Il y a 15 heures
6,5/10
4 0
C'est une pièce qui a le mérite d'être originale ! Reprenant les codes de la célèbre série TV du moment, l'intrigue se passe dans un monde où les hommes se transforment en zombies eux-mêmes mangeurs d'hommes.

Les costumes sont très bien faits, et heureusement le ton est décalé, les personnages caricaturés. Ce qui donne à la pièce un côté comique dans tout ce drama apocalyptique.

Un bon moment passé au théâtre des Béliers !
Il y a 16 heures
7,5/10
3 0
Un début d'exposition un peu embêtant avec un parcours chronologique sur la rencontre de Picasso et ses contemporains avec l'art primitif : leurs visites de musées et galeries, leurs premières œuvres achetées... Une séquence introductive qui aurait mérité d'être plus brève.

Heureusement la suite de l'expo est beaucoup plus intéressante. Des œuvres d'art primitif de toutes les époques sont mises à côté de tableaux et de sculptures de Picasso. Les parallèles sont pertinents et montrent bien les influences de l'artiste.

La bouche, les yeux, le visage, le sexe... les textes introductifs aiguillent les visiteurs pour remarquer les similitudes des différentes séquences. J'ai découvert Picasso sous un nouveau jour, beaucoup plus riche que l'image que j'en avais auparavant.

La scénographie est simple et assez jolie.

Une belle visite.
Il y a 20 heures
3/10
3 0
Je l'attendais avec impatience cette pièce. Malheureusement, j'ai rapidement regretté mon choix.
Honneur à notre élue ne fait pas honneur au spectateur.

Tout commence par une longue, longue, longue ... enfin interminable séquence vidéo dont on ne sait trop, sur le moment, où elle nous mène. Ce n'est que 20 minutes après (enfin pour ceux qui n'ont pas déjà décroché) que la lumière est faite. On reprend espoir et on se dit alors que l'histoire va démarrer.

Et en effet ... l'histoire démarre ... mais elle n'est qu'une succession de blabla. Le texte est certes bien écrit, mais il donne une sensation de prétention. Et ne comptez pas sur les comédiens pour sauver la pièce (et l'intérêt du spectateur). Leur jeu est froid et peu convaincant.

C'est dommage car l'idée de départ est intéressante. Pour une fois qu'une pièce traitant de politique s'intéresse à la vie locale, à la politique municipale. Oui, mais ici, la politique est caricaturée à l'excès. L'opposant n'est que vice, tandis que l'élue n'est que vertu. Un peu de nuance n’aurait pas fait de mal. Quant à la fin, elle est à la limite du risible.

Un rare moment d'ennui ...
Il y a 20 heures
7/10
3 0
Quelle déception.

De si belles oeuvres dans un lieu si petit, si mal adapté.
Même en pleine semaine, en milieu de journée il fallait se mettre sur la pointe des pieds pour voir quoi que ce soit.
Limite scandaleux pour l'oeuvre d'un tel Maître de la peinture.
Impossible d'y voir correctement quoi que ce soit, le lieu ressemblait aux quais du RER à l'heure de pointe occupés par les maisons de retraite de Paris ( au passage merci pour les coups de cannes ... )
Vraiment dommage que de tels chefs d'oeuvre ne puissent etre appréciés à leur juste valeur compte tenu de la mauvaise organisation du lieu.
Rendez-vous au Musée du Luxembourg en espérant plus de visibilité.
Il y a 22 heures
3/10
3 0
Un parcours immersif dans les jardins sans un seul véritable bout de verdure ou d'espace vert ! Certes c'est sans doute difficile à maintenir en état de fraîcheur, mais cela aurait donné un peu d'âme à cette scénarisation thématisée mais pas très enthousiasmante.

L'exposition est foisonnante ce qui peut être positif, mais la rend là surtout un peu impressionnante. Par quoi commencer dans une salle, sachant que le spectateur n'a aucune explication ? Nulle part ne sont mentionnés les termes "jardins à la française" ou "jardins à l'anglaise" par exemple, qui permettraient pourtant de poser quelques bases de compréhension face à des dizaines de plans ou toiles qui pourtant les représentent. Donc ou l'on sait ce qui est représenté et les intentions du paysagiste, ou... tant pis.
Quant aux artistes cités comme produits d'appel sur l'affiche (Dürer, Watteau, Monet, Bonnard, Picasso, Fragonard, Matisse, Klimt), à une exception près, on ne peut voir qu'une seule de leurs oeuvres.

Bref, j'ai du passer à côté de l'intention. A moins que ce ne soit l'expo qui ne passe à côté du public.