heureusement vers la fin elle semble trouver son rythme et l'on reste tout de même sur une bonne impression.

Mais j'attendais mieux de tels acteurs, je suis un peu déçu.
3 oct. 2015
9/10
203
Qui s'y Frot s'y pique.

Le théâtre de Boulevard a conservé de grands auteurs tels que Poiret Veber Roussin ou Bourdet.

Et bien sûr il reste un tandem indiscutable : Barillet Et Grédy.

Ce duo, qui a connu son heure de gloire dans les années soixante. Notamment grâce à Jacqueline Maillan qui interpréta pas moins de trois pièces du tandem, semblait oublié, disparu, et voici que grâce à Michel Fau, leur théâtre reparaît. En effet le comédien a décidé de ressortir "Fleur de Cactus" une comédie, comme son nom l'indique, des plus piquantes et des plus insolentes. Pour ce faire, il choisit Catherine Frot pour tenir le rôle principal. La comédienne que l'on connaît pour sa grande légèreté et sa sensibilité en tous points, reprend le rôle créé par Sophie Desmarets il y a cinquante ans.

Son rôle, une secrétaire dévouée corps et âmes à son patron. Celui ci dentiste de profession et mythomane patenté nous rappelle sans doute ce que signifie mentir comme un arracheur de dents, à telle enseigne qu'il doit faire croire en un mariage qui doit le conduire au divorce.
Il décide donc de prendre les services de sa secrétaire et de la faire passer pour sa femme auprès de sa maîtresse.

Tout semble bien se dérouler si tous les fameux détails qu'il oublie et tente de combler par un nombre incommensurable de galipettes ne se multipliaient pas.

Les auteurs échappent à la règle conventionnelle du boulevard qui veut que la maîtresse à qui l'on promet le divorce pour se remarier avec elle ainsi que la rivalité entre les deux femmes.
Cette fois les deux femmes semblent d'accord sur tous les principes, l'une par amour l'autre par obligation.

Comme dans toutes pièces de Boulevard qui se respecte, les rebondissements et les quiproquos s'enchaînent à un rythme haletant pimentés par de savoureuses et insolentes répliques.
Catherine Frot et Michel Fau s'en donnent à coeur joie et forment un tandem des plus hilarants et des plus complices dans cette comédie savoureuse.
Les décors signés Bernard Fau sont de qualité et nous font revivre l'atmosphère des années soixante avec ces palettes de couleur rappelant les films de Jacques Demy.

Catherine Frot joue un personnage savoureux et surprenant qui habilement retourne la situation à son avantage et se dévoile complètement comme femme assumée.
Évidemment une pièce de cet acabit ne serait rien sans les nombreux rôles secondaires.
On retrouve avec beaucoup de joie l'excentrique Marie Hélène Lentini dans un rôle de bourgeoise décalée qu'elle interprète avec Maestria.
On découvre aussi les deux benjamins de la pièce Mathilde Bisson et Wallerand de Normandie qui apportent une jeunesse et une respiration nouvelle.
Sans oublier le fabuleux Cyrille Eldin qui nous régale de par son insolence et sa maladresse.

Un bon moment de théâtre en perspective ou les rires fusent de tous côtés sans jamais aucune vulgarité.
En famille ou entre amis fleur de cactus est un bon boulevard recréé dans la tradition et qui nous l'espérons permettra de ressortir d'autres merveilles du théâtre de Boulevard que l'on a oublié aujourd'hui.
30 sept. 2015
7/10
230
J'y allais à reculons parce que je n'aime pas le boulevard et les portes qui claquent. Et bien j'aurais loupé quelque chose.
Cette pièce qui regroupe tous les clichés du genre propose une telle qualité de décors, d'acteurs et de texte qu'on en oublie les grosses ficelles.

D'abord les décors, car c'est le plus impressionnant, ils sont incroyables ! Ils se succèdent les uns aux autres sans discontinuer. A gauche, à droite, en haut, tout bouge et tout se renouvelle. De très grande qualité et minutie. Vraiment magnifiques.
Ensuite les acteurs, Frot et Fau sont parfaits. Chacun avec une précision de métronome ils nous emportent dans leur univers un peu kitch.

Enfin, le texte. Boulevard ou pas, quand c'est très bien écrit c'est très bien ! Tout simplement.
Bref, sans forcément tomber amoureuse de ce genre, très heureuse d'avoir vu cette pièce.
28 sept. 2015
7,5/10
355
Fleur de Cactus promettait d'être réussie, ne serait-ce que par le casting. Au programme : un Michel Fau survolté, une Catherine Frot toujours aussi élégante et époustouflante, un Cyrille Eldin qui conserve son humour de "rapporteur".

Le texte n'a rien d'exceptionnel (le dentiste qui a une maitresse qui croit qu'il est marié mais en fait non alors il demande à la secrétaire de faire croire que blablablablablablabla) mais la mise en scène et le jeu d'acteurs valent le détour, et on en oublie la légèreté du texte de boulevard.

Car côté décor, Fau a mis le paquet, et c'est plaisant !

Même pour ceux qui n'aiment pas les boulevards, cette pièce est à voir !