Le Bal

Le Bal
De Irène Némirovsky
Mis en scène par Virginie Lemoine
Avec Brigitte Faure
  • Brigitte Faure
  • Serge Noël
  • Lucie Barret
  • Françoise Miquelis
  • Pascal Vannson
  • Théâtre Rive Gauche
  • 6, rue de la Gaité
  • 75014 Paris
  • Edgard Quinet (l.6), Gaité (l.13)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 30,00
À l'affiche du :
28 janvier 2017 au 30 juin 2017
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRE
    • 19:00

Paris, années 20. Antoinette vient d'avoir ses quatorze ans.

Elle rêve de participer elle aussi au grand bal qu'organisent ses parents, les Kampf, pour se faire admirer de la haute société. Ils étalent fièrement leur fortune récemment acquise.

Mais sa mère, plus pressée de jouir enfin de cette opulence tant attendue que de faire entrer sa fille dans le monde, refuse de convier Antoinette au bal. La vengeance d'Antoinette, aussi terrible qu'inattendue, tombera comme un couperet, révélant le vrai visage de chacun.

 

Roman fulgurant et initiatique sur l'enfance et ses tourments, Le Bal est l'un des premiers livres d'Irène Némirovsky, disparue prématurément en déportation, en 1942. Irène Némirovsky a obtenu le Prix Renaudot 2004 pour son œuvre posthume.

Cette pièce est mise en scène par Virginie Lemoine, actrice et humoriste de 55 ans. En ce moment, elle met en scène la comédie musicale 31 à la Comédie des Champs Elysées et joue dans la pièce Piège Mortel au Théâtre La Bruyère.

62

La critique de la rédaction : 7.5/10. Une pièce assez cruelle. Même s'il peut nous arriver de souhaiter du mal aux gens détestables, quand cela advient, ce n'est pas réjouissant...

Nous découvrions cette histoire d'une famille de nouveaux riches qui veulent en mettre plein la vue à toute l'aristocratie. La mise en scène joue beaucoup sur l'humour pour donner du dynamisme et une nouvelle lecture du roman.

Même si nous avons décroché à deux ou trois reprises, nous avons trouvé que cela fonctionnait assez bien. C'est drôle, nous nous sommes aussi parfois sentis mal à l'aise pour ce couple à qui il arrive bien des mésaventures.
Hélas, dans la dernière partie du Bal, le jeu d'acteurs est trop exagéré. Nous comprenons que certaines personnes ayant lu le roman restent sur leur faim car l'écriture doit être bien plus subtile que les situations caricaturales présentées.

Nous avons été scotchés par la morale sévère, qui donne une image bien triste de l'âme humaine.

Un moment angoissant et divertissant.

Note rapide
6,9/10
12 pour 12 notes et 9 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
6 critiques
Note de 4 à 7
75%
3 critiques
Note de 8 à 10
25%
Toutes les critiques
24 mars 2017
5/10
13 0
Nous y allions pour voir comment Virginie Lemoine avait adapté sous forme de pièce le texte d'Irene Nemirovsky qui dépeint avec beaucoup de férocité la vengeance de l'héroïne contre sa mère qui la rabroue dès qu'une occasion se présente à elle.

Le décor tout d'abord est plutôt soigné et les changements sont bien trouvés. J'ai bien aimé par exemple les changements de décor lorsque l'héroïne prend ses cours de piano. Après ce qui m'a gêné c'est déjà le choix de l'actrice principale qui fait beaucoup plus âgée que le personnage du livre et puis celui de la comédienne qui interprète la mère. Beaucoup trop dans les aigus, beaucoup trop dans les hurlements. Elle ne nuance jamais mais fait toujours preuve de démesure. Tant et si bien qu'elle en devient caricaturale et passe, je pense à côté du personnage qui certes est une personne brutale mais pas uniquement.

En particulier lorsqu'elle se remémore ses souvenirs et nous prend à témoin lorsqu'elle décrit la difficulté de sa condition au départ et le fait qu'elle ait du coucher utile pour arriver au statut social où elle est aujourd'hui et dont personne ne pourra la déchoir. C'était sans compter sur la vengeance de sa fille qui inflige à ses parents une gifle magistrale dont on peut supposer qu'il ne se remettront pas. Intéressant mais encore une fois dommage que le choix des deux comédiennes principales ne soit pas mieux adapté aux personnages du roman.

Enfin, j'ai été particulièrement sensible au discours qui a rendu hommage à Irène Nemirovsky après la fin de la pièce. Cela m'a beaucoup ému et m'a semblé juste.
10 mars 2017
6,5/10
34 0
Voilà une adaptation du Bal d'Irène Némirovsky qui conserve une mise en scène et un décor poussiéreux... Sans doute est ce fait exprès !

Le jeu de chacun des comédiens est merveilleux, j'aime beaucoup Brigitte Faure et me suis régalée de cette nouvelle bourgeoise excessive, odieuse avec son enfant, ainsi que de ce professeur de piano, pour autant je ne suis pas ressortie en extase.

L'aparté, après le salut, donne vraiment envie de se plonger dans la lecture de cette auteure.
26 févr. 2017
7/10
11 0
J'avais mal lu le générique. Je pensais que Virginie Lemoine jouait aussi dans le Bal actuellement à l'affiche au Théâtre Rive Gauche. Il faut dire qu'elle a mis beaucoup d'elle même dans la mise en scène, qu'elle cosigne avec Marie Chevalot.

On la verrait bien dans le rôle de la mère, ou du professeur de piano, et même la fille à cause de l'espièglerie qu'on lui connaît.

Les toiles du décor sont simplement magnifiques et participent à instaurer une atmosphère bourgeoise de parvenus typique du Paris des années 20. Il y a des gens que la richesse transporte. D'autres qui n'oublieront jamais leurs origines et qui resteront aigris quel que soit le niveau de leur réussite sociale. Madame Kampf est de ceux là, souffrant de n'être pas accueillie dans le monde où elle rêverait de briller.
Sa fille (Lucie Barret) aussi mais pour une motivation différente. Antoinette ne cherche pas à en mettre plein la vue, ce qu'elle voudrait, c'est faire ses premiers pas en tant qu'adulte, et tester son potentiel de séduction au lieu de subir les leçons de sa terrifiante professeure de piano (Françoise Miquelis). Ce n'est pas son père (Serge Noël) qui oserait la défendre face aux deux mégères.
L'occasion rêvée se présente puisque sa mère (Brigitte Faure) va donner un bal. Sauf que celle ci ne voudrait pas que la jeune fille lui fasse la moindre ombre. Elle est catégorique : non ma fille tu n'iras pas au bal danser. Pire encore, elle charge la bambine de calligraphier les adresses parce que ses pleins et ses déliés ont l'allure élégante. Elle est au supplice et devra de plus poster le paquet. Elle est jeune mais impulsive et sa rage sera terrible. Je ne dirai pas ce qu'elle a fait mais le cliché ci-dessous est un indice.
Bien fait ! pouvait-on entendre dans la salle.

L'interprétation est exécutée sur le fil avec juste ce qu'il faut de mimiques pour faire rire (le majordome Pascal Vannson est très drôle) mais point trop pour ne pas verser dans le ridicule.
On passe une soirée réjouissante et on apprécie de découvrir (si on ne la connaissait pas encore) une auteure dont l'œuvre a été stoppée en plein essor par les rafles de la seconde guerre mondiale.

L'attribution posthume du Prix Renaudot aura redonné un coup d'éclairage bien mérité à l'oeuvre d'Irène Némirovsky, morte en déportation en 1942, et dont le Bal est un des premiers livres.
19 févr. 2017
5/10
27 0
Je me souvenais ainsi de mes lectures d'Irene Nemirovski : belle écriture et finesse d'analyse des personnages et me voilà avec cette mise en scène dans un univers caricaturé, le rôle de la mère tellement outrancier rend pathétique cette pièce.

Heureusement le récit de la vie de l'auteur au tomber du rideau m'a bien intéressée.
11 févr. 2017
6/10
56 0
Je partage l'avis d'Yves : j'ai eu du mal à reconnaître le ton si grave et violent de la nouvelle. Le parti pris de Lemoine est assumé jusqu'au bout, ça tient la route mais elle est passée à côté du sel du livre je pense...

Mettre en scène relève avant tout du coup de cœur. Foudroyée par Le Bal, Virginie Lemoine a décidé d’adapter la nouvelle révoltée et incisive d’Irène Némirovsky sur scène. Un projet de longue haleine qui aura nécessité quatre ans de travail. Pour quel résultat ? La comédienne tranche pour un parti-pris assumé : celui de la satire grossissante et caricaturale des nouveaux riches snobs et ridicules. En pointant du doigt avec justesse et drôlerie l’inadéquation entre l’être et le paraître, Virginie Lemoine laisse de côté l’enjeu principal du court texte de l’auteur de Suite Française, à savoir l’éclosion vengeresse d’une adolescente qui devient brutalement femme. Quel dommage de ne pas retrouver cette rage noire et féroce qui fait pourtant tout le sel de la nouvelle ! Si cette adaptation demeure plaisante et jouée avec doigté, elle reste trop en surface.

Antoinette étouffe : entre une mère égoïste et cassante, un père démissionnaire et une professeur de piano exigeante et méchante, c’en est trop ! Quatorze ans seulement mais déjà des désirs de femme. Des envies d’amour, de tendresse, d’abandon. Impossible quand votre fille vous infantilise sans cesse ! Le jour où ses parents organisent un bal, Antoinette y voit l’occasion de pouvoir enfin briller. Sauf qu’évidemment, elle n’est pas conviée à la fête… Sa vengeance sera terrible et sans retour.

Noirceur à la trappe
Némirovky ausculte avec une précision folle les affres de l’adolescence, ses revendications sourdes, ses envies de meurtre. La nouvelle se montre d’une violence extrême. Virginie Lemoine édulcore cette noirceur, elle la gomme en privilégiant une farce vaudevillesque. Manœuvre délicate mais abordée avec aisance ici : les faux-semblants sont pointés du doigt avec humour, les caractères exacerbés : Brigitte Faure campe une Mme Kampf absolument irrésistible d’excès en tout genre. Elle occupe l’espace avec gourmandise et sa voix rocailleuse ensorcelle. Le jeu de Serge Noël est moins convaincant car plus monotone ; Françoise Miquelis ne dénote pas en vieille fille aigrie ravie du malheur des autres. Toute cette partie de la pièce fonctionne très bien.

En revanche, dès qu’il s’agit d’aborder le regard introspectif d’Antoinette, les choses se gâtent. Lucie Barret n’a pas à rougir de sa performance mais celle-ci aurait dû être poussée beaucoup plus loin. Cela reste trop gentillet, pas assez éclatant et venimeux.

Dans le décor Art Déco imposant de Grégoire Lemoine, le rire l’emporte clairement sur la colère et la frustration. Un choix que certains taxeront de contresens. On vous conseillera tout de même de lire chaudement la nouvelle originale, bien que cette adaptation ne démérite pas. On a tout de même la sensation d’une lecture déviante qui enrobe l’amertume sous un emballage de rires. Efficace mais réducteur.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor