Autour de ma pierre il ne fera pas nuit

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit
De Fabrice Melquiot
Avec Laura de Boischevalier
  • Laura de Boischevalier
  • Adrien Capitaine
  • Fabian Ferrari
  • Raphael Mostais
  • Agathe Quelquejay
  • Mathieu Reverdy
  • Théâtre Essaïon
  • 6, rue Pierre-au-Lard
  • 75004 Paris
  • Rambuteau (l.11)
Itinéraire
Billets de 17,50 à 22,50
Evénement plus programmé pour le moment

Alors que Dan et Ivan dépouillent un cadavre fraîchement enterré, un coup de feu est tiré et la sale petite nuit commence.

Dan, caché derrière une pierre, commente son propre enterrement, tandis qu'autour de lui se rassemblent ses proches. Même Juste, un poète égaré, se retrouve mêlé à ce désordre.

 

De la poésie moderne intense et culottée, parfois crue mais jamais vulgaire, rythmée par des airs rock'n'roll. Un souffle d'émotions et de réflexion.

L'histoire pourrait se passer à Naples, dans les années 1980.

 

Note rapide
6/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
11 nov. 2014
6/10
77 0
Fabrice Melquiot, jeune auteur maintes fois adapté (et par de grands noms -de Demarcy-Mota à Nordey- et dans de grands lieux -Abesses, TDV, Rond-Point, Bastille...) plait toujours autant aux jeunes compagnies et collectifs grâce, notamment, à la richesse de ses textes.

Autour de ma pierre... est écrit avec un sens de la poésie et de l'élégance, des mots qui s'envolent avec la légèreté de l'innocence et qui frappent, avec le poids de l'émotion, ou celui de l'innocence. Les mots d'Autour de ma pierre..., et cette histoire de brigands naïfs, de fils pur ou de père perdu, donne surtout aux comédiens la partition idéale pour le jeu. Et le collectif "Service Retouches" s'en sort plutôt bien, reconnaissons-le ! Avec peu de moyens, le collectif parvient à assurer une mise en scène habile, assurant des transitions entre chaque scène bien menées, réfléchies. Les comédiens proposent un jeu entre sincérité et émotion, n'excluant pas le rire.

La scène de la rencontre entre le fils et sa jeune fiancée peintre est un des moments les plus réussis, alternant dans un mélange d'innocence et d'impudeur la grâce de la pureté et le rire de l'incongru. A l'image de la pièce, qui montre la frontière assurément poreuse entre le mal et la candeur, éloignant alors tout propos du manichéisme.

Un bon travail : on ne s'ennuie pas.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor