Critiques pour l'événement Bigre, Mélo Burlesque
18 juin 2019
8,5/10
2 0
Bigre, c’est un petit bijou, un extra terrestre du théâtre. Un projet un peu fou sur le papier et qui pourtant cartonne. Le public est-il prêt à assister à 1H25 de spectacle sans aucune parole ? Et oui… Les rires fusent du début à la fin ! L’humour est parfois potache mais c’est là la réussite de ce pari : faire rire de situations improbables, de malentendus et de surprises.

Trois personnages fantasques et ubuesques habitent dans un immeuble – le décor est particulièrement réussi – ; on les découvre chez eux, dans leur quotidien avec leur solitude, leurs petites manies secrètes et leurs habitudes de célibataires. Ils vont se croiser sur leur palier commun et leurs rencontres seront toujours extravagantes et drolatiques.

C’est du burlesque, c’est du clown, c’est absurde, grotesque, loufoque. C’est du Charlie Chaplin, du Buster Keaton, c’est les Marx Brothers, c’est Jacques Tati réincarné !

Un spectacle jouissif !
7 juin 2019
8,5/10
1 0
Un geste, une attitude la plus banale devient catastrophique, le ménage devient dangereux pour le poisson rouge qui devient vert… la popote prend feu chez l’un, qui a une curieuse façon d’éteindre le début d’incendie, l’autre envoie vite fait tout appareil qui ne lui convient plus à la poubelle.

Et puis c’est la soirée disco qui nous réserve des rafales de rires, on enchaîne avec les jeux de séduction, ponctués par des bruits pas vraiment glamours…

La vie continue, l’infirmière propose ses services - un conseil évitez-là ! -, fâcheries, bouderies, catastrophes domestiques en tout genre, inimaginables à refaire même si vous êtes absolument nuls ! l’autre élève son lapin mais pas pour les bonnes raisons, quand au cadre dynamique il reprend son karaoké chéri.

Théâtre du Rond-Point jusqu'au 28 juin
24 janv. 2018
8/10
87 0
Un spectacle complètement déjanté.
Une histoire sans parole.
Du « Théâtre Muet » mais pas silencieux où les effets spéciaux font partie intégrante de cette comédie burlesque.
Un décor explosif que des comédiens faillés s’emploient à destroyer.
Une clownerie grotesque entre Buster Keaton et Benny Hill pour les petits comme pour les grands.

C’est surprenant, c’est étonnant, c’est marrant, c’est émouvant, c’est charmant, mais c’est déconcertant et pourtant c’est attachant dans un univers totalement loufoque détonnant, drôle, touchant, c’est un délire juste pour rire !
22 mai 2017
6/10
104 0
Je suis très partagée parce qu'à plein de moments je me suis dit ouah c'est génial (pour l'originalité, les effets «spéciaux» drôles et surprenant , et certains gags) mais à plein d'autres j'ai trouvé cela moyen, peut-être pour la répétition de gags trop convenus ou trop (souvent) pipi-caca.

Alors que m'en reste t'il le lendemain.... le goût de quelque chose de pas tout à fait abouti malgré de superbes idées de mise en scène à affiner sans doutes.
1 avr. 2017
9/10
137 0
Baroudeur et Fléchette ont voulu revoir Bigre, alors on y est retournés, à nouveau au premier rang de balcon, l’endroit d’où on est le mieux placé pour goûter la pièce. A cour, cette fois-ci, la dernière fois on était à jardin, un point de vue un peu différent, une perspective un peu différente.
J’ai retrouvé les gags explosifs que j’avais adorés en juin dernier, vu des détails qui m’avaient échappés. Certaines pièces passent en roue libre quand elles durent, l’équipe de Bigre tient le choc, ils jouent , ils jouent bien, ils jouent chaque détail à fond. Au contraire, est-ce le jeu de l’attention qui attend le gag, j’ai eu le sentiment que chaque détail avait été revu, poussé, travaillé.
Je les ai revus comme on revoit des amis, les mines de Pierre Guillois en particulier, toujours magique, toujours fascinant, en particulier. Ils sont toujours aussi maladroits, rien de ce qu’ils tentent ne réussit, c’est leur vie.
Un geek maniaque de la propreté, un écolo barbu, une parisienne maladroite, l’un a un peu grossi, le second a amélioré ses grimaces, les cheveux de la troisième ont poussé. Les gags s’enchainent, les cataclysmes aussi, ils tentent de maitriser leurs vies, rien ne fonctionne, et les sentiments non plus. On rit de leur maladresse pour ne pas s’interroger sur notre chance ? Sans doute, et ça fait du bien !
Plus ça va, moins ça va, plus les défaillances de la mécanique et des cœurs pourraient les toucher, plus elles les touchent, jusqu’au paroxysme final, quand leur joie fait exploser le happy end.
La salle, comme la première fois, était pliée, et a longuement applaudi à la fin.
27 févr. 2017
7,5/10
154 0
C'est une pièce charmante, assez surprenante car je ne m'attendais pas à ce qu'il n'y ait pas de paroles du tout. Mais les scènes sont très explicites et les acteurs sont très expressifs.

Une belle mise en scène et une belle mise en musique.
7 janv. 2017
5/10
156 0
Ce serait Jacques Tati, Buster Keaton et Mary Pickford qui seraient colocataires. Sauf qu'ils ne feraient que des blagues sur l'érotisation de la femme, la femme objet, et le caca. Je crois qu'on a fait le tour. Il rajouteraient de vrais animaux sur scène, oui parce que c'est mignon, les animaux. Et puis ils les maltraiteraient un peu, pour faire semblant de choquer le spectateur.

Je n'ai pas compris le but de la pièce. C'est du cirque sans la magie. Les rares tours et pirouettes sympa sont dévoilées, décortiquées pour montrer au spectateur que rien n'est vrai, que le soutien-gorge de l'actrice ne s'envole pas tout seul : regarde public, il y a des ficelles et des gens au bout.

Cette pièce a été une déception pour moi. Mais la salle riait beaucoup dans l'ensemble. Certaines fois, je ne sais même pas pourquoi. En même temps la mise en scène était trop chargée, avec trop de choses en même temps. Et puis, il faut croire qu'une femme nue sur un toit ça fait rire. Et puis il faut croire qu'une femme aux toilettes ça fait rire.
27 nov. 2016
7,5/10
150 0
Très bonne pièce originale et inattendue !

La mise en scène et les décors sont top ainsi que le jeu d'acteurs...

À voir.
27 nov. 2016
9/10
109 0
Ma plus jolie pièce de l'année, bien que sans dialogue.

Beaucoup d'humanité, de poésie, de délicatesse dans cette pièce.
Les acteurs sont très bons, le décor est impeccable.
19 nov. 2016
8/10
123 0
Une pièce atypique et tellement bien construite.

Des vies qui se croisent, s'entrecroisent et se relient. Une mise en scène magnifique, pleine de trouvailles et autres "rebondissements", on rit, on sourit, on pleure, un condensé d'émotions humaines qui fait du bien et vous emmène même dans une bulle de poésie par instants. Un excellent moment que j'ai partagé avec des amis fans de comédies musicales qui ont été emballés par BIGRE.

La construction de cette pièce est tellement bien ciselée que le parti pris du mime renforce nos émotions et nos imaginaires. Il faut avoir vu BIGRE.
10 nov. 2016
8,5/10
116 0
Un excellent divertissement.

Sans aucun mot (mis à part une phrase), on suit avec plaisir le quotidien de ces trois locataires.

Un spectacle totalement burlesque avec une excellente scénographie, je le conseille vivement !
4 nov. 2016
7/10
112 0
Bigre, que c’est loufoque. Pierre Guinois, Agathe L’Huilier et Olivier Martin-Salvan ont décidé de mettre leur talent dans un spectacle mélo-burlesque où le silence côtoie des situations étranges qui ne peuvent laisser personne insensible. Cette description vous semble étrange ? Alors imaginez ce que cela peut donner sur scène.

Effectivement, le dicton affirme : « Il vaut mieux un petit chez-soi, qu’un grand chez les autres». Pierre Guinois a décidé de prendre cela au pied de la lettre pour créer un univers où trois tous petits chez soi sont côte à côte qui parfois deviennent un peu chez les autres. Trois personnages, trois caractères et donc trois univers différents.

Un premier très aseptisé et très technologique. Un deuxième très français moyen avec du chaos partout. Et un troisième plus girly et plus décoré. Deux hommes (Pierre Guinois et Olivier Martin-Salvan) et une femme (Agathe L’Huilier) qui possèdent un talent rare. Celui de pouvoir communiquer sans devoir parler, tout dans l’attitude et dans la gestuelle doivent suffire à se faire comprendre. Les histoires plus abracadabrantesques les unes que les autres passent comme une lettre dans la boîte aux lettres et les rires n’arrêtent pas de fuser dans la salle. Les crises de rire et les larmes de bonheur vont bien ensemble ce qui justifie une standing ovation à la fin du spectacle.

Même si la toile de fond de l’histoire est la solitude et la misère sociale, la succession de gags réglée au millimètre près nous donne invariablement le sourire. En plus de cet humour travaillé à la dentelle, la poésie est souvent présente, redonnant aux adultes un sourire d’enfant. Ces artistes ont décidé de casser les codes du théâtre pour créer un univers bien à eu comme les Chiche Capon où l’on ne s’interdit rien. L’imagination au pouvoir tant que cela sonne juste et que c’est drôle.

Bref, si vous voulez mettre de la bienveillance, de l’humour, de l’ingéniosité et des éclats de rire dans votre vie, allez voir Bigre. Vous en ressortirez différemment que vous y êtes rentrés.
28 oct. 2016
8,5/10
104 0
Spectacle extrêmement créatif, atypique, burlesque et surtout très drôle.

Bravo aux 3 artistes, des anti-héros contemporains. Bravo également aux accessoiristes qui sont de véritables prestidigitateurs. Pour moi, cette pièce sans paroles est une prouesse surprenante, drôle et poétique.
19 oct. 2016
9/10
86 0
Un spectacle très original. Du rire mais pas que. Beaucoup de poésie aussi.

A voir en famille, entre amis, en amoureux...
2 oct. 2016
7/10
116 0
Bigre est une pièce muette et burlesque. Je le savais. Désormais je sais que je n'y suis pas très sensible. Mais il faut admettre que c'est bien fait. Sans un mot ou presque (mis à part la télé et la radio), on assiste à l'histoire de ces trois voisins si dissemblables aux chambres de bonne très personnalisées.

Pas d'ennui. C'est drôle, un peu clownesque. J'y ai emmené mon fils de 9 ans qui a ri du début à la fin (même s'il a quand même préféré les "Faux British" à titre de comparaison). Un gros groupe de touristes asiatique était également dans la salle, ce que j'ai trouvé assez malin de la part du tour operator. Hé oui, une pièce muette, ça passe bien quand on ne comprend pas la langue. L'accueil du théâtre est top (réhausseur confortable pour les enfants). Pour la salle, le premier rang est à éviter.

Quant à la pièce elle-même, beaucoup de grimaces, de chutes, de cris, de bruitages, de caca, de chansons et de danse. On rit aux gags. C'est original. Le travail d'écriture et le jeu des comédiens sont de bonne qualité. Je pense donc qu'après, c'est une question de sensibilité à ce genre de pièce.
2 oct. 2016
7/10
115 0
Vraiment originale. On rit des mimiques d'un bout à l'autre de la pièce.

Les acteurs sont sensas : pas un mot pendant 1h30. Bref un très bon moment !!
26 sept. 2016
7/10
128 0
Une pièce hors normes, qui tient plus de Mr Bean que de Buster Keaton.

Malheureusement, elle est encore un peu jeune : il y a des moments détonnants, une apothéose, mais aussi des longueurs (chansons du personnage de gauche, one-man-grimaces du personnage du milieu). Pas trop d'histoire ni de but : une tranche de vie, comme on dit dans les milieux snobs pour qualifier un manque de scénario.
D'un côté, je me suis un peu ennuyé mais de l'autre, j'ai trouvé ça bien.

Je ne conseillerai pas... du moins pas avec toutes les pièces extra qui passent actuellement.
Sur la scène trois clowns mixent avec brio la poésie de Jacques Tati et l'absurde des Deschiens. On rit du début à la fin. Les situations s'enchaînent avec rythme, hilarantes, absurdes, poétiques, tendres. L'un après l'autre on fait connaissance avec ces trois univers. Il y a l'employé hyper connecté et obsédé par la propreté dans son studio d'un blanc immaculé. A l'opposé une jeune femme très girly qui cherche sa voie, ce qui donne lieu à des expérimentations surprenantes sur ses voisins de palier. Entre les deux un baba cool dégingandé, amateur de bio, qui sait mettre à profit le moindre espace son minuscule lieu de vie. Petit à petit une histoire s'écrit, des liens se nouent, la vie s'installe avec ses joies et ses coups de blues, ces moments de folie, ses bourrasques et ses tempêtes.

La mise en scène est rythmée, s'autorisant quelques plages de calme pour mieux repartir dans le tourbillon de la vie et des sentiments. Pas de dialogue. Seulement la gestuelle et quelques onomatopées, des effets techniques et une bande son variée. Sans parler d'un karaoké d' anthologie.

S'immerger dans BIGRE c'est prendre un bain de jouvence. Pari osé dans lequel s'est lancé Pierre Guillois et ses coauteurs Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier : un spectacle burlesque muet. Et le succès est au rendez-vous, d'abord au Quartz, scène nationale de Brest, puis au Théâtre du Rond-Point avant de faire succomber le public du Théâtre Tristan Benard à Paris. Au point que BIGRE pourrait bien devenir culte.

Pierre Guillois, Agathe L'Huillier et Jonathan Pinto-Rocha s'en donnent à cœur joie dans les rôles des ces trois olibrius qui enchaînent les catastrophes, dans un décor recelant une machinerie digne du grand guignol, où les espoirs, les rires et les peines s'envolent, se noient ou prennent feu dans un joyeux délire jusqu'à l'explosion finale.
15 sept. 2016
8/10
114 0
Une comédie de moeurs, qui plus est muette, il y avait de quoi y aller à reculons. Mais non, on rit énormément, des personnages mais aussi beaucoup de nous tant certaines situations burlesques de notre quotidien urbain, presque une pièce politique en somme.

Comme un film en noir et blanc dans lequel on incruste de la couleur, on pourra regretter les quelques mots, dispensables, échangés vers la fin mais je cherche des poux à ce spectacle bien pensé jusqu'au petit décor dont chaque centimètre carré devient le prétexte à un gag surprenant.

La preuve que dans le théâtre français, il est possible de rire d'autre chose que d'une maitresse cachée dans le placard.

- Pièce vue au Théâtre du Rond-Point -
8/10
139 0
Riche et inventif, complètement dingue.
C'est fou les possibilités que nous offre le théâtre pour nous embarquer dans une histoire.

J'ai totalement adoré la forme : on pourrait penser aux Deschiens et a bien d'autres références mais l'univers de Pierre Guillois est totalement singulier.
11 sept. 2016
8/10
107 0
Le succès de Bigre qui lui vaut une prolongation pour une nouvelle saison au Théâtre Tristan Bernard est entièrement mérité. Et pourtant, sur le papier, le projet n'était sans doute pas facile à vendre... Un spectacle entièrement sans paroles. Trois histoires de trois paumés, trois estropiés de la vie : un gros, un grand et une blonde qui n'ont au départ en commun qu'un palier étriqué et des toilettes old-school.

Lorsque débute la pièce, ces trois voisins s'ignorent, ils ne se connaissent pas, vivent en solitaire. Le geek aseptisé fait cloison commune avec le bordélique dont l'autre cloison jouxte la chambre d'une apprentie en médecines plus ou moins douces...
Peu à peu, les façades vont se briser, au propre comme au figuré, et nos trois compères vont s'apprivoiser, apprendre à s'aimer et à s'accepter tels qu'ils sont.
Du burlesque (le titre nous en promet) le spectacle en est truffé, voire dynamité.
Pas un temps mort, les gags s'enchainent sur un rythme effréné et nous laissent à peine le temps de respirer et sécher nos larmes de rires.

Le décor rocambolesque et le travail incroyable (et invisible !) des accessoiristes nous embarquent dans un univers bigrement délirant, touchant, drôle et bourré de poésie.
28 août 2016
6,5/10
123 0
Sans aucun doute ma perception de la pièce a été influencée par les excellentes notes qui lui ont été attribué.

Je m'attendais à rire aux éclats. A retrouver les grands jours du burlesque, une comédie entre Chaplin et Jacques Tati.

Ça n'a pas été le cas. Principale déception : il s'agit davantage d'une succession de sketchs/gags, que d'une histoire avec un réel fil conducteur.

Et comme bien trop souvent avec ce genre de pièces, c'est la qualité inégale des différents sketchs proposés qui m'ont gêné. Dans certains on ri franchement, dans d'autres on se demande ou souhaitent en venir les comédiens et le metteur en scène. Et l'ennuie pointe alors le bout de son nez.

Une petite déception pour ma part.
18 août 2016
7/10
123 0
J'ai passé un agréable moment mais après lu toutes les critiques dithyrambiques sur cette pièce, je m'attendais à découvrir une pièce absolument géniale et à rire du début à la fin sans temps mort. Cela n'a pas vraiment été le cas.
Certes, c'est une bonne pièce, le jeu des comédiens est très bon, certains gags sont très drôles mais ce n'est quand même pas pour moi un chef d'oeuvre à placer dans un Top 5.

J'ai plus souvent souri que ri, j'ai trouvé certains passages un peu longs et certains "effets spéciaux" plutôt amateurs.
J'avoue que je n'étais pas non plus dans les meilleures conditions compte tenu de la configuration du théâtre Tristan Bernard et de ma visibilité réduite due à l'éloignement de la scène et mes voisins de devant (certaines places "or" devraient être reclassées en 2nde catégorie !) mais ce n'est pas une pièce que je prendrais plaisir à revoir plusieurs fois comme j'aime le faire avec mes coups de cœur.
12 août 2016
9/10
187 0
Sous les toits de Paris 3 voisins de chambres, un maniaque de la propreté psychorigide, une gueule cassée en voie de clochardisation et une merveilleuse miss catastrophe sexy se croisent, s’invitent, s’aiment, se séparent, cohabitent tant bien que mal.

Dans l’esprit des films muets de Keaton à Mel Brooks en passant par Chaplin et Tati, nous est donné un spectacle inventif et intelligent, bourré de trouvailles visuelles et sonores mené à un rythme haletant qui ne baisse jamais.

Les comédiens sont généreux et déploient une énergie folle. Une mention spéciale à Agathe L’Huillier dont la présence physique sensuelle et les expressions du visage sont particulièrement drolatiques.

Les écueils principaux de ce type de spectacles sont tous soigneusement évités, pas de porte ouvertes enfoncées, pas de comique de répétition, pas de vulgarité facile, il y a bien un soupçon de « caca-prout » mais il reste savamment dosé et très drôle (j’allais dire délicat).

On rit aux éclats, on émet parfois des cris de dégouts ou d’effroi, on se surprend à réagir comme lorsqu’on avait 8 ans au cirque.

Mais Bigre n’est pas qu’une pièce muette ou l’on rit beaucoup, il s’y dégage aussi une vraie poésie à la Tati, une forme de miroir sur nos ultra modernes solitudes dans les villes, métaphore de tout ce qui peut se détraquer dans nos vies et nous emmener au-delà de la normalité, la recherche d’un peu de bonheur, d’une place au soleil. On peut même y voir une morale dans la scène finale qui nous ramène à notre condition première et réelle d’humain sur la terre malgré nos différences physiques sociales et intellectuelles.

A Bigre, intitulé « Mélo burlesque » j’ajouterai « et philosophique ».
24 juil. 2016
3/10
157 1
J'aurais pu passer une excellente soirée au théâtre Tristan Bernard samedi dernier.
Décors soignés, comédiens attachants dans leurs rôles de gentils losers, dimension burlesque fort réussie, tout était là pour faire de Bigre un très bon moment de théâtre.

Mon plaisir a toutefois été totalement gâché par l'usage inutile et déplacé d'animaux vivants dans la pièce.
Poissons trop grands pour leur petit bocal et cherchant désespérément leur air, lapins stressés par l'ambiance rythmée et les onomatopées bruyantes des comédiens m'ont fait regretter dès les premières minutes, d'avoir choisi de passer ma soirée devant cette pièce.

Le parti-pris burlesque n'aurait, sans doute, en rien souffert de l'usage de poissons mécaniques et de lapins en peluche...
2 juil. 2016
7,5/10
209 0
Agréable et tout à fait adapté pour se changer les idées. On rit bien mais ce n'est pas non plus hilarant.

Une belle performance néanmoins de la part des comédiens qui arrivent à nous plonger dans cette histoire du quotidien sans paroles.

Les décors sont vraiment bien faits avec en particulier un magnifique orage sur les toits parisiens. L'ambiance sonore est également parfaitement au point.
23 mars 2016
9/10
231 0
Bigre est une pièce rafraîchissante !
C'est l'histoire d'un palier avec 3 voisins, 3 personnalités, 3 caricatures.
Chaque personnage a son univers, ses défauts et même ses tocs. Ils se rencontrent, interagissent et s'acculturent. Sans mot, ils arrivent à nous faire passer leurs émotions et surtout à nous faire rire. Car cette pièce est avant tout une pièce hilarante et tous les genres sont réunis.

Du pipi, caca à l'humour gore, rien ne nous est épargné pour notre plus grand plaisir. Tout est frais, original et abouti. Une grande réussite à aller voir dès sa reprise au Tristan Bernard !
5 janv. 2016
8/10
262 0
C'est vrai que Bigre est un peu un OVNI, car cette pièce est assez indéfinissable. Elle oscille entre le théâtre et le cirque en ne gardant que le bon côté de chaque style. Elle raconte l'histoire de trois voisins de palier, locataires de minuscules chambres de bonne, forcés à une certaine cohabitation malgré leur solitude recherchée ou subie.

Et on se laisse facilement embarquer dans cette histoire, car Bigre a de nombreux atouts parmi lesquels des décors d'une époustouflante ingéniosité ! Chacune des chambres est à la fois totalement dingue à l'instar de la personnalité de son locataire et à la fois représentée avec tellement de détails, qu'on croirait qu'elle existe pour de vrai.

Le jeu des trois acteurs n'est pas en reste, ils excellent dans les mimiques, jouent sur les émotions et sont grandement aidés par une excellente mise en scène notamment au niveau musical.

C'est vrai aussi, que par moment, l'humour est un peu lourd, un peu facile, mais dans l'ensemble on rit quand même énormément. Au final Bigre est un chouette un spectacle. Il porte juste très bien son nom, c'est vraiment un mélo burlesque !
4 janv. 2016
8,5/10
221 0
J'ai beaucoup ri avec ce méli-mélo burlesque et sans parole !

Bigre empreinte au spectacle de clowns, mais sans vulgarité, sans grossièreté. Dans ce décor composé de trois chambres de bonnes, les trois personnages, des voisins, ont leur propre univers. L'un vit dans un espace à la froideur médical et où tout est millimétré, même la cuvette des toilettes. L'autre entasse ses cartons et vieilleries dans un 8 mètres carré et dort dans un hamac, la troisième a peint de roses tous ses murs et partage sa chambre avec un poisson rouge dont les péripéties vont en amuser beaucoup !

Ces trois voisins vont vivre des aventures de palier, et on s'y attache rapidement. On rigole beaucoup à entendre l'un chanter My heart will go on et l'autre faire cuire son lapin de compagnie.

Les "effets spéciaux" sont très bien faits, on se laisse porter par cette supercherie loufoque.

Et le final... hahaha ! Je vous laisse découvrir ça :)
30 déc. 2015
6/10
341 0
Beaucoup de travail. Un comique de cirque davantage que de théâtre. Sans doute appréciable par les enfants.

Au vu de la qualité des spectacles parisiens actuellement, la pièce ne paraît pas devoir figurer dans un top 5.
26 déc. 2015
8,5/10
200 0
Un petit coup de barre à l’approche de Noël ? Une envie de s’aérer l’esprit avec loufoquerie ? Alors direction le Rond-Point pour la nouvelle création de Pierre Guillois. Après son fantastique Le Gros, La Vache et le Mainate, le barbu à lunettes s’est lancé un nouveau défi avec Bigre.

Aventure à trois totalement muette, cet ovni théâtral met le public à ses pieds. On adhère, on adore !
À travers cette promiscuité, les rapprochements s’opèrent tout comme les mesquineries et les grandes histoires d’amitié. Sacré pari de se passer du verbe pour incarner cette odyssée du dernier étage ! La magie du met opère sous nos yeux ébaubis. Mais pour que l’illusion fonctionne, la dramaturgie doit être en béton armé. Et il faut bien avouer que l’on reste scotché devant ce sens parfait des enchaînements et cette mécanique comique impeccablement huilée. Tout paraît couler de source, aucun droit à l’erreur quand on vise à faire rire. Un rien est prétexte à pouffer, qu’il s’agisse d’un moustique chassé de chambre en chambre, d’une soupe de poils, d’un lapin gambadant, de sous-vêtements aériens ou d’un karaoké en allemand.

Aucun fléchissement pendant une heure trente ; l’ouragan des zygomatiques s’abat avec la constance régulière d’un coucou. Il faut dire que les trois compères ne sont pas pour rien dans le succès de l’entreprise. On se régale de nouveau avec l’incomparable Olivier Martin-Salvan, nounours aux rugissements aigus ; Pierre Guillois décroche sans conteste la palme du loser attachant et Agathe L’Huillier apporte une touche girly chipie plutôt délectable.

Quel casse-tête finalement de parvenir à restituer toute la saveur drolatique de Bigre ! Il faut le voir pour le croire et dans ce cas, ne perdez pas une minute et filez réserver tant qu’il reste des places… On prédit un carton bien mérité à cette petite pépite.
26 déc. 2015
9,5/10
380 0
Ils sont trois sous le même toit, au même étage, dans des piaules séparées. Deux hommes, une femme. Chacun son mode de vie. Aseptisé, baba cool ou farfelue, ils se croisent, se côtoient, font la fête et s'aiment tout à tour. Au travers de ce mélodrame mutique, nous suivons les péripéties de ces drôles de clowns du quotidien cohabitant au sein d'un décor urbain conçu avec finesse. Dans ce joyeux bordel sans parole, chaque objet joue un rôle primordial comme une pièce de puzzle. Tout peut exploser à tout moment, partir en vrille. En témoigne la scène finale, où la robotique se rebelle aboutissant à une déflagration jouissive (et en selles).

La présence de vrais animaux vivants alimente cette vivacité. Même si le poisson finit mutant à force de nager dans du liquide vaisselle, même si le lapin finit dans un plat en se faisant embrasser à chaque bouchée par son maître tout en étant dégusté, on se plie de rire face à ces scènes loufoques qui ne nous font jamais l’offense de la gravité.

A l'origine du projet, Pierre Guillois. Il interprète également le personnage du centre, bordélique et émouvant. Il réussit à nous embarquer dans cet univers absurde, proche de celui de Jérôme Deschamps. On assiste à ces tranches de vie heureuses ou moins heureuses comme les voisins de l'immeuble d'en face ayant le nez plongé sur la vie de leurs semblables. Comme le résume l'interjection du titre « bigre ! », tout dans cette pièce est voué à l'étonnement, la surprise et l'inattendu.

« Bigre » donne à voir une version burlesque de notre vie de tous les jours où les personnages s'agitent dans tous les sens et sans jamais pouvoir mettre des mots sur leurs émotions, un monde où chaque petit tracas contribue à donner du sens à notre existence.
10/10
62 0
« Sapristi » !... Quel tragique mélodrame sur le voisinage de promiscuité que voilà ! Trois locataires (deux hommes, une femme) de trois minuscules chambres de bonne, avec WC sur le palier, doivent survivre ou mourir des heurs et des malheurs du vivre ensemble.

« Cré nom de nom » !... Ils semblent choisir de survivre et de subir autant que faire se peut : des objets fous ; des cloisons qui se décloisonnent; du linge qui s’envole pour ne jamais se perdre et revenir au vent mauvais ; des jeux vidéo à l’usage hasardeux.

« Saperlipopette » !... Ils s’en sortent tant bien que mal, pourrait-on dire ! Ils s’aident ; ils s’aiment ; ils se détestent ; ils font la fête, l’amour, la guerre ; ils urinent ; ils défèquent…

« Jésus, Marie, Joseph » !... Ils font tout leur possible pourtant pour que cela fonctionne mais rien ne marche, tout se casse, tout part en vrille mais bien quoi !

« Bon sang de bonsoir » !... Que c’est drôle, décalé, surprenant, limite trash par moments, burlesque d’un bout à l’autre (et même après !). Le public rit, crie, s’amuse des déboires et des pitreries brillamment servis par Agathe L’huillier, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois, drôlissimes et jusqu’au-boutistes.

« Bigre » !... Un fichu bon spectacle !
18 déc. 2015
9/10
109 0
Charlie Chaplin s'est réincarné, et ils sont trois ! Trois acteurs formidables, trois voisins de chambres de bonne que la promiscuité force à se croiser, nous entraînant pendant 1h30 dans des situations burlesques hilarantes sans qu'un seul mot soit échangé.

Les gags s'enchaînent, parfois scato, parfois cul, mais sans oublier de nous raconter une jolie histoire. Et on rit sans discontinuer, d'un vrai bon gros rire sans arrière-pensée : ah ! comme cela fait du bien !
25 nov. 2015
9/10
51 0
Incroyable !
C'est le premier mot qui me vient à la sortie de ce spectacle.

3 comédiens, 2 hommes, 1 femme, partagent le dernier étage d'un quelconque immeuble qu'on imagine parisien. Ils occupent 3 minuscules chambres de bonne avec wc sur le palier.

Cette exiguïté, cette promiscuité va les obliger à partager, échanger des moments de vie quotidienne et voir plus...

A partir de ce postulat c'est une succession de gags ininterrompus pendant 1h30.
Que dire à part que c'est hyper drôle, que les acteurs sont formidables (notamment le grand maigre qui est incroyable), que les décors et accessoires sont incroyables et que les gags, potaches, poétiques en tout cas dignes des plus grands comiques, sont hyper drôles. Certains sont prévisibles mais tellement bien effectués, d'autres sont totalement imprévus et ultra bien trouvés.

Les objets participent beaucoup à la cascade de rire, merci au metteur en scène et accessoiriste.
Ça ne m'arrive pas souvent, mais j'ai ri du début à la fin.
Et toute la salle en a fait de même !

C'est sans dialogue mais si peu silencieux que vous ne vous en rendrez pas compte.