Critiques pour l'événement Douce Amère
28 avr. 2018
9/10
86
Michel Fau est devenu ces dernières années une figure incontournable du théâtre français. Nous avons également pu savourer sa présence au cinéma dans Marguerite ou 9 mois ferme. Ses choix de textes sont variés et donnent à goûter de nombreux répertoires. Le voici aux commandes d’une pièce de Jean Poiret, à la mise en scène et dans le rôle principal. Elle raconte l’errance amoureuse d’une jeune épouse – jouée par Mélanie Doutey - qui au bout de huit ans de mariage traditionnel veut se confronter à la liberté de choisir ses amants. Qu’ils soient jeunes, sportifs ou intellectuels. Une quête de liberté nécessaire après avoir été sous la coupe d’un homme imposant, joué par Michel Fau. Mais est-il vraiment parti ?

Sur la plume de Jean Poiret

Le texte peut sembler assez verbeux et l'on s’y perd parfois mais cette désuétude n’est pas inintéressante quand on sait que c’est Jean Poiret qui tenait le stylo. Il y a du texte au moins... Quelle ironie on y trouve ou quelle vengeance se cache derrière ce destin amoureux ? En filigrane le dialogue semble nous dire : "Va donc chercher l’amour ma belle, va te casser les dents, car sans moi tu n’es rien."
Le décor et la mise en scène sont tops, très esthétiques comme les costumes des années 1970. La pièce est ponctuée de nombreuses versions de « Comme d’habitude » de Claude François, suggérant que les époques défilent sans rien changer à la lassitude du couple, inévitable. Mélanie Doutey est très belle et tient fort bien son rôle face à l'exubérant Michel Fau. Le reste de la distribution est un peu en deça. C’est à se demander si ce n’est pas presque volontaire afin de mettre en avant le grand maître...

Un bon moment de théâtre.
4 avr. 2018
10/10
85
Dans les années 70, Jean Poiret a croqué avec une justesse folle les réalités du couple, de l’amour et a saisi les contours d’une femme libre. Une pièce audacieuse, captivante et intelligente qui nous renvoie à nos propres questionnements intimes.

Mélanie Doutey est belle, vibrante, exaltée, irraisonnable face à un Michel Fau qui en impose en assurance, bons mots et cynisme.