Critiques pour l'événement Blanche Gardin, je parle toute seule
14 août 2017
9/10
13
Découverte par hasard lors d'une soirée à L'Européen : les flyers de février annonçaient son spectacle complet..... pour juin.
Surprise, recherches, finalement vue le 29 juin au Trianon. Le hall du théâtre est bondé. Les spectateurs présents ressemblent à ceux de Jéremy Ferrari : 30/40 ans, jeunes, urbains, (C'est à dire qu 'il y n'y avait pas de dames croisées habituellement lors de mes sorties au théâtre, la chevelure argentée, de familles avec enfants ou ados...) Sur scène Blanche donne une image douce et féminine, bouge à peine, débite son texte avec une élocution très agréable.

Avec cette mise en scène neutre , le cynisme et l'auto-dérision sont décuplés. Les sujets sensibles abordés, les frontières du correct repoussées. Elle a la politesse de ne jamais tomber dans la vulgarité et de dépeindre les situations avec un humour corrosif et voire mélancolique. A sa façon de parler: doux, monocorde, le geste rare, j'ai pensé à Desproges.

J'ai passé un très bon moment en sa compagnie; mon mari a passé un très très bon moment. Je guette son prochain spectacle.
1 juil. 2017
10/10
32
Pour être caustique et trash ça l'est. Mais Blanche Gardin sait entremêler des passages où elle parle de sa vie personnelle à côté d'autres où elle s'interroge sur des sujets beaucoup plus sensibles. L'apparition de l'expression "No Soucy" par exemple, la réaction de la mairie de Paris et les messages laissés place de la République après les attentats du Bataclan, la sexualité des enfants, la pédophilie au féminin, etc...

Elle prend ces sujets sous un angle qui n'avait jamais été exploité et pousse le bouchon très loin. La salle du Trianon était archi-comble et pas un bruit pendant les 2 HEURES où elle nous a parlé toute seule face à son micro. C'est excellent. Elle atteint ici son plus haut niveau.

C'est Gaspard Prout au féminin d'une certaine façon. Meilleur one woman show découvert cette année. Je comprends que le bouche à oreilles ait si bien fonctionné même si le texte est encore une fois très noir et caustique.
Mise en scène très dépouillée, elle est seule sur scène face à son micro et cela ne pose pas de problème car en fait on est venu l'écouter et que c'est le texte qui fait la puissance du spectacle. Pas besoin d'ajouter de fioriture autours.