Critiques pour l'événement A Chacun sa Madeleine
16 févr. 2015
6,5/10
128
A chacun sa madeleine est une pièce gourmande ! Le concept est novateur dans le théâtre. On récupère une petite boite de gâteaux que l’on finira par manger pendant la pièce.

Ce moment est attendu, on cherche dans les paroles de Marc Fayet le moment où chacun pourra déguster sa petite meringue ou la mignardise qui nous fait de l’œil.

Parce que c’est un rituel. On récupère la boite, regarde furtivement ce qu’il y a dedans, on sent, imagine les goûts. Entre temps on s’installe et tout commence.

La première douceur est la meilleure. Pas dans le goût mais dans notre imagination. On voit l’endroit dont il nous parle, sent l’odeur de ce gâteau, imagine la tension et la peur du gamin pour l’avoir mais aussi le soulagement de la récompense sucrée.

Le summum de la pièce est là. Dans les dix première minutes et le pari est à ce moment gagné. Mais le reste de la pièce n’a plus la même saveur. Quelques fois la mignardise n’est plus le centre du sujet, et on l’avale rapidement, pour arriver à suivre la pièce. Manger est tellement un rituel pour les gourmands, que lorsqu’on déguste, les émotions sont totalement tournées vers les papilles et l’on est incapable d’en garder pour la pièce. Du coup, on doit faire un choix cornélien : assouvir notre gourmandise ou suivre la pièce (j'ai choisi la gourmandise).

Autre bémol : le silence que l’on doit instaurer dans une pièce de théâtre. Personnellement, manger des douceurs est toujours accompagné de commentaires, sur la texture, la saveur, tout est passé au crible et ce silence imposé est très frustrant. On sent que nous ne sommes pas les seuls dans la salle, notamment après les remarques et remises à l’ordre de Marc Fayet.

C’est une pièce prometteuse mais qui malheureusement ne tient pas ses promesses. On entrevoit quelque chose mais cela se referme bien vite. Les douceurs étaient toutefois délicieuses, cela rattrape tout, du coup on ne peut jamais repartir déçu.

Le concept est fort, peut-être trop fort et la réalité n’est pas à la hauteur de nos espérances.
9 févr. 2015
6,5/10
122
Voilà une affiche qui met l'eau à la bouche...

On vous remet à l'entrée une jolie petite boite rose contenant 6 délices, signés de la Pâtisserie des rêves mais il faut attendre avant de les consommer.

Attendre que Marc Fayet finisse d’ânonner son texte qu'il a fini par avoir sous les yeux... Certes c'était la première, il pouvait être stressé car il y avait pas mal de gourmands connus dans la salle mais là il a pédalé dans la choucroute et la choucroute, ça ne va pas avec les douceurs sucrées... Bon il n a pas été aidé entre un malotru qui n'a pas éteint son téléphone et un petit garçon qui s'est mis à pleurer assez bruyamment car on lui refusait les gâteaux qui lui faisaient envie dès le début de la pièce.

C'est dommage car les textes choisis pour parler de nos grands mères et leurs pâtisseries sont drôlement évocateurs et on se retrouve à voyager dans son enfance à la recherche de saveurs du passé. Le flash back a été efficace me concernant, je me suis revue en train de regarder ma grand mère préparer des iles flottantes.

Il manque un peu de liant entre les textes choisis et il est bien difficile de manger proprement dans le noir et ne de pas rater une miette des textes gourmands avec les bruits de la mâchoire du voisin mais l'expérience est plaisante au final.