top5 (2)

La Garçonnière

La Garçonnière
De Gérald Sibleyras, Billy Wilder
Mis en scène par José Paul
Avec Guillaume de Tonquedec
  • Guillaume de Tonquedec
  • Claire Keim
  • Gregory Gerreboo
  • Benedicte Dessombz
  • Jean-Yves Roan
  • Sophie Le Tellier
  • Muriel Combeau
  • Benoit Tachoires
  • Jacques Fontanel
  • Jean-Pierre Lorit
  • Pierre-Olivier Mornas
  • Anne-Sophie Nallino
  • Théâtre de Paris
  • 15, rue Blanche
  • 75009 Paris
  • Trinité (l.12), Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 22,00 à 63,00
À l'affiche du :
16 janvier 2018 au 24 février 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:00
    • 20:30

Aux Etats-Unis, dans les années 50. C'est l'époque de l'American Dream et des buildings toujours plus hauts.

Monsieur Baxter, un petit employé de bureau sans trop de responsabilités dans une grande compagnie d’assurances new yorkaise, prête régulièrement son appartement à ses supérieurs hiérarchiques qui s’en servent comme garçonnière.

En échange, ils lui promettent une promotion qui n’arrive jamais.

M. Sheldrake, le PDG, s’aperçoit du manège. Il demande à Baxter de lui prêter l’appartement pour y emmener sa maîtresse, mais il exige d’être dorénavant le seul à en profiter.

  

Guillaume de Tonquédec est un acteur de 50 ans qui s'est fait connaître grâce à son rôle dans le succès Le Prénom. Il a joué dans la série Fais pas çi, Fais pas ça. Au théâtre, vous l'avez peut être vu dans Un Dîner d'Adieu.

Claire Keim est une actrice de 41 ans. Elle a déjà joué dans plusieurs pièces de théâtre, dont The Guitrys en 2014. 

La Garçonnière (The Apartment) a remporté les oscars du meilleur film, du meilleur scénario et du meilleur réalisateur (1961). 

78

La critique de la rédaction : 6.5/10. Une comédie sympathique mais pas transcendante.

L'histoire de cet homme qui prête son appartement à ses collègues de bureau pour avoir une promotion est distrayante quoique ses rebondissements sont assez attendus.

J'ai été un peu déçu par les dialogues manquant de bons mots et d'humour. Je n'ai pas beaucoup ri pour une comédie et ai ressenti des longueurs.

Guillaume de Tonquédec est bon dans son rôle de looser bonne poire ; le chef d'entreprise égoïste fait bien rire. Claire Keim a elle un rôle moins intéressant et les acteurs secondaires ne brillent pas.

Malgré tout, j'ai passé un moment agréable grâce à la jolie mise en scène qui m'a véritablement plongé dans l'ambiance des grandes villes américaines et aux beaux décors tournants, coulissants, sur deux étages... 

Note rapide
Meilleures critiques
Meilleure critique positive
10 févr. 2017
9/10
31
0
Pour commencer, il faut dire que les décors et la mise en scène sont époustouflants, dignes d'une comédie musicale.

Ensuite, Guillaume de Tonquédec est excellent, beaucoup de présence sur scène, drôle et d'un naturel formidable. Claire Keim est superbe...
Lire la suite
Meilleure critique négative
1 mars 2017
4/10
29
0
A vrai dire après le résumé et la critique de la rédaction, je ne m'attendais pas à voir la garçonnière d'un autre oeil.

Tout de suite nous sommes plongés au coeur de New York avec une belle scénographie, un bon rythme et un jeu d'acteurs bien dans...
Lire la suite
Toutes les critiques
10 juil. 2017
6,5/10
6 0
Pari réussi ! Car c'en était un ! Très casse gueule d'adapter de de monter cette pièce !

Un bravo au chef d'orchestre de cette immense machine, monsieur José Paul ! Scénographie magnifique, direction d'acteurs parfaite ! Les trois acteurs principaux sont excellents comme les autres. Le plus plus réservés dirons que c'est du grand théâtre bourgeois ! C'est vrai mais il faut que ce soit grand .... il y a 1100 places au théâtre de Paris ... et au moins 10 personnes sur scène ! Ne soyons pas bégueules. Si ça se reprend, allez y ! Vous en aurez pour vos euros... et surtout vous passerez une belle soirée.
22 mai 2017
8/10
10 0
Cette adaptation de l’œuvre de Billy Wilder par Judith Elmaleh et l’infatigable Gérald Sibleyras est une véritable réussite. D’emblée la musique de George Gershwin nous met dans l’ambiance du New York des années 50. Puis l’exceptionnel et superbe décor d’Edouard Laug nous transporte de « la garçonnière » aux bureaux d’une compagnie d’assurance en passant par l’ascenseur, allant d’une scène à l’autre sans intermède.

Baxter, Guillaume de Tonquédec, est excellent en employé de bureau modèle, brave homme au grand cœur à la recherche de reconnaissance et d’une promotion professionnelle. La superbe Claire Keim est la touchante liftière un peu paumée séduite par son infidèle patron, Jean-Pierre Lorit, qui profite de sa position pour abuser de ses charmes. Mais à la fin de l’histoire, l’amour l’emportera-t-il sur l’ambition et le carriérisme de Baxter ? L’interprétation remarquable des douze comédiens augure de la réussite certaine de cette comédie romantique.
16 mai 2017
8/10
15 0
Je n'étais pas emballée par cette Garçonnière, connaissant le film de Billy Wilder, réalisé en 1960 avec Jack Lemmon, Shirley MacLaine, multioscarisé, et je craignais d'être déçue.

Et puis l'Amérique des années soixante me semble si loin de nos préoccupations .... mais l'annonce des pièces retenues pour les Molières m'a obligée à sortir de ma réserve car je me fais un point d'honneur à en voir le maximum avant de donner un avis.
Nous sommes dans l’Amérique des années 50, celle des grattes-ciel et du rêve américain triomphant. Monsieur Baxter, un "petit employé de bureau" dans une importante compagnie d’assurances, prête régulièrement son appartement à ses supérieurs hiérarchiques qui s’en servent comme garçonnière. Ils lui promettent en remerciement une promotion qui n’arrive jamais. M. Sheldrake, le grand patron, s’aperçoit du manège et demande à Baxter de lui prêter l’appartement pour y emmener sa maîtresse, mais il exige d’être dorénavant le seul à en profiter. Shelkdrake est un mari et un père respectable, il a besoin de discrétion. Baxter accepte, il monte en grade de façon spectaculaire. Mais lorsque qu'il comprend que Sheldrake y emmène celle qu’il aime, mademoiselle Novak, Baxter est face à un dilemme : renoncer à son amour, ou à sa carrière.

J'avais entendu un débat passionné sur France Inter, les uns étant pour, les autres radicalement contre. Il était essentiel de me faire ma propre opinion. Elle est partagée.

10 sur 10 sans contestation aucune pour le décor, évoquant superbement Manhattan, les costumes, la distribution, l'interprétation, la musique ... Alors qu'est-ce qui cloche ? Le sujet. Cette fable machiste célébrant les frasques des cols blancs consommant la chair fraiche jusqu'à plus faim ... on l'a assez entendue et je dirai que le plus choquant a été de constater que le public féminin pouvait autant rire de bon coeur et avec complaisance à des comportements qui ne devraient plus exister.

Réussir parce qu'on couche ou parce qu'on aide son patron à organiser ses escapades adultère n'est pas du tout drôle en soi et ne peut provoquer en moi la nostalgie des sixties.

Certaines répliques ne peuvent plus être anodines et on mesure le harcèlement dont les femmes sont l'objet. Certes, la fin est "morale" puisque la jouissance élevée au rang de la normalité sera punie et que l'amour triomphera mais la misogynie est constante.

Cette adaptation ne m'a pas semblé indispensable et le record de cinq nominations aux Molières est stupéfiant. D'autant qu'elle colle au monde des années cinquante qui n'existe plus et surtout qu'elle pointe des comportements dont on ne veut plus. A son crédit le naturalisme de la pièce qui pourrait avoir valeur historique grâce aux costumes années 1950-1960 de Brigitte Faur-Perdigou. Et bien entendu le décor d’Édouard Laug qui est très réussi et dont on se souviendra longtemps.
7 mai 2017
3,5/10
11 0
Texte alléchant, promotion attirante, ... acteurs attendus pour leurs capacités.
Au final, une certaine déception, les jeux sont sobres voire empruntés, des gestuelles superflues donnent à penser que tout le monde n'était pas dans sa meilleure forme (Guillaume de T, notamment).
Désolé pour les efforts mais un manque de souffle, d'incision, de tempérament, de rythme malgré un texte qui n'en manque pas.
19 mars 2017
8,5/10
34 0
Pièce truculente, bon jeu d'acteurs, mise en scène impeccable excellemment servie par de très beaux et ingénieux décors. Très belle soirée on en redemande.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor