• Classique
  • Théâtre des Mathurins
  • Paris 8ème

La Peste

La Peste
De Albert Camus
Avec Francis Huster
  • Francis Huster
  • Théâtre des Mathurins
  • 36, rue des Mathurins
  • 75008 Paris
  • Havre-Caumartin (l.3, l.7, l.8, l.9, RER A et E)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 45,00
Evénement plus programmé pour le moment

Un jour d’avril à Oran, en Algérie, le docteur Rieux découvre un rat mort sur son palier. Très vite, le nombre de rats qui remontent à la surface pour mourir se multiplie et les rues de la ville sont bientôt submergées de tas informes de rats morts. Les autorités décident de les incinérer.

 

Francis Huster reprendra pour La Peste d'Albert Camus, qui lui avait valu à sa création à la Porte Saint-Martin, une double nomination aux Molières 1990 : Meilleur spectacle privé et Meilleur acteur. Il a interprété ce spectacle récompensé aussi du Prix du Brigadier, 700 représentations à travers le monde, dernièrement aux Etats-Unis en 2011, à Boston, Washington et New-York.

Le choix du Théâtre des Mathurins, où il avait créé Mémoires d'un Tricheur de Sacha Guitry, un autre grand succès, n'est pas innocent car c'est évidemment aussi pour y retrouver l'ombre d'Albert Camus qui y fit jouer son Malentendu en 1944.

364

La critique de la rédaction : 7.3/10. Enfin une adaptation littéraire pendant laquelle on ne s'ennuie pas comme un rat mort !

Seul en scène, Francis Huster dit La Peste. Il reste assis sur son siège, accompagné du texte, sur lequel il s’appuie très peu (bientôt sa millième représentation !).

Son style de jeu un peu poussiéreux, sa voix qui fait penser aux voix radiophoniques d’après-guerre, ne montrent pas le théâtre sous son angle le plus moderne. Mais le résultat est plaisant.

Il parvient à réellement donner vie aux mots d’Albert Camus en interprétant les différents personnages et en imitant leurs gestes. Nous ne nous sommes pas ennuyés une seconde.

Ce texte morbide sur les rats, la maladie, sa contagion et la mort nous a plongé dans une atmosphère pesante. Nous étions très curieux de découvrir la suite de l’histoire de l’épidémie qui a décimé la ville d’Oran, en Algérie...

Une bonne façon de découvrir le texte très puissant de La Peste.

Note rapide
6,8/10
pour 9 notes et 6 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
6 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
22 févr. 2016
6,5/10
70 0
Un classique, déjà. Rien à dire sur le texte de Camus qui n'ait été dit.

Qu'ajouter sur Françis Huster qui n'ait déjà été dit. Du talent à l'état pur. Une performance remarquable. Un grand moment. Un peu court, peut-être. Et encore, c'est bien parce qu'il faut pouvoir dire quelque chose (de stupide au demeurant, la durée est parfaite).

A voir.
31 août 2015
7/10
137 0
Normalement, c'est toujours un plaisir de voir Francis Huster sur scène, mais cette fois ci, j'ai failli être déçue.

Pour apprécier pleinement cette pièce, il m'a fallu garder les yeux fermés et me concentrer sur la voix du comédien qui enchaine tous les rôles du livre avec une telle rapidité et en prenant des intonations improbables, voire limite incompréhensibles et ne pas regarder son interprétation assez vieillote.

Passé ce point, la pièce est agréable et Huster la maitrise parfaitement, peut etre trop, mais ça a son charme.
26 août 2015
6/10
113 0
Il n’est pas vraiment utile de présenter le roman de Camus. Une épidémie de peste s’étend peu à peu dans la brûlante Oran en 1940. Il faudra plusieurs semaines pour que les autorités mesurent la gravité de la situation et prennent les mesures adéquates.

Francis Huster signe l’adaptation et la mise en scène de ce roman qu’il connait sur le bout des doigts. Il interprète seul tous les personnages, du narrateur Rieux, le médecin confronté aux premiers symptômes au journaliste Rambert en passant par le père Tanneloux ou le concierge.

Indéniablement le comédien investit totalement tous les personnages : d’une inflexion du ton, d’une courbure physique, d’un regard qui s’assombrit ou s’illumine le spectateur comprend qui parle, qui a peur, qui dénie la maladie, qui frémit ou s’effondre. En véritable caméléon possédé par le jeu et le texte qui l’habite Francis Huster devient ses personnages, tour à tour fiévreux, nauséeux, distant, apeuré, détaché devant l’ampleur du mal, hanté par un texte qu’il maîtrise autant qu’il révère.

Le décor d’une jolie simplicité (deux chaises devant un rideau de fer baissé) (rideau de fer sur lequel sont peintes des publicités d’époque, même si la publicité Dior semble anachronique (la maison de couture a été fondée en 1948) laisse le comédien libre d’occuper l’espace et la scène.

Je reste néanmoins partagée : Francis Huster est bon, oui, très bon. Pour autant les nombreuses coupures dans le texte, certes nécessaires pour transformer le roman en un « one man show » d’une heure dix, et la rapidité avec laquelle Francis Huster passe d’un personnage à l’autre affaiblissent le texte et lui enlèvent sa poésie et sa force. Trop rapide, trop dépouillé, trop élagué au récit primaire d’un mal physique, l’adaptation ne transmet pas suffisamment la beauté du texte de Camus, la dénonciation de la faiblesse humaine, la lâcheté, les regards qui se tournent ou refusent de voir la noirceur d’un mal qui s’étend.

Bref, une adaptation frustrante qui laisse la part belle au comédien, mais aux dépends du texte.
6 août 2015
7/10
151 0
Francis Huster réalise une performance épatante. Seul en scène, il virevolte entre les personnages avec une facilité et une fluidité déconcertantes.

Il est quand même préférable de lire ou relire le texte avant pour s'imprégner totalement du spectacle. Car les scènes s'enchaînent rapidement. Heureusement, Huster démarre son spectacle avec un rappel historique très appréciable (quoi que capillotracté par moment!)

Une belle pièce, sans fard et sans décor, mais qui se savoure tant le texte est beau.
1 août 2015
7/10
166 0
Encore un seul en scène pour Francis Huster et encore un seul en scène réussi.

Seulement il faut savoir à quoi s'attendre, ce n'est pas une adaptation, juste une lecture. Ou plutôt une récitation car à la presque millième représentation, Francis Huster connaît le texte quasiment par cœur. Alors on pourrait se dire qu'il en connaît aussi parfaitement l'esprit et pourtant sa façon d'interpréter certains personnages ne sonne pas juste. Ça reste un avis très personnel dépendant de l'univers que j'avais imaginé en lisant la Peste et c'était il y a longtemps, peut être qu'en le relisant aujourd'hui, j'adhérerais plus à son interprétation.

C'est sûrement une très bonne façon de découvrir La Peste pour ceux qui ne l'ont pas lu. Pour les autres tout dépendra de votre capacité à faire abstraction des inconvénients d'une lecture car si elle reste très fidèle, elle ne peut quand même pas être intégrale mais le choix des passages coupés est bon.

C'est vrai que le jeu et la voix elle-même de Francis Huster sont un peu rétro mais justement je trouve que ça va plutôt bien avec le texte et que ça contribue à se laisser embarquer plus facilement à l'époque de La Peste.

Au final c'est donc une belle lecture.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor