top5 (16)

Les chatouilles

Les chatouilles
De Andréa Bescond
Mis en scène par Eric Métayer
Avec Andréa Bescond
  • Andréa Bescond
  • En tournée dans toute la France
Itinéraire
Billets de 20,00 à 42,00
À l'affiche du :
11 mars 2017 au 28 avril 2017
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRE
    • 20:30
Réservation de tickets

Andréa Bescond passe en un dixième de seconde du passé au présent,de la réalité à la fiction,de l'abattement à la force de vivre, du rire aux larmes.

 

"Pourquoi Les Chatouilles ?

Le choix de cette histoire s'est imposé à moi comme une survie, comme l'envie de dire haut et fort ce que beaucoup ne veulent pas entendre, rejettent en bloc... quoi de plus insupportable que le viol d'un enfant ?

Les Chatouilles ce n'est pas un jugement, ce n'est pas condamner la maladie d'un être en souffrance qui inflige des sévices à plus faible que lui, mais c'est le constat d'un combat pour exister, respirer, survivre... Mon personnage, Odette, fait partie de ceux qui se battent, de ceux qui taisent une violente déchirure, qui l'occultent même et qui la reçoivent en pleine figure quand elle leur revient comme un tsunami, elle fait partie de ceux dont l'enfance a été brisée par une main adulte dans la culotte en coton, elle subit, elle se tait puis occulte pour enfin se souvenir, rejeter puis dénoncer.

Tout le cheminement classique de l'enfant victime de pédophilie, c'est ce dont parlent Les Chatouilles. Odette nous emmène au coeur de la danse, qui lui permet d'exprimer ce qu'elle ne peut pas dire... Les Chatouilles est une pièce rare car elle traite d'un sujet lourd avec beaucoup de légèreté, d'humour, car oui, on rit beaucoup ! "

Andréa Bescond.

 

'Les Chatouilles' a été récompensée du Triomphe AuBalcon du serial coups de coeur (2016) et du Molière 2016 du seul(e) en scène.

289

La critique de la rédaction : 7/10. Touchant seule en scène d’Andréa Bescond.

L'actrice, que nous découvrions à cette occasion, incarne tous les personnages de son histoire. Du pédophile qui a abusé d’elle à la petite fille naïve qu’elle était alors, de la prof de danse à la racaille du quartier. Elle impressionne par ses nombreux talents pour le jeu, le mime et la danse. Le tout sublimé par une mise en scène travaillée, dynamisant le texte.

Néanmoins, nous avons trouvé que le spectacle mettait beaucoup de temps à démarrer vraiment. Même si la première scène nous introduit l’intrigue, les suivantes ennuient un peu. Pourquoi tant de facilités, de clichés et de personnages caricaturaux ?

C’est dans le drame que l’écriture d’Andréa Bescond est la plus belle et la plus sensible. Plus que dans l’humour qui nous a moins plu.

Peu à peu, les personnages se révèlent. Nous nous rendons compte qu’Odette est bien seule dans sa douleur. Que personne ne l’écoute vraiment, n’accorde d’importance aux violences sexuelles qu’elle a subit.

De très beaux passages, bien construits, comme la rencontre de son danseur préféré ou ses réflexions sur la façon dont se transforment les souvenirs et les douleurs, rendent cette pièce unique. La dernière demi-heure est très réussie.

Si bien que nous sortons du théâtre émus. 

Note rapide
8,7/10
33 pour 33 notes et 23 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
15%
20 critiques
Note de 8 à 10
85%
Toutes les critiques
21 oct. 2016
7/10
20 0
Le cri du cygne

Le cygne, c'est Odette, une petite fille, mignonne, trop mignonne, qui croise un jour, hélas, le chemin du monsieur qui aimait les poupées. De ces jeux immondes et vils, Odette en sort meurtri à jamais, physiquement et moralement. Que faire donc face à un homme pernicieux ou une mère égoïste et indifférente ? S’évader, oublier, partir, loin, très loin. Pour se faire, Odette se jette d’abord dans la danse, puis le sexe et l’alcool, et pour finir, sur des rails de coke entre deux aéroports. Ou cela va-t-il mener Odette ? Sur la scène d’un théâtre, oui madame, monsieur, sur la scène, face à des centaines de spectateurs, abasourdis, attristés et émus qu’une petite fille puisse vivre ce cauchemar.

Odette, c’est Andrea Bescond, une jeune femme talentueuse et pleine de vie, qui « crie » sur la scène sa bataille contre la pédophilie, son amour de la vie, malgré une mère "absente", et son amour de la danse, son antidote. Une belle thérapie de groupe.

Personnellement, je n'ai pas pu rire, trop chamboulée par les malheurs d'Odette. Et j'espère que ce cri ne se perdra pas dans la nuit.
25 sept. 2016
7,5/10
14 0
Pièce très émouvante qui nous propose une valse enivrante des sentiments.

La comédienne arrive à passer d'un rôle à l'autre (notamment la relation mère-fille très poignante) avec une aisance incroyable, à tel point qu'on en oublierait presque qu'elle est seule sur scène.

D'ailleurs sa propre émotion à la fin de la pièce témoigne de la sincérité et de la performance de son jeu.
10 sept. 2016
8,5/10
24 0
Voici un spectacle que j’ai découvert à Avignon l’été dernier et qui m’avait “mis les poils”… Sortie de la salle en larmes, il m’avait fallu un bon moment pour m’en remettre. Comment vous en parler sans trop dévoiler le contenu de ce “Seule en scène” ? Simplement en vous présentant la comédienne, Andréa Bescond, visage d’ange sur morphologie d’athlète. Envoûtante, rieuse, révoltée, belle, sauvage, enragée, fragile : Andréa est le personnage principal de sa pièce, la petite Odette.

Andréa a écrit le spectacle “les Chatouilles ou la danse de la colère“ et a demandé à Eric Métayer de la mettre en scène. Il la connaît bien : il partage sa vie depuis 10 ans… Des mois et des mois de travail à deux, des producteurs qui croient en ce projet “casse-gueule”… et enfin le Chêne Noir, salle emblématique d’Avignon pour 20 représentations “coup de poing”. Au départ, Andréa vient de la danse. La danse qui est très présente dans son spectacle. Et Andréa danse tellement bien.

Ce spectacle nous touche au plus profond. Il nous touche autant que le ferait une petite fille de six ans qui nous prendrait par la main…
11 juin 2016
9,5/10
100 0
(critique traduite de l'anglais) Nous y sommes allés seuls. Impossible de convaincre nos amis d'aller voir un spectacle d'une femme sur les abus dont elle a été victime enfant, qui a eu d'excellentes critiques.

Nous sommes sortis si affectés par cette superbe interprétation et si heureux que le théâtre garde sa capacité à déplacer des montagnes. Une histoire horrible que l'actrice arrive à transmettre grâce à la dance, au théâtre, mais aussi au mime avec rien d'autre qu'une chaise sur scène.
Elle nous emporte au cours de danse de notre enfance, l'envers du décor d'une comédie musicale, le cabinet d'un psychiatre et nous présente les gens de sa vraie vie, mais aussi de sa vie imaginaire. Si bien qu'on a l'impression d'être avec elle.
Nous avons adoré son professeur de danse, nous avons été effrayés par les remarques de sa mère, nous nous sommes moqués des professeurs et policiers insensibles.

Oui l'histoire de ces « chatouilles » par un ami de la famille est ahurissante, horrible, mais la vie continue et nous avons été très chanceux de partager un peu de celle-ci.
12 mai 2016
9,5/10
125 0
Une performance seule en scène comme on en voit rarement.

Andréa Bescond impressionne par son talent d'actrice et de danseuse et interprète avec une grande sincérité ce texte touchant, entre rire et larmes.

La pièce est sublimée par une mise en scène intelligente. Nous sommes emportés par toute la vulnérabilité et la force qui s'exprime à travers le corps, la musique et les différents personnages.

Bravo !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor