Le Cas Martin Piche

Le Cas Martin Piche
De Jacques Mougenot
Mis en scène par Hervé Devolder
Avec Jacques Mougenot
  • Jacques Mougenot
  • Hervé Devolder
  • Théâtre Montparnasse
  • 31, rue de la Gaîté
  • 75014 Paris
  • Edgard Quinet (l.6), Gaité (l.13)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 40,00
À l'affiche du :
26 avril 2017 au 26 juin 2017
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:00
    • 19:00
Réservation de tickets

Martin Piche est atteint d’un mal étrange : il souffre d’un manque absolu de curiosité… Cela ne va pas manquer d’exciter au plus haut point celle de son psy !

Pour tenter de résoudre l’énigme que pose ce cas inhabituel et désarmant, le spécialiste devra faire appel à toute sa sagacité et son imagination dans une séance spectaculaire où les situations comiques s’enchaîneront, passant de l’insolite au burlesque, du touchant au cruel, de l’absurde à l’inquiétant.

 

Le Cas Martin Piche a été récompensé du Triomphe AuBalcon du meilleur dénouement (2016).

352

La critique de la rédaction : 7.5/10. Nous n’aurions jamais imaginé qu’il soit possible d’écrire une pièce entière sur l’ennui !

Monsieur Piche n’est pas dépressif mais il n’a aucun centre d’intérêt, il passe donc ses journées à s’embêter. Son seul moment de répit est lorsqu’il dort.

Interloqués, nous assistons à la première consultation de cet homme chez le psy. Le spécialiste, curieux de tout, semble très enthousiaste d’avoir dans son cabinet un patient atteint d’un syndrome rare. Avant de prescrire un traitement ou de donner des conseils, ce dernier prend bien soin de peaufiner son diagnostic…

L’opposition des personnalités des deux personnages fait naitre des dialogues aussi drôles qu’intéressants. Nous nous prenons de sympathie pour eux car c’est bien joué, joliment écrit, amusant.

Le propos est parfois assez déroutant, donne matière à réflexion sur notre rapport à l’ennui et la façon de lutter contre celui-ci.

Même si nous ressentons une baisse de l’intensité lors du dernier quart d’heure, la fin surprenante nous fait sortir du théâtre avec un grand sourire satisfait.

Note rapide
7,4/10
28 pour 28 notes et 19 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
10 critiques
Note de 4 à 7
54%
9 critiques
Note de 8 à 10
46%
Toutes les critiques
22 mai 2017
7/10
3 0
La complicité de l’auteur et interprète Jacques Mougenot en patient torturé par le manque de curiosité et Hervé Devolder son psy offre au public une pièce agréable et bien interprétée.

Cette pépite malicieuse parle de l’ennui sans que cela nous ennuie un seul instant. C'est bien écrit avec finesse, humour et intelligence. Le sujet est original et drôle. On ne s’attend pas au rebondissement ultime qui fait penser à l'arroseur arrosé où ça fini bien à la fin ! Ça vaut vraiment le détour ...
15 mai 2017
5/10
8 0
Après avoir pris connaissance des avis et critiques internet (globalement très positifs sur l'ensemble des sites consultés), je m'attendais franchement à mieux.
Dès le début de la pièce, j'ai eu le sentiment d'assister à un exercice de style assez convenu, dans le cadre duquel les questions du médecin et les réponses du patients sont très prévisibles.
J'ai été lassé assez rapidement de ce petit jeu qui tourne en rond, assorti de temps en temps de quiproquos et répliques un peu vieillottes qui sentent le déjà vu.
Certes, la chute de la pièce surprend le spectateur mais pas au point de réhausser rétroactivement le niveau de cette pièce absurde qui ressemble à un sketch interminable de "Chevallier et Laspalès".
14 mai 2017
6,5/10
11 0
Plutôt pêchu, souvent hilarant, ce cas Martin Piche sera la jolie petite surprise du mois de mai.

N’attendons aucune révolution du genre ni dimension cachée derrière les répliques, mais une spontanéité sincère et désopilante. Avec d’un coté un homme non pas désabusé ni blasé, mais tout simplement vidé de tout sel, toute curiosité ou toute énergie, et de l’autre un autre homme qui est l’exact opposé en psychiatre passionné par ce cas hors normes et dévoré de curiosité, Le cas Martin Piche n’est assurément jamais ennuyeux : d’une part parce que la mise en scène est dynamique et la pièce jouée avec force conviction et énergie par Jacques Mougenot (Martin Piche) et Hervé Devolder (le psychiatre) (les deux sont également metteur en scène et auteur de la pièce). D’autre part, l’écriture de Jacques Mougenot a quelque chose de Dubillard dans ses dia(b)logues qui en finissent par être parfois absurdes tant l’un écoute et l’autre pas, compensant par là même l’absence de réelle profondeur de l’ensemble. On ne s’y ennuie pas, donc et, malgré une histoire qui finit quelque peu par patiner faute de réel enjeu dramaturgique, ce Cas Martin Piche a la sagesse de se terminer au bout d’une petite heure quinze, laissant les spectateurs quitter la salle un grand sourire aux lèvres.

Au final, une heure quinze de rires francs et sincères en fin de journée, ça fait parfois, tout simplement, du bien. A voir et applaudir pour se détendre.
14 mai 2017
7/10
11 0
Bon déjà j'avais du mal lire le résumé car je ne m'attendais pas du tout à une comédie.
J'ai bien aimé cette pièce. Les deux comédiens sont bons et on rit de bon cœur à beaucoup de répliques.
J'ai surtout aimé le jeu de Martin Piche (Jacques Mougenot) qui campe un type qui s'ennuie continuellement.
La scène du porte manteau est superbe.
Un bon moment de théâtre sur une idée originale.
Une drôlerie à l’humour délicat et mitrailleur que ce voyage spectaculaire et semé d’embrouilles dans le cabinet d’un neuropsychiatre où l’improbable devient possible et l’impossible probable.

Comment ? J’entretiens un malin plaisir à jouer avec l’incompréhensible, le doute ravageur et l’incertitude dérangeante ? Oui et alors ? Moi aussi j’en ai pris tout mon soûl de cet emberlificotage romancé, ingénieux et irrésistible ! Vous verrez, je vous le prédis : prisonniers de l’humour, nous n’avons que le rire pour exister et nous ne nous en privons pas !

Le pauvre Marin Piche s’ennuie de tout et tout l’ennuie. Sa vie, son travail, son épouse, même lui l’ennuie. Il finit par venir consulter un éminent spécialiste qui s’empare de son cas avec une curiosité excitée et farouche comme Freud le fit sans doute pour Dora, Lacan pour Aimée et Alexandre Dumas pour Martin Guerre. Car c’est un cas celui-là, nous ne pouvons qu’en convenir et avec nous tout une armée de Psy qui se bousculerait à l’entrée d’un séminaire sur le cas Martin Piche, si tant s’en fut !

Un cas d’école que des générations d’étudiants pourraient traiter, suant de n’en plus pouvoir, désarmés d’espérance de ne pas trouver de solution. Car il faut bien le reconnaitre, il n’y a pas de solution. Seule la guérison de Piche vaincra comme le théâtre sait le faire et ici ô combien !

L’écriture de Jacques Mougenot tisse cette histoire avec un humour délicieux et habile. Il fait fonctionner le 1er dégré d'une farce classique, le 2ème degré du théâtre de l’absurde de Beckett ou de Pinter… jusqu’au 15ème degré sans ascenseur où nous devons nous accrocher, si nous y arrivons, pour ne pas exploser d’éclats de rire et nous répandre repus mais sauvés car proches de la fin.

La mise en scène d’Hervé Devolder joue adroitement de la simplicité et de l’alerte des réparties, n’ajoutant aucun effet visuel ni sonore. Nous sommes dans du théâtre d’acteurs et nous y sommes bien.

L’auteur et le metteur en scène jouent les rôles de Piche et du psy avec une fluidité fourbe et une aisance déconcertante. Nous sommes embobinés du début à la fin par ce diabolisme drolatique qu’ils entretiennent tous les deux.

Tuerie de bout en bout caustique, cynique parfois, amusante toujours, nous en sortons finalement apaisés de cette séance chez le psy, riche et bienfaisante. Du plaisir de rire intelligent et jubilatoire que cette pièce farcesque très actuelle et réussie. À ne pas manquer !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor