Critiques pour l'événement Audience & Vernissage
15 déc. 2016
7/10
30 0
Quelle mise en scène exquisement originale des deux pièces de Vaclav Havel !

Une fois les spectateurs assis sur les cageots de Pilsner Urquell qui font office de sièges, munis de coussins et d'invitations au "Vernissage" qui suivra, la salle se fait noire pour la première pièce : "Audience". A travers les vitres crasseuses du bureau du quidam ivrogne à la barre de la brasserie, le nœud de vipères se resserre petit à petit autour de Ferdinand, écrivain déclassé et forcé à ce travail pour survivre. Les mots se répètent et se ressemblent comme pour rendre le poison inodore lorsque le serpent se décide à cracher son venin : à mots couverts, l'homme propose à Ferdinand de moucharder pour lui. Refus de compromission dudit Ferdinand qui le mettra en colère et en désespoir face à sa propre lâcheté "vous, les intellectuels, même au fond vous êtes toujours le dessus du panier".

Puis l'on change de salle pour un nouveau décor : pression des "pairs" à se conformer, pernicieux discours de ceux "qui ne veulent que notre bonheur", résistance silencieuse de Ferdinand qui ne lâche rien mais qui se sent de plus en plus sommé, acculé à coopérer dans "Vernissage".

Sans connaissance de l'auteur et du contexte d'écriture au préalable, ces deux pièces peuvent paraître incomplètes mais s'il faut en dégager un message ces pièces sont autant de torches de liberté rappelant qu'aucun régime ne peut faire taire la résistance d'un homme qui écrit !

Une représentation aussi étonnante qu'intéressante !