Critiques pour l'événement Chapitre XIII
2 nov. 2018
7/10
43 0
Azzopardi et Danino : duo incontournable qui propose pour notre plus grand bonheur un théâtre immersif, en poussant toujours au maximum les possibilités que cela génère.
La Dame Blanche en était un parfait exemple, nous entraînant dans une histoire d'horreur dès le seuil de la salle de spectacle.

On retrouve de cette atmosphère extrême et réjouissante dans Chapitre XIII, où les codes du thriller et de l'épouvante sont au rendez-vous.

Un décor soigné, signature de la talentueuse Juliette Azzopardi, et des effets spéciaux magiques, comme on en voit peu au théâtre, nous éblouissent depuis notre fauteuil.
Le propos permet d'instaurer quelques artifices gores, sanglants, superbes de réalisme.

La mise en scène, outre ses tours de magie et litres d'hémoglobine, joue beaucoup sur la lumière, les effets de brume, les flashs stroboscopiques.
C'est un film sur scène, en 4D : les personnages apparaissent dans la fumée qui envahit toute la salle, les faisceaux d'une lampe torche nous déplacent dans une cave du Monastère, tous nos sens participent à ce divertissement.

Un bémol, à mon goût, avec l'histoire de cet auteur de romans, dont le fil regorge de trop de rebondissements : on se délecte plus de la forme que du fond.
17 oct. 2018
7,5/10
67 0
Très bon moment avec une mise en scène originale.
Pas si souvent l'occasion de voir des effets spéciaux "gore" au théâtre.
Attention certaines personnes peuvent être dérangées par les scènes pleines d'hémoglobine.

Allez-y vous ne serez pas déçu !
30 sept. 2018
7/10
82 0
Difficile de me positionner sur cette pièce car c'est une pièce que j'aurais aimé adorer...

Le début de la pièce est plutôt réussi avec une atmosphère monastique et moyenâgeuse assez originale. La mise en scène et les décors sont réussis. Pas grand chose à dire sur le jeu des acteurs, une performance correcte dans l'ensemble.
Le problème, selon moi, ce sont les trop nombreux retournements de situation en passant par une histoire "de russe" très peu crédible. Alors certes, la scène finale crédibilise l'ensemble de la pièce (d'où mon 7) mais le spectateur a quand même été un peu trop baladé pendant 1 heure.

Petite précision, selon moi, la pièce a duré plus de 1h35 (env 1h50).